jump to navigation

La Corée du Nord aiderait la Syrie à construire un site nucléaire septembre 13, 2007

Posted by starbucker in Corée du Nord, Nucléaire, Syrie.
add a comment

La Corée du Nord aiderait la Syrie à construire un site nucléaire, a rapporté jeudi le Washington Post, citant des sources anonymes des services de renseignement américains.

Les services secrets israéliens ont transmis à l’administration américaine des images par satellite de ce site, que le Post qualifie de « spectaculaires », et qui ont conduit certains responsables de l’administration américaine à penser que ce site pourrait servir à développer des armes nucléaires, a ajouté le quotidien américain.

Selon le Post, seuls certains responsables de l’administration américaine auraient été informés de ces informations vieilles de moins d’un mois, sur instruction du conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Stephen Hadley.

Mais l’administration serait divisée sur ce sujet, certains responsables doutant que la Corée du Nord et la Syrie, qui ont coopéré par le passé dans le domaine de la technologie balistique, aient la capacité de s’associer dans le domaine nucléaire.

La Corée du Nord a fermé en juillet son complexe nucléaire de Yongbyon, en vertu d’un accord scellé le 13 février au cours de négociations à six pays (Etats-Unis, Chine, Russie, Japon et les deux Corées).

Israël a mené la semaine dernière une attaque en territoire syrien, sur laquelle l’Etat hébreu maintient un black-out officiel.

Selon certains médias de la région, l’aviation israélienne aurait frappé une base syro-iranienne de missiles. Selon d’autres, le raid visait un convoi d’armes destiné au Hezbollah libanais.

La Syrie a affirmé que sa défense antiaérienne avait tiré le 6 septembre sur des appareils israéliens ayant violé son espace aérien. Elle a déposé mardi une plainte à l’ONU après la « violation flagrante » de son espace aérien par Israël et affirmé que les appareils avaient largué des « munitions ».

Source AFP

Publicités

Pétrole: la réouverture de l’oléoduc Kirkouk-Banias « prendra du temps » septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Irak, oléoduc, Pétrole, Syrie.
add a comment

La réouverture d’un oléoduc syro-irakien, fermé depuis l’invasion américaine de l’Irak en mars 2003, prendra du temps car l’infrastructure a subi des dommages, a déclaré samedi le ministre irakien du Pétrole Hussein Chahristani.

« Nous allons réhabiliter l’oléoduc qui va vers la Syrie. Mais il a subi des dommages (…) Des terroristes l’ont attaqué », a-t-il indiqué à des journalistes en marge de la conférence « Iraq Petroleum 2007 », réunissant les acteurs du secteur pétrolier à Dubaï.

« Des portions importantes doivent être remplacées (…). Cela prendra du temps », a-t-il ajouté.

L’oléoduc relie Kirkouk (dans le nord de l’Irak) à Banias (littoral syrien), où se trouve une raffinerie de pétrole.

Il avait rouvert une première fois en novembre 2000, après une interruption de 18 ans, avant d’être refermé lors de l’invasion américaine en mars 2003. La Syrie et l’Irak de Saddam Hussein, gouvernés par deux branches rivales du parti Baas, entretenaient de mauvaises relations.

Le ministre syrien du Pétrole et des Ressources minières Soufiane Allaou, cité par le quotidien syrien al-Baas, avait déclaré fin août que les deux pays avaient décidé de rouvrir l’oléoduc.

Cet accord avait été signé à l’occasion de la visite en Syrie du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

Avant mars 2003, la Syrie, pays exportateur de pétrole, recevait de l’Irak environ 200.000 barils par jour.

Source AFP

La Syrie et l’Irak vont rouvrir l’oléoduc reliant Kirkouk et Baniyas août 24, 2007

Posted by starbucker in Irak, oléoduc, Syrie.
add a comment

La Syrie et l’Irak se sont mis d’accord pour rouvrir l’oléoduc reliant la ville irakienne de Kirkouk et la ville syrienne de Baniyas, a rapporté mercredi le quotidien officiel syrien al-Baas.

Le ministre syrien du Pétrole Sufian al-Alaw a confirmé la conclusion d’un tel accord lors de sa visite à une station de gaz au sud de Damas avec son homologue irakien Hussain al-Shahristani.

Les deux pays ont également convenu de construire un gazoduc depuis un camp gazier irakien près de la frontière syrienne pour approvisionner un usine de transformation de gaz dans le nord-est de la Syrie, a déclaré le ministre, ajoutant que cette décision a été prise dans le cadre des accords économiques signés par les deux pays.

Le ministre irakien du Pétrole a déclaré que son pays était prêt à coopérer avec la Syrie pour développer les capacités disponibles dans l’intérêt de leurs peuples.

L’oléoduc Kirkouk-Baniyas, fermé pendant 18 ans et rouvert en novembre 2000, a été fermé depuis l’invasion américaine de l’Irak en mars 2003.

M. Shahristani se trouve en Irak en compagnie du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, en visite officielle en Syrie depuis lundi.

 

Source Xinhua

 

La Chine et l’Inde parient sur les réserves pétrolières syriennes août 19, 2007

Posted by starbucker in Chine, Inde, Pétrole, Syrie.
add a comment

Alors que les États-Unis ne cessent de mettre en garde le régime syrien pour son implication dans le chaos irakien mais aussi pour la résurgence du terrorisme au Liban, les groupes pétroliers chinois et indiens font de la Syrie un nouveau terrain d’exploration. La China National Petroleum Corp (CNPC), une filiale de Petrochina, vient ainsi de signer un accord avec Damas pour construire, pour 1 milliard de dollars, une raffinerie capable de traiter 70.000 barils par jour. De même, plusieurs sociétés pétrolières chinoises et indiennes viennent d’être sollicitées par le gouvernement syrien dans le cadre de la mise aux enchères de quatre blocs d’exploration dans les eaux territoriales syriennes.

QUARANTE ANS DE PRODUCTION

De plus, et c’est une première, deux entreprises, l’une indienne (Oil and Natural Gas Corp), l’autre chinoise (CNPC) ont pris 38 % dans le gisement Al-Furat qui représente la moitié de la production syrienne.  » L’idée que les ressources pétrolières syriennes déclinent est fausse. Nous avons pour au moins quarante ans de production et il est normal que de grands groupes étrangers investissent ce secteur « , relève à ce sujet le ministre syrien du Pétrole, Abdellah Dardari.

De fait, alors qu’elle atteignait près de 600.000 barils par jour au milieu des années 1990, la production d’or noir de la Syrie (qui n’a jamais fait partie de l’Opep en raison de sa rivalité historique avec l’Irak) atteint aujourd’hui en moyenne 470.000 barils par jour, d’où la volonté du régime de Bachar al-Asad d’encourager l’exploration en off-shore.

On s’en doute, l’intérêt sino-indien pour les ressources syriennes n’est pas du goût des États-Unis dont le Congrès cherche à faire passer une loi punissant les sociétés étrangères qui investissent en Syrie. L’Union européenne, plus attentive à la situation au Liban, n’est pas en reste et cherche à convaincre Pékin et New Delhi de la nécessité de faire pression.

 

Source La Tribune