jump to navigation

La Chine et l’Inde parient sur les réserves pétrolières syriennes août 19, 2007

Posted by starbucker in Chine, Inde, Pétrole, Syrie.
trackback

Alors que les États-Unis ne cessent de mettre en garde le régime syrien pour son implication dans le chaos irakien mais aussi pour la résurgence du terrorisme au Liban, les groupes pétroliers chinois et indiens font de la Syrie un nouveau terrain d’exploration. La China National Petroleum Corp (CNPC), une filiale de Petrochina, vient ainsi de signer un accord avec Damas pour construire, pour 1 milliard de dollars, une raffinerie capable de traiter 70.000 barils par jour. De même, plusieurs sociétés pétrolières chinoises et indiennes viennent d’être sollicitées par le gouvernement syrien dans le cadre de la mise aux enchères de quatre blocs d’exploration dans les eaux territoriales syriennes.

QUARANTE ANS DE PRODUCTION

De plus, et c’est une première, deux entreprises, l’une indienne (Oil and Natural Gas Corp), l’autre chinoise (CNPC) ont pris 38 % dans le gisement Al-Furat qui représente la moitié de la production syrienne.  » L’idée que les ressources pétrolières syriennes déclinent est fausse. Nous avons pour au moins quarante ans de production et il est normal que de grands groupes étrangers investissent ce secteur « , relève à ce sujet le ministre syrien du Pétrole, Abdellah Dardari.

De fait, alors qu’elle atteignait près de 600.000 barils par jour au milieu des années 1990, la production d’or noir de la Syrie (qui n’a jamais fait partie de l’Opep en raison de sa rivalité historique avec l’Irak) atteint aujourd’hui en moyenne 470.000 barils par jour, d’où la volonté du régime de Bachar al-Asad d’encourager l’exploration en off-shore.

On s’en doute, l’intérêt sino-indien pour les ressources syriennes n’est pas du goût des États-Unis dont le Congrès cherche à faire passer une loi punissant les sociétés étrangères qui investissent en Syrie. L’Union européenne, plus attentive à la situation au Liban, n’est pas en reste et cherche à convaincre Pékin et New Delhi de la nécessité de faire pression.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :