jump to navigation

ExxonMobil investit massivement dans la pétrochimie en Asie septembre 6, 2007

Posted by starbucker in Asie, Energie.
add a comment

Le pétrolier américain estime que d’ici à 2015, l’Asie pourrait représenter à elle seule la moitié de la consommation de produits chimiques de base.

ExxonMobil va démultiplier les capacités de production de son site pétrochimique de Singapour. Le pétrolier américain a confirmé, hier, un investissement de « plusieurs milliards de dollars » dans la ville-Etat asiatique, sur l’île artificielle de Jurong. Relié aux équipements existants, le nouveau complexe industriel sera mis en service en 2011. Il comprendra un craqueur capable de produire, à partir d’hydrocarbures comme le naphta, un million de tonnes par an d’éthylène, l’un des produits chimiques de base les plus utilisés.

ExxonMobil prévoit aussi, notamment, la mise en place de deux unités de polyéthylène de 650.000 tonnes par an et d’une unité de polypropylène de 450.000 tonnes. Ces deux substances sont des composants essentiels des matières plastiques. L’américain Shaw, le japonais Mitsui et le français Heurtey Petrochem figurent parmi les entreprises choisies par ExxonMobil pour construire le nouveau complexe.

Comme tous ses concurrents, ExxonMobil investit massivement en Asie, où la demande progresse nettement plus vite qu’en Occident. D’ici à 2015, l’Asie pourrait représenter à elle seule la moitié de la consommation de produits chimiques de base, estime la société. D’abord destinées aux immenses besoins locaux, les nouvelles capacités de production d’ ExxonMobil auront aussi vocation, à terme, à fournir les pays occidentaux. « L’Amérique du Nord passera du statut d’exportateur net de produits chimiques à un statut d’importateur net avant la fin de la décennie, prédisait, il y a quelques mois, Sherman Glass, l’un des dirigeants d’ ExxonMobil Chemical. Au cours des dix prochaines années, nous estimons que 60 % de la croissance de l’industrie pétrochimique mondiale viendront d’Asie. »

Premier pétrolier mondial coté en Bourse, ExxonMobil est aussi le numéro trois de la chimie, derrière l’américain Dow Chemical et l’allemand BASF, selon le classement de « Chemical Week ». Son chiffre d’affaires dans ce métier atteint 49 milliards de dollars. La chimie représente environ 11 % des bénéfices du groupe, soit 4,4 milliards de dollars (voir graphique).

Matière première moins chère

Comme beaucoup d’autres grands groupes pétroliers – le britannique BP est une exception – ExxonMobil a décidé de rester un acteur majeur de la pétrochimie. Cette activité est pourtant nettement moins rentable que l’exploration-production de pétrole et de gaz. Mais la chimie est aussi moins gourmande en capitaux, et elle ne fluctue pas selon les mêmes cycles que l’industrie pétrolière.

Surtout, les synergies entre les deux métiers sont importantes. Le groupe américain estime ainsi qu’il paie sa matière première 25 % moins cher que les fabricants d’éthylène qui n’appartiennent pas à de grandes firmes pétrolières. Pétrole et pétrochimie « sont inextricablement liés », juge Sherman Glass.

 

Source Les Echos

Publicités