jump to navigation

Sarcophage de Tchernobyl: signature du contrat le 17 septembre août 30, 2007

Posted by starbucker in France, Nucléaire, Ukraine.
add a comment

Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé des Entreprises et du Commerce extérieur, a annoncé jeudi qu’il se rendra le 17 septembre à Tchernobyl, en Ukraine, à l’occasion de la signature du contrat remporté par Vinci et Bouygues pour la construction du sarcophage du réacteur nucléaire accidenté.

Les deux groupes français sont associés au sein du consortium Novarka, qui avait été déclaré vainqueur de l’appel d’offres par les autorités ukrainiennes le 7 août.

Ni Bouygues ni Vinci n’avaient alors souhaité confirmer cette information, déclarant être « toujours en attente » de la signature du contrat.

Le marché, estimé par Vinci à plus de 430 millions d’euros, porte sur la construction d’un nouveau sarcophage pour le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, touché par l’explosion du 26 avril 1986.

La centrale de Tchernobyl, dont un dernier réacteur continuait à produire de l’électricité, a été fermée en décembre 2000. Mais, avec son sarcophage fissuré, construit dans l’urgence après l’accident de 1986 pour confiner le réacteur et qui recouvre quelque 200 tonnes de magma radioactif, elle demeure une menace constante.

La nouvelle enceinte de confinement doit justement servir à recouvrir le sarcophage existant. Selon Vinci, elle doit également permettre « d’assurer le démantèlement futur de l’ancien sarcophage et des ruines du réacteur accidenté ».

M. Novelli a annoncé ce déplacement dans un communiqué détaillant son programme de voyages à l’étranger, qui le conduira également au mois de septembre aux Emirats Arabes Unis et en Russie.

 

Source AFP

 

 

Publicités

L’Ukraine doit rechercher un compromis avec la Russie sur l’exploitation des gisements de pétrole août 29, 2007

Posted by starbucker in Pétrole, Russie, Ukraine.
add a comment

L’Ukraine doit rechercher un compromis aux négociations avec la Russie sur l’exploitation de gisements de pétrole en Russie, estime l’ambassadeur d’Ukraine en Russie Oleg Demine.

« C’est un bon sujet. A mon avis, nous ne devons pas y renoncer », a-t-il déclaré mardi devant les journalistes au club de la presse du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Dans les questions de ce genre, la Russie insiste sur la parité, ce qui n’arrange pas aujourd’hui l’Ukraine, a fait remarquer Oleg Demine.

Néanmoins, l’ambassadeur estime que l’Ukraine doit poursuivre les négociations avec la Russie. « Il faut rechercher un compromis », a-t-il dit.

Evgueni Bakouline, membre du conseil d’administration de la compagnie Naftogaz Ukraïny, avait fait savoir que l’Ukraine et la Russie menaient des négociations sur les variantes possibles d’échange d’actifs dans le domaine du pétrole et du gaz, entre autres, sur la possibilité du transfert à la Russie d’une partie du système ukrainien de transport du gaz en échange de l’exploitation de gisements de pétrole et de gaz russes.

Le bloc pro-présidentiel Notre Ukraine – Autodéfense populaire juge inadmissible de transmettre le système ukrainien de transport du gaz à la Russie. Le bloc estime que ces projets sont une grossière violation de la législation en vigueur, qu’ils représentent une menace pour les intérêts nationaux et la sécurité énergétique de l’Ukraine.

Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko a déclaré qu’il n’avait pas autorisé les négociations dans le domaine du transport du gaz.

 

Source Ria Novosti

L’Ukraine va renforcer sa coopération internationale pour les exploitations pétrolières août 28, 2007

Posted by starbucker in Pétrole, Ukraine.
add a comment

Le Premier ministre ukrainien, Viktor Ianoukovitch, a fait savoir lundi que l’Ukraine devra renforcer sa coopération avec d’autres pays dans le domaine des exploitations pétrolières.

Lors d’une rencontre avec les responsables en chef des missions diplomatiques ukrainiennes, M. Ianoukovitch a indiqué que conclure des accords sur les exploitations pétrolières avec d’autres pays et partager en commun des produits pétroliers en fonction de ces accords constituent la méthode la plus prometteuse de diversifier les sources énergétiques.

Pour ce faire, l’Ukraine devra faire des efforts pour développer des relations et une coopération avec la Russie, les pays d’Asie centrale, les Emirats arabes unis (EAU), la Libye ainsi que d’autres importants pays producteurs pétroliers, a-t-il souligné.

Il a ajouté que les services ukrainiens basés à l’étranger devront prêter une attention particulière à la mise en oeuvre des programmes sur les exploitations de charbon et de gaz, suivant des accords conclus entre l’Ukraine et des pays étrangers, tels que l’EAU, l’Egypte et la Libye.

Le Premier ministre a également mis l’accent sur l’importance de la création d’un corridor Europe-Asie de transport du pétrole, en demandant aux missions diplomatiques et aux services commerciaux ukrainiens envoyés à l’UE, en Pologne, au Kazakhstan, en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Russie de continuer à suivre ce projet et d’en faire leur priorité.

La consommation annuelle ukrainienne de pétrole s’élève à quelque 15 millions de tonnes (Mt), dont plus de 11 sont importées depuis la Russie, principal pays fournisseur de pétrole de l’Ukraine.

 

Source Xinhua

Moscou et Kiev s’entendront sur le prix du transit de gaz d’ici à la mi-septembre août 24, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Russie, Ukraine.
add a comment

Selon toute vraisemblance, les résultats des négociations entre la Russie et l’Ukraine sur les prix du transit du gaz russe via le territoire ukrainien seront connus à la mi-septembre prochaine, a déclaré le vice-premier ministre ukrainien Andreï Kliouïev dans son interview accordée mardi aux journalistes.

Il a confirmé le fait que les deux pays menaient des négociations sur la majoration possible des prix du transit de gaz.

« Des négociations sont actuellement en cours au niveau des experts, mais elles n’ont pour le moment abouti à aucun résultat », a fait savoir M. Kliouïev.

A la question de savoir s’il admettait la possibilité d’une majoration du gaz russe pour l’Ukraine en 2008, le vice-premier ministre a répondu: « Nous sommes en train de mener des négociations sérieuses et très productives sur ce point, si bien qu’il est encore tôt pour parler d’une augmentation ou d’une réduction du prix du gaz de 10% ou de 30% ».

« Je pense que d’ici à la mi-septembre, nous connaîtrons approximativement le prix que nous payerons pour le gaz l’année prochaine. Nous espérons que ce prix ne sera majoré que du taux d’inflation », a souligné M. Kliouïev.

A l’heure actuelle, le tarif du transit du gaz russe par le territoire de l’Ukraine est de 1,6 dollar les 1.000 m3 pour 100 km.

Le gouvernement ukrainien espère que l’augmentation du gaz russe en 2008 ne dépassera pas 10%. Cependant, selon certains experts, en cas de renchérissement, l’Ukraine sera obligée d’accroître le prix du transit de cet hydrocarbure sur son territoire.

 

Source Ria Novosti

Kiev relance un projet de corridor pétrolier avec l’Irak août 20, 2007

Posted by starbucker in Irak, oléoduc, Pétrole, Ukraine.
add a comment

Le gouvernement ukrainien vient de remettre au goût du jour l’idée d’un oléoduc reliant le pays à l’Irak afin de diversifier ses sources d’approvisionnement énergétique. Mais les experts doutent de la faisabilité de ce projet, dont la principale raison d’être semble reposer sur des arrière-pensées électorales.

Cela ressemble étrangement à un serpent de mer, mais sa soudaine réapparition est lourde de sens… La coalition gouvernementale au pouvoir en Ukraine a récemment annoncé sa volonté de relancer l’étude d’un oléoduc qui relierait les champs pétroliers irakiens à l’Europe occidentale en passant par l’ancienne république soviétique. En remettant ce dossier sur le devant de la scène, Kiev souhaite une fois de plus montrer son désir de diversifier ses ressources énergétiques. L’objectif électoraliste de cette annonce est évident. Mais les experts, eux, se montrent sceptiques.

Le gouvernement du Premier ministre Viktor Ianoukovitch a chargé au début du mois le ministère des Combustibles et de l’Energie et celui des Affaires étrangères d’ouvrir des négociations avec l’Irak et la Turquie en vue de la création d’un corridor pétrolier par lequel l’or noir irakien viendrait remplir l’oléoduc Odessa-Brody. La première conduite, qui relierait Kirkouk, en Irak, au terminal pétrolier de Pivdenny, en Ukraine, en passant par la ville turque de Trabzon (Trébizonde), nécessiterait la construction de plusieurs centaines de kilomètres de pipeline. Une fois arrivé à destination, le pétrole brut pourrait être raffiné en Ukraine ou être transféré par voie maritime grâce à toute une flottille de barges vers l’oléoduc reliant Odessa, Brody et Plock en Pologne. Ce projet n’est pas nouveau. En mars 2005, le président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, avait déjà évoqué l’idée de créer un corridor énergétique entre son pays et l’Irak. Des pourparlers dans ce sens auraient aussi été entamés avec d’anciennes républiques soviétiques comme le Turkménistan et le Kazakhstan. En août de la même année, la presse locale parlait même de la possible création à Pivdenny d’une « raffinerie pour le pétrole non russe ».

« Coquille vide »

La plupart des experts doutent toutefois du sérieux de ce programme. Interrogé dans les colonnes du quotidien russe « Nezavissimaïa Gazeta », Vladimir Leskov, un expert du secteur pétro-gazier, pense même que ce corridor de transport ressemblerait plutôt à une coquille vide. « Aujourd’hui, l’Irak extrait près de 2 millions de barils de pétrole par jour, dont 1,6 million sont exportés essentiellement vers l’Europe et les Etats-Unis, et ces exportations sont assurées par des tankers géants et non par des oléoducs, note ce spécialiste. Négocier avec les autorités irakiennes n’est pas non plus une tâche facile car la loi sur la participation étrangère aux projets pétro-gaziers n’a toujours pas été adoptée. Il faudra donc attendre avant de pouvoir augmenter la production de pétrole en Irak. » De nombreux Ukrainiens partagent ce scepticisme. Ce projet « a peu de chances de réussite, estime dans une interview au journal local «Kyiv Post» Volodymyr Saprykin, le directeur des programmes énergétiques auprès du Centre Razumkov à Kiev. La région de la mer Noire est pleine de pétrole russe, kazakh et azéri, bon marché en raison des coûts très faibles de transport. De plus, ce nouveau pipeline implique des coûts supplémentaires liés au transport du pétrole par bateau. La Turquie a aussi commencé les études préliminaires concernant un oléoduc entre Samsun et Ceyhan, soit la direction opposée [au projet ukrainien]. Et pour finir, la situation du pétrole irakien est très complexe et je pense que les volumes [d’or noir exporté] ont déjà été décidés pour les années à venir. »

L’ouverture d’un nouveau corridor de transport ne devrait pas non plus ravir Moscou. Bizarrement, cette idée a été relancée par un gouvernement réputé prorusse. Sachant que ce projet a très peu de chances de se concrétiser, le Premier ministre ukrainien a probablement remis le dossier au goût du jour pour séduire, à l’approche des élections législatives du 30 septembre, les électeurs de l’ouest et du centre du pays qui désapprouvent ses rapports « amicaux » avec la Russie.

 

Source Les Echos

L’Ukraine cherche à affaiblir la Russie… avec du pétrole irakien août 8, 2007

Posted by starbucker in Irak, Pétrole, Russie, Ukraine.
add a comment

Les autorités de Kiev n’ont pas l’intention de renoncer à leurs projets ambitieux consistant à faire de l’Ukraine un puissant corridor de transit en vue d’anéantir la domination de la Russie sur le marché énergétique de l’Europe de l’Est. Le gouvernement de Viktor Ianoukovitch a chargé le ministère des Combustibles et de l’Energie et celui des Affaires étrangères d’ouvrir des négociations avec l’Irak et la Turquie sur la création d’un corridor pétrolier par lequel l’or noir irakien viendrait remplir l’oléoduc Odessa-Brody.

La première conduite doit relier Kirkouk (Irak), via Trabzon (Turquie), au terminal pétrolier de Pivdenny (Ukraine). C’est là que commence l’oléoduc Odessa-Brody, actuellement exploité en sens inverse à défaut d’autres sources de pétrole: les compagnies russes utilisent son tronçon méridional pour ravitailler leurs tankers qui viennent s’amarrer à Pivdenny.

« Naturellement, un tel projet sera avantageux pour l’Ukraine et la Turquie, mais le sera-t-il pour les exportateurs? s’interroge Natalia Miltchakova, analyste à la maison de courtage Otkrytie. Je ne crois pas que l’ouverture d’un nouveau corridor de transport soit accueillie avec optimisme en Russie. »

On s’aperçoit par ailleurs que ces négociations avec l’Irak et la Turquie, qui risquent de désavantager la Russie, ont été initiées par le gouvernement de Viktor Ianoukovitch réputé prorusse. On n’exclut pas que ce dernier ait ainsi voulu faire bonne figure devant les électeurs de l’ouest et du centre de l’Ukraine, qui désapprouvent son image prorusse, à la veille des prochaines élections législatives.

Pour Vladimir Leskov, expert du secteur pétro-gazier, les déclarations annonçant la création d’un corridor de transport entre l’Irak et l’Ukraine sont une coquille vide. « Aujourd’hui, l’Irak extrait près de 2 millions de barils de pétrole par jour, dont 1,6 million sont exportés, essentiellement vers l’Europe et les Etats-Unis, et ces exportations sont assurées par des tankers géants, et non par des oléoducs », explique-t-il, avant d’avouer que l’idée en elle-même d’un corridor de transport irano-ukrainien traversant la Turquie n’était pas à exclure complètement. « Enfin, négocier avec les autorités irakiennes n’est pas une tâche facile, car la loi sur la participation étrangère aux projets pétro-gaziers n’est toujours pas adoptée. Il faudra donc attendre avant de pouvoir augmenter la production de pétrole en Irak », constate-t-il.

 

Source Nezavissimaïa Gazeta Via Ria Novosti

Sarcophage de Tchernobyl: un consortium français remporte l’appel d’offres août 8, 2007

Posted by starbucker in Nucléaire, Ukraine.
add a comment

Un consortium français, Novarka (Bouygues et Vinci), a remporté un appel d’offres pour la construction d’un nouveau sarcophage pour le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ont annoncé mardi les autorités ukrainiennes.

« La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a désigné le consortium français Novarka vainqueur de l’appel d’offres pour la construction d’un nouveau sarcophage au-dessus du quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl », a annoncé le ministre ukrainien des Situations d’urgence Nestor Choufritch cité par le site de son ministère.

Le consortium Novarka est conduit par Bouygues Travaux Publics et Vinci Construction Grands Projets, selon des sources proches du dossier.

Le contrat sera signé du 14 au 24 septembre, a ajouté le ministre ukrainien.

Selon l’agence russe Ria Novosti, le projet de Novarka est chiffré à 490 millions d’euros.

Le ministère ukrainien des Situations d’urgence ajoute que la BERD a octroyé 330 millions d’euros pour la construction de sites de protection sur la centrale.

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé, contaminant l’Ukraine et une bonne partie de l’Europe, surtout l’Ukraine, le Bélarus et la Russie, alors républiques de l’URSS.

Plus de 25.000 « liquidateurs » de la catastrophe, russes, ukrainiens et bélarusses, qui ont effectué divers travaux dont la construction d’un sarcophage autour du réacteur accidenté, sont décédés, selon des estimations officieuses.

Source AFP

L’Ukraine doit réviser le prix du transit du gaz août 7, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Ukraine.
add a comment

L’Ukraine doit réviser le prix du transit du gaz , a déclaré lundi le secrétaire adjoint du onseil de sécurité ukrainien, Iouri Prodan. « Je pense que la question qui peut quand même être posée, et doit être posée dès maintenant, c’est la question concernant la révision du prix du transit du gaz ».

Prodan a rappelé les déclarations du ministre ukrainien des Combustibles et de l’Energie, Iouri Boïko, qui prédit pour l’Ukraine une augmentation maximale du gaz en 2008 de 10 pour cent. Dans cette situation « il convient de soulever également la questions sur le prix du transit ». De l’avis du secrétaire adjoint du Conseil de sécurité, l’Ukraine doit entamer « dès maintenant » les négociations avec la Russie « à propos du schéma des livraisons de gaz et à propos d’éventuels prix du gaz ».

D’après Prodan, le 2 août le président ukrainien a mis en œuvre la décision sur la sécurité énergétique adoptée le 15 juin par le Conseil de sécurité qui avait constaté l’aggravation de la situation gazière compte tenu du renchérissement du gaz et du monopole dans son transport.

Boïko a maintes fois déclaré que l’Ukraine doit accomplir les engagements pris en 2006 vis-à-vis de la Russie dans le domaine gazier, y compris le maintien pendant cinq ans du même prix du transit du gaz.

 

Source Itar Tass

L’Ukraine augmente le stockage du gaz dans ses réservoirs souterrains. août 7, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Ukraine.
add a comment

Au cours des sept premiers mois de l’année, l’Ukraine a augmenté le stockage du gaz dans ses réservoirs souterrains de 13 pour cent par rapport à la période équivalente de 2006, en le portant à 12,1 milliards de mètres cubes, a annoncé lundI Ukrtransgaz.

En juillet Ukrtransgaz a pompé vers ses réservoirs souterrains 3,87 milliards de mètres cubes de gaz naturel, soit 0,64 milliard de plus qu’ en juillet 2006.

Ce rythme pris dans la première moitié de l’année permettra aux réservoirs d’Ukrtransgaz d’accumuler 32 milliards de mètres cubes de gaz naturel, ce qui stabilisera l’approvisionnement en gaz des consommateurs à l’intérieur du pays et garantira le transit de gaz par le territoire ukrainien en automne et en hiver 2007-2008.

En 2006 les réservoirs souterrains d’Ukrtransgaz ont reçu 17,7 milliards de mètres cubes de gaz. Ukrtransgaz est l’opérateur du réseau ukrainien de pipelines de gaz qui comprend douze réservoirs souterrains d’ une capacité active de plus de 30 milliards de mètres cubes.

 

Source Itar Tass

Financement de la BERD pour construire un nouveau sarcophage à Tchernobyl août 6, 2007

Posted by starbucker in Nucléaire, UE, Ukraine.
add a comment

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) va allouer 368 millions d’euros à l’Ukraine pour la construction d’un nouveau sarcophage autour du réacteur accidenté de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ont annoncé lundi les autorités .

L’accord sera signé mardi, a déclaré le ministre ukrainien chargé des situations d’urgence, Nestor Shoufrytch, cité par l’agence de presse Interfax-Ukraine.

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé, contaminant l’Ukraine et une bonne partie de l’Europe, surtout l’Ukraine, le Bélarus et la Russie, alors républiques de l’URSS.

Plus de 25.000 « liquidateurs » de la catastrophe, Russes, Ukrainiens et Bélarusses, qui ont effectué divers travaux, dont la construction d’un sarcophage autour du réacteur accidenté, sont décédés, selon des estimations officieuses.

La centrale de Tchernobyl, dont un dernier réacteur continuait à produire de l’électricité, a été fermée en décembre 2000. Mais avec son sarcophage fissuré recouvrant quelque 200 tonnes de magma radioactif, elle demeure une menace constante.

 

Source AFP