jump to navigation

Pétrole: Minsk fait son trou en Iran, en Azerbaïdjan et au Venezuela septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Azerbaïdjan, Biélorussie, Iran, Pétrole, Vénézuela.
add a comment

La Biélorussie a fait le premier pas vers une extraction de pétrole en dehors du pays. Cette possibilité lui a été accordée par Mahmoud Ahmadinejad, compagnon d’Alexandre Loukachenko au sein du Mouvement des non-alignés. La Biélorussie et l’Iran ont signé mercredi un contrat pour l’exploitation du gisement iranien de pétrole de Jofeir.

Commentant la signature du contrat à l’agence d’information biélorusse BELTA, l’ambassadeur d’Iran en Biélorussie Abdolhamid Fekri a mis l’accent sur le fait que l’accord avait été élaboré dans les plus brefs délais « grâce à une coopération étroite entre les deux pays ». Ordinairement, l’élaboration de documents de ce genre prend bien plus de temps, a-t-il expliqué. Rappelons que Mahmoud Ahmadinejad et Alexandre Loukachenko avaient examiné les projets de production commune de pétrole en mai dernier, au cours de la visite du président iranien à Minsk.

Les experts font remarquer que le contrat signé est un premier pas de la Biélorussie vers la réduction de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Le problème des livraisons alternatives de pétrole s’était posé à Alexandre Loukachenko à la fin de l’année dernière, lorsque la Russie avait annoncé le passage aux prix du marché dans ses rapports énergétiques avec la Biélorussie. Depuis, le président biélorusse avait maintes fois déclaré, malgré les commentaires sceptiques des experts, qu’il trouverait une alternative au pétrole russe. Il avait posé au gouvernement l’objectif de réduire la part russe à 20% dans la balance des combustibles.

Durant l’année, des ententes sont intervenues avec l’Azerbaïdjan sur la participation à l’exploitation de gisements pétroliers et la livraison de pétrole de la Caspienne aux raffineries biélorusses. L’extraction du pétrole sera également assurée par une coentreprise biélorusso-vénézuélienne créée en août dernier.

Les experts avaient évoqué en outre la livraison de pétrole libyen comme une variante possible.

Les sources officielles à Minsk exposent à contrecoeur leurs projets dans le domaine du pétrole. Au cours d’une récente conférence de presse, le vice-président du consortium Belneftekhim Vladimir Volkov a déclaré que des livraisons alternatives de pétrole à la Biélorussie étaient à l’étude. « Nous devons y être prêts », a-t-il dit, expliquant que, pour l’instant, les livraisons russes restaient moins chères.

 

Source Ria Novosti

Publicités

Minsk et Téhéran signent un contrat sur la production de pétrole en Iran. septembre 5, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Iran, Pétrole.
add a comment

L’Iran et la Biélorussie ont signé un contrat en vertu duquel la compagnie pétrolière Belarusneft pourra produire de pétrole sur le gisement iranien de Jofeir, a rapporté un porte-parole de la société biélorusse contacté par RIA Novosti mercredi.

Le contrat a été signé par le directeur général de Belarusneft, Alexandre Liakhov.

« Le coût des deux phases du contrat s’élève à près de 450 millions de dollars et il est prévu que notre société pourra produire jusqu’à 40.000 barils de pétrole par jour au stade final de la réalisation du projet », a précisé le porte-parole de Belarusneft. Selon lui, les investissements dans le projet seront réalisés dans les proportions prévues par le contrat pour Belarusneft et la Compagnie pétrolière nationale d’Iran.

Début mai, les deux sociétés avaient concerté le plan général d’aménagement du gisement. Les spécialistes biélorusses avaient mené l’estimation des réserves de Jofeir et élaboré la documentation technique nécessaire.

A ce jour, deux puits ont déjà été forés et la prospection géologique de nouvelles couches du gisement sera poursuivie en septembre, selon la société.

En automne 2006, lors de la visite du président biélorusse Alexandre Loukachenko en Iran, Minsk et Téhéran avaient signé un mémorandum de compréhension pour préparer leur coopération dans le secteur de l’industrie pétrolière. Belarusneft compte engager des investissements de la compagnie pétrolière publique vietnamienne PetroVietnam, laquelle pourrait financer à 100% son projet conjoint avec la Biélorussie en Iran. A cette fin, il est prévu d’enregistrer au Vietnam une coentreprise paritaire avec la participation de la société biélorusse. Avec le consentement de Téhéran, la nouvelle compagnie conjointe pourrait mettre en valeur du champ Jofeir situé dans le sud iranien.

 

Source Ria Novosti

La Biélorussie entend construire une centrale nucléaire avec le concours de ses voisins de la CEI. août 31, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Nucléaire.
add a comment

La Biélorussie mettra en service le premier réacteur nucléaire en 2015 au plus tôt. « A présent, des travaux préparatoires à la construction d’une centrale nucléaire sont en cours. Nous travaillons pour décider définitivement, où et quelle centrale nucléaire doit être construite et par qui », a annoncé jeudi devant les journalistes à Minsk le chef du département du développement durable du ministère biélorusse de l’Energie Vladimir Bobrov.

Une décision sur la construction d’une centrale nucléaire pourrait être prise, a-t-il dit, mais il est difficile de la mettre en œuvre rapidement. « Je ne dirai pas que le premier réacteur sera mis en service d’ici à 2013, je pense que d’ici à 2015 au plus tôt, et pour parler franchement d’ici à 2017, et le deuxième réacteur d’ici à 2020 », a-t-il déclaré.

La Biélorussie décidera le plus probablement de construire une centrale nucléaire par des efforts consolidés, se fondant sur l’expérience de pays étrangers. « Les processus intégrationnistes qui se produisent dans le cadre de la Communauté économique eurasienne nous permet d’ impliquer nos voisins de la CEI »,a-t-il indiqué.

Etant donné les nouvelles conditions de livraison d’hydrocarbures en Biélorussie, le gouvernement examinera à la mi-septembre une nouvelle rédaction de la Convention sur la sécurité énergétique, un programme rénové de reconstruction et de modernisation des fonds fixes du système énergétique biélorusse, et l’augmentation de la part des hydrocarbures nationaux.

Le projet prévoit 3,1 milliards de dollars d’investissements contre 2,55 milliards stipulés dans le programme précédent. Le nouveau programme prévoit notamment de diversifier les livraisons d’hydrocarbures.

 

Source Itar-Tass

Le gouvernement biélorusse envisage de s’ entendre avec Gazprom sur les livraisons de gaz en 2008 août 11, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Le gouvernement biélorusse envisage de s’ entendre avec Gazprom sur les livraisons de gaz en 2008 en Biélorussie au prix de 130 dollars 1.000e mètres cubes, a annoncé à ITAR-TASS une source proche du gouvernement.

Un groupe de travail, chargé de se préparer aux négociations avec Gazprom sur le prix de gaz pour 2008 a été mis en place au niveau du gouvernement. Il a composé les dirigeants des ministères clés biélorusses. Il est prévu que les négociations commenceront au début de l’automne.

Le groupe de travail a été chargé de préparer les arguments pour pouvoir forger un compromis avec Gazprom sur le prix du gaz à raison de 130 dollars 1.000 mètres cubes.

La Biélorussie est le dernier pays de la CEI (Communauté des Etats indépendants) à avoir passé aux conditions de marché de la formation du prix du gaz. Le passage aux principes européens de formation des prix aura lieu en l’espace de quatre ans. En 2007, la Russie vendait du gaz en Biélorussie au prix de 100 dollars 1.000 mètres cubes. En 2008, il constituera 68 pour cent du prix européen moins les frais de transport, en 2009 – 80 pour cent. D’ici à 2011, la Biélorussie paiera à 100 pour cent le gaz russe selon la formule européenne.

 

Source Itar Tass

La Biélorussie a remboursé les deux tiers de sa dette gazière envers la Russie. août 7, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

La Biélorussie a remboursé les deux tiers de sa dette gazière envers la Russie, a annoncé lundi la Télévision publique nationale biélorusse. 300 millions de dollars ont été virés à ce jour à Gazprom.

Vendredi dernier le monopoliste russe a menacé de réduire de 45 pour cent les livraisons de gaz à la Biélorussie si Minsk ne n’acquitte pas d’ une dette de 460 millions de dollars ou presque consécutive à la hausse du prix du gaz.

Au cours de négociations qui ont suivi, Gazprom a accepté de ne pas pratiquer les limitations si la partie biélorusse rembourse le total de la somme due dans un délai d’une semaine, c’est-à-dire avant le 10 août, et effectue régulièrement les paiements courants.

Le contrat gazier donnait à la partie biélorusse la possibilité de payer au premier semestre 55% des livraisons, à condition de rembourser le reste de la somme avant le 23 juillet, pour passer au paiement intégral à partir du 1er juillet.

Avec le prix du gaz stipulé dans le contrat, à savoir 100 dollars pour mille mètres cubes, le montant de la remise de paiement pour janvier-juin a constitué 456,16 millions de dollars.

La Biélorussie a viré le 3 août le premier paiement de 190 millions de dollars.

 

Source Itar Tass

Le Bélarus paiera cette semaine toute sa dette à Gazprom août 6, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Le Bélarus va régler cette semaine l’intégralité de sa dette restante envers le groupe russe Gazprom, a déclaré lundi le président de la banque centrale, Piotr Prokopovitch, au président bélarusse Alexandre Loukachenko .

Ce versement ne portera pas atteinte aux réserves d’or et de devises du pays, a-t-il assuré.

« Les réserves ne vont pas baisser malgré les paiements importants que nous allons effectuer cette semaine: nous allons payer Gazprom en intégralité pour son gaz », a-t-il déclaré.

Gazprom avait menacé la semaine dernière de réduire de 45% son flux de gaz vers le Bélarus si la dette bélarusse, de 456 millions de dollars, n’était pas honorée avant vendredi 3 août. A la veille de cette échéance, le président Loukachenko avait promis de payer, et une première tranche de 190 millions de dollars avait été versée le vendredi à Gazprom.

Les mesures prises par la banque centrale du pays « permettront de reconstituer les réserves d’or et de devises au cours du mois à venir, si bien que leur niveau au 1er septembre ne sera pas inférieur à celui du 1er août », a poursuivi M. Prokopovitch.

Les réserves s’établissaient à 3,086 milliards de dollars au 1er août. La banque centrale a reçu pour ordre de les augmenter d’encore au moins 3 milliards de dollars, selon le service de presse.

Source AFP

La guerre énergétique entre Moscou et Minsk continue août 6, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Les producteurs de gaz russes indépendants se sont solidarisés avec Gazprom dans son conflit avec la Biélorussie.

« Les Russes doivent être moins conciliants et faire preuve de plus de fermeté quand ils ont raison à 100 pour 100, a déclaré en direct sur les ondes de la radio Ekho Moskvy (Echos de Moscou) le président de l’Union des producteurs russes indépendants de gaz Victor Baranov.

Le président de l’Union des producteurs de gaz et de pétrole Guennadi Chmal a fait remarquer à son tour que « la prise de position des Biélorusses n’avait aucun fondement économique ou juridique ».

« La marchandise doit être payée. Il n’y a pas de politique dans les conflits gaziers. Il faut honorer ses dettes ».

« Les Biélorusses achètent le gaz au prix très facile, tandis que Gazprom règle la note du transit de gaz via la Biélorussie au tarif très sérieux ». Guennadi Chmal a espéré que Minsk « payerait sans aucun doute pour le gaz. Ce n’est qu’une question de temps ».

Minsk accuse en retour Gazprom de chercher à saborder Beltransgaz. Une déclaration dans ce sens a été faite vendredi par le premier vice-ministre biélorusse de l’Energétique Edouard Tovpenets, indigné par la demande d’ honorer la dette pour le gaz.

« Ces actions visent ostensiblement à aggraver la situation économique de Baltransgaz, a-t-il affirmé devant les journalistes biélorusses, vendredi. Il a mis l’accent sur le fait que Beltransgaz n’était pas à 100 pour 100 une entreprise biélorusse, mais était partagée entre les Russes et les Biélorusses. « Son règlement contient un point interdisant aux actionnaires de commettre des actions visant à aggraver la situation économique de cette entreprise mixte », a-t-il insisté avant d’accuser Gazprom de ne pas honorer toutes les conditions du contrat, qui prévoit entre autres le délai de 45 jours pour mener les pourparlers. « Nous ne refusons pas de mener les pourparlers », a-t-il affirmé.

Le 1-er août, Gazprom avait adressé à Beltransgaz, aux termes du contrat portant sur les volumes et les conditions de livraison de gaz en Biélorussie et de transit de gaz par ce pays en 2007-2011, un avis officiel annonçant une réduction des livraisons de gaz suite au paiement insuffisant des livraisons de gaz effectués au premier trimestre de 2007 et à l’absence de garanties de paiement de ces livraisons. A partir de vendredi 06h00 GMT, la société russe devait réduire de 45 % ses livraisons quotidiennes de gaz à la Biélorussie proportionnellement aux paiements de fait.

Le 31 décembre 2006, Gazprom et Beltransgaz avaient signé un contrat pour la livraison et de transit de gaz en 2007-2011. Ce document a fixé le prix du gaz pour cette année à 100 dollars les 1.000 mètres cubes. Selon le contrat, au premier trimestre 2007 la partie biélorusse devait payer 55 % des livraisons de gaz, à condition de rembourser le reste avant le 23 juillet et de payer 100 % des livraisons à partir du 1-er juillet. De janvier à juin 2007, les paiements différés se sont montés à 456,16 millions de dollars. En violation du contrat en vigueur, les livraisons de gaz n’ont pas été payées à terme et aucune garantie de leur paiement n’a été donnée.

Les Biélorusses ont versé aujourd’hui la première tranche de la dette s’élevant à 190 millions de dollars sur le total de 460 millions pour les livraisons de gaz russes. C’est pourquoi, Gazprom a décidé de ne pas réduire à partir de ce vendredi les livraisons de gaz aux consommateurs biélorusses. L’exploitant des gazoducs biélorusses, la société anonyme Beltransgaz, a effectué un premier paiement dans le cadre du remboursement de sa dette à l’égard de Gazprom vendredi avant 06h00 GMT, heure à partir de laquelle les livraisons quotidiennes de gaz russe à la Biélorussie devaient être réduites de 45 %.

« Un titre de paiement attestant que Beltransgaz a remboursé une partie considérable de sa dette devant Gazprom a été présenté aujourd’hui. « Nous voyons donc des pas réels du côté biélorusse vers le règlement du problème de la dette », a-t-il noté en ajoutant que Gazprom s’attendait au remboursement complet de la dette à la fin de la semaine et à ce que les livraisons courantes soient payées à temps et à 100 %.

Le conflit a alarmé les consommateurs de gaz russe en Europe de l’ Ouest qui le recevait via la Biélorussie. Mais le premier versement effectué par les Biélorusse a détendu l’atmosphère. La Commission européenne s’est refusée à convoquer une réunion extraordinaire du groupe de coordination sur le gaz, suite au règlement de la crise autour des livraisons de gaz russe en Biélorussie, a déclaré vendredi le porte-parole de la Commission Martin Selmayer.

La Commission européenne salue le règlement de la crise sur la base d’ un dialogue constructif et estime qu’il n’est plus nécessaire de prendre des mesures extraordinaires, a-t-il dit.

La Commission européenne continue d’entretenir des contacts étroits avec Gazprom et la Biélorussie sur ce problème même si elle estime qu’ actuellement la situation est complètement réglée, a-t-il dit.

 

Source Itar Tass

Gazprom renonce à réduire ses livraisons à la Biélorussie août 4, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Le bras de fer qui oppose depuis plusieurs jours le gazier russe Gazprom et la Biélorussie était en passe de finir, vendredi 3 août, après que le groupe a accepté de ne pas réduire ses livraisons de gaz en contrepartie du règlement d’une partie de la dette de Minsk. « Beltransgaz a effectué le premier paiement », à hauteur de 190 millions de dollars (139 millions d’euros), a indiqué Gazprom qui avait menacé, mercredi, de réduire son flux de gaz de 45 %. Le groupe a déclaré attendre « la totalité du paiement de la dette d’ici à une semaine », celle-ci s’élevant à 456 millions de dollars.

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, avait accepté de régler rapidement la note, jeudi, après s’être d’abord refusé à le faire. Il n’a cependant pas manqué de se plaindre d’une « humiliation » aux dépens de la Russie, un allié traditionnel de son régime. « La Russie va recevoir 460 millions de dollars », a lâché M. Loukachenko devant un parterre de responsable à Minsk. « Qu’ils prennent et vivent tranquilles », a-t-il poursuivi, visiblement remonté, estimant qu' »il faut passer à des relations plus réalistes avec la Russie ». Une délégation biélorusse doit se rendre à Moscou, vendredi, pour continuer les négociations.  CHAVEZ VIENT EN AIDE À LOUKACHENKO

Le différend entre Gazprom et Minsk est le deuxième de ce type en moins de sept mois. En décembre 2006, le géant gazier avait lancé un ultimatum, menaçant de couper les provisions biélorusses si Minsk n’acceptait pas de payer le gaz au prix du marché et non plus au tarif préférentiel qui lui était accordé. L’accord, signé après d’âpres négociations, prévoyait un règlement de 100 dollars (73 euros) les 1 000 m3 de gaz au lieu de 46 précédemment, avec un crédit portant sur les six premiers mois.

C’est précisément les négociations sur ce crédit qui sont à l’origine de ce nouveau conflit. L’autoritaire président biélorusse s’est montré déçu que la Russie ne lui propose qu’un prêt doté d’un taux d’intérêt de 8,5 %, un niveau qu’il aurait pu obtenir « dans n’importe quel pays », selon lui.

Pour régler sa dette, Alexandre Loukachenko a puisé dans les réserves nationales, mais s’est également tourné vers le président vénézuélien, Hugo Chavez, qui serait prêt à mettre la main à la poche. « Nos bons amis, en particulier Hugo Chavez, se sont déclarés prêts à nous octroyer un crédit à des conditions intéressantes », a-t-il dit, faisant également allusion à plusieurs banques occidentales qui seraient prêtes à faire crédit à son régime.

La Commission européenne a fait savoir, jeudi, qu’elle allait convoquer une réunion du groupe de coordination des 27 sur le gaz, créé en 2004 dans un souci de renforcer la sécurité d’approvisionnement du gaz naturel dans l’UE. Un communiqué demandait aux deux parties « de ne pas perturber, directement ou indirectement, l’approvisionnement en gaz des membres de l’UE ». Environ 20 % des exportations de Gazprom vers l’Europe transitent par la Biélorussie, essentiellement en direction de la Pologne, de l’Allemagne et de la Lituanie.

 

Source Le Monde

LE PRESIDENT BIELORUSSE AFFIRME QUE SON PAYS REMBOURSERA PROCHAINEMENT SA DETTE POUR LE GAZ RUSSE août 3, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a déclaré jeudi que son pays rembourserait prochainement sa dette pour le gaz russe.

« J’ai donné consigne au gouvernement de puiser dans le Fonds de réserve pour verser 460 millions de dollars à la Russie pour le gaz fourni », a-t-il déclaré jeudi pendant sa visite au siège du quotidien Biélorussie soviétique.

D’après Alexandre Loukachenko, ce n’est pas « une somme exorbitante » pour son pays. « Il est vrai que le Fonds de réserve est écorné, mais Hugo Chavez et nos autres amis pourront nous accorder aujourd’hui un crédit, a notamment dit le président biélorusse. Même des banques privées étrangères sont prêtes à octroyer des crédits à la Biélorussie ».

Selon lui, « l’Europe s’est énervée aujourd’hui ». « Que les Européens gagnent de l’argent et vivent tranquillement, a-t-il ajouté. Force est de passer aux relations réalistes avec la Fédération de Russie ». « Nous sommes la cible de frappes : tantôt on nous prend les bonbons, tantôt le sucre, personne ne s’est jamais permis un comportement semblable à notre égard », a-t-il déploré.

Alexandre Loukachenko a ajouté que le gouvernement biélorusse demanderait à la Russie « de payer tout ce que nous faisions pour la Russie et que nous trouverions en Russie les 2-3 milliards dollars, dont il s’agissait ».

Le président biélorusse a souligné que son pays « ne devait rien à personne et qu’on nous avait promis ( d’accorder un crédit en Russie – ndlr) et nous l’espérions ». Lorsque la Biélorussie signait un accord préjudiciable pour elle concernant les livraisons de gaz russe, il avait prévenu que son pays ne pourrait payer plus de la moitié du montant en question, a expliqué Alexandre Loukachenko.

Le président biélorusse a par ailleurs rappelé qu’on l’avait alors rassuré que la Russie « n’avait pas l’intention d’aggraver la situation de la Biélorussie de quelque manière que ce soit et qu’elle était prête à accorder à Minsk un crédit de 1,5 – 2 milliards dollars ».

Alexandre Loukachenko estime que la Russie voudrait privatiser la Biélorussie tout entière. « Je dirais plutôt : la Russie voudrait privatiser non seulement certaines entreprises, mais la Biélorussie dans son ensemble, a-t-il poursuivi. Je dirais que Moscou souhaiterait ne pas privatiser, mais s’en emparer sans rien débourser ».

Il a tenu à souligner que le crédit que la Russie pourrait accorder à la Biélorussie avec un taux d’intérêt de 8,5 pour cent sur un an n’était pas un crédit public, mais un crédit privé. « Nous pouvons obtenir un tel emprunt auprès de n’importe quel Etat », a ajouté le président biélorusse.

A son avis, la Russie « ne transformera pas les Etats-Unis en son ennemi avant les élections, ni l’Ukraine, ni le Kazakhstan, ni la Turkménie non plus, car ce sont des Etats riches qui pourraient opter pour le trajet Bakou-Ceyhan, mais la Biélorussie c’est autre chose, car ils ( Moscou) croient que les Biélorusses seront toujours sous la férule de la Russie ».

Le leader biélorusse a par ailleurs dit que « nous ne sommes plus au milieu des années 1990, lorsque les étalages des magasins étaient vides ». « Dans l’actuelle situation nous ne mourrons pas et je crois que la Russie aura encore besoin de nous », a conclu Alexandre Loukachenko.

 

Source Itar Tass

Le Bélarus promet de payer sa facture de gaz mais se plaint d’être humilié août 2, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Gaz, Russie.
add a comment

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a promis jeudi de payer rapidement la dette de son pays à Gazprom, ouvrant la voie à un règlement du conflit qui les oppose, mais s’est plaint que la Russie cherche à l' »humilier ».

« La Russie va recevoir 460 millions de dollars en paiement de sa dette gazière dans les prochains jours. Aujourd’hui, j’ai donné l’ordre de prendre cet argent dans les réserves et de payer », a déclaré le président à Minsk, selon son service de presse.

Gazprom, qui a menacé mercredi de réduire de 45% son flux de gaz vers le Bélarus dès vendredi si la dette n’était pas honorée, s’est dit rassuré, et a estimé que la coupure était désormais évitable, selon son porte-parole.

« Les déclarations entendues aujourd’hui du côté bélarusse sur le fait qu’ils étaient prêts à nous payer leur dette gazière nous rassurent bien évidemment », a déclaré Sergueï Kouprianov, interrogé par la chaîne de télévision russe NTV.

Une délégation bélarusse est arrivée jeudi à Moscou pour de nouvelles négociations vendredi.

Le groupe n’en est pas à sa première confrontation avec les pays voisins de la Russie, et le différend actuel n’est que la continuation de celui qui l’avait déjà opposé il y a sept mois au Bélarus, et avait été réglé in extremis, quelques minutes avant l’expiration de l’ultimatum lancé par Gazprom.

Mais les déclarations du président Loukachenko jeudi suggèrent que même si le Bélarus évite encore une fois une chute de ses approvisionnements de gaz, le conflit est encore loin d’être apaisé.

« Quand à la fin de l’année dernière, nous avons signé un accord sur le gaz, la partie bélarusse a prévenu qu’en 2007, la république ne paierait pas plus de la moitié du prix fixé, car sinon cela aurait un impact négatif sur le bien être du pays. La Russie y a consenti et a confirmé qu’elle soutiendrait le Bélarus sous forme de crédit pour 1,5 à 2 mds USD », a déclaré le président.

Or les négociations sur ce crédit, dont le dernier épisode s’est déroulé lundi à Moscou entre les Premiers ministres des deux pays, ont échoué.

« La dernière visite du Premier ministre (Sergueï Sidorski, ndlr) en Russie était une humiliation. J’ai dit qu’il ne fallait plus y aller (..). Je n’irai pas et je ne me mettrai pas à genoux », a déclaré le président.

L’autoritaire président bélarusse s’est montré déçu que la Russie ne lui propose qu’un prêt doté d’un taux d’intérêt de 8,5%, c’est-à-dire à un niveau qu’il pourrait obtenir « dans n’importe quel pays ».

Le Bélarus prévoit par conséquent de payer en puisant dans ses réserves, avant de reconstituer celles-ci en empruntant ailleurs: « Nos bons amis, en particulier (le président vénézuélien, ndlr) Hugo Chavez, se sont déclarés prêts à nous octroyer un crédit à des conditions intéressantes ».

Des banques occidentales sont également prêtes à faire crédit au Bélarus, a-t-il dit.

« Qu’ils (les Russes) prennent (l’argent) et vivent tranquilles », a déclaré M. Loukachenko, qui a aussi estimé qu' »il faut passer à des relations plus réalistes avec la Russie ».

La persistance du désaccord n’a pas échappé à l’Union européenne, qui, inquiète pour ses propres approvisionnements, appelle avec insistance à un règlement « amiable » de la crise.

Quelque 20% des exportations de Gazprom vers l’Europe transite par le Bélarus, essentiellement en direction de la Pologne, de l’Allemagne et de la Lituanie.

La Commission a fait savoir jeudi qu’elle allait convoquer mercredi une réunion du groupe de coordination des 27 sur le gaz, créé en 2004 dans un souci de renforcer la sécurité d’approvisionnement du gaz naturel dans l’UE.

 

Source AFP