jump to navigation

Opep: hausse de la demande de pétrole inchangée en 2007 et 2008 septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole a maintenu quasiment inchangées ses anticipations de hausse de la demande mondiale pour 2007 et 2008, tablant sur une progression de 1,51%, puis 1,57% respectivement, dans son rapport mensuel publié vendredi.

Elle a aussi pris acte de la hausse continue des prix du brut, que n’a pas entravée sa décision annoncée mardi d’augmenter sa production de 500.000 barils par jour à compter du 1er novembre.

« La demande mondiale en 2007 devrait progresser de 1,3 million de barils par jour, ou 1,5%, (chiffre arrondi, ndlr), globalement inchangée par rapport (aux prévisions du) dernier rapport mensuel », avance le cartel, qui réunit 12 pays producteurs représentant un peu moins de 40% de la production mondiale.

Dans son rapport du mois d’août (bien: août), l’Opep tablait sur une hausse de la demande de 1,52% en 2007, et de 1,57% en 2008, inchangée depuis.

Les prévisions pour 2007 sont établies avec pour hypothèse un hiver « normal » dans l’hémisphère nord, alors qu’un hiver doux, comme l’an dernier, pourrait faire baisser la demande, et qu’un hiver particulièrement rigoureux pourrait au contraire la faire grimper au-delà des prévisions.

La demande mondiale devrait se monter à 85,72 millions de barils par jour (mbj) en 2007, et à 87,07 mbj en 2008.

Les ministres de l’Opep ont décidé mardi que l’Opep-10 (hors Irak et Angola) augmenterait à compter du 1er novembre sa production de 500.000 barils par jour, une mesure censée détendre un marché préoccupé par la possibilité d’une pénurie au dernier trimestre.

Cela n’a pas empêché le prix du baril de dépasser jeudi les 80 dollars pour la première fois de son histoire, et le prix du « panier » de l’Opep (moyenne de douze qualités de pétrole produites par chaque membre) de battre également des records historiques.

Le cartel constate dans son rapport mensuel que son geste a été sans effet: la hausse des prix se poursuit « en dépit de la récente décision de l’Opep d’augmenter son plafond de production à 27,3 mbj ».

Pour autant, l’Opep s’en tient à son analyse des fondamentaux du marché. « Les principaux facteurs de la récente hausse des prix sont la baisse des stocks (de brut) américains, les craintes relatives aux ouragans dans le Golfe du Mexique et les fermetures de raffineries qui s’en sont suivies, et plus récemment des attaques sur des oléoducs et gazoducs au Mexique », diagnostique le rapport.

« Les fondamentaux du marché physique ne justifient pas les niveaux de prix actuels », insiste l’Opep, qui juge que le marché est suffisamment approvisionné.

Le cartel revient par ailleurs sur les conséquences possibles de la crise du marché des prêts immobiliers à risque (« subprime ») aux Etats-Unis, qui semble se transformer en crise financière de grande échelle.

« Les risques pesant sur la croissance mondiale ont considérablement augmenté. La préoccupation principale est de voir l’instabilité financière affecter négativement l’économie réelle des Etats-Unis et du reste du monde, ce qui aurait un impact substantiel sur la demande de pétrole », analyse le cartel.

« Il est toutefois trop tôt pour estimer le plein impact des développements récents », nuance l’Opep. Sa prévision de croissance économique mondiale est maintenue à 5%, en 2007 et 2008.

La production de l’Opep-12 (y compris l’Irak et l’Angola) s’est élevée à 30,39 millions de barils par jour en août, dont 8,6 mbj pour l’Arabie saoudite, chef de file de l’organisation.

La production de l’Opep-10 s’est élevée à 26,73 mbj en août.

L’Opep a donc représenté 36,2% de la production mondiale, estimée à 83,97 mbj en août.

Source AFP

Publicités

L’Angola aura un quota de production de pétrole début 2008 septembre 11, 2007

Posted by starbucker in Angola, Opep, Pétrole.
add a comment

La direction de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a annoncé mardi à Vienne que le cartel devrait fixer un quota de production pétrolière pour l’Angola, son nouveau membre, sans doute au début de l’année 2008.

« Nous avons un accord selon lequel ils auront un quota au début de 2008 », a déclaré le secrétaire général de l’Opep Abdullah al-Badri à des journalistes, lors d’une réunion des 12 membres du cartel à Vienne.

L’Angola a rejoint l’organisation, qui régule la production de ses membres pour contrôler les prix du pétrole, le 1er janvier dernier et est le seul pays, l’Irak mis à part, à ne pas avoir de quota de production.

M. Badri s’est rendu en Angola en août pour discuter des prix et de la production de pétrole.

Ce pays d’Afrique de l’Ouest produit actuellement 1,4 million de barils par jour, et compte atteindre la barre des deux millions de barils par jour d’ici la fin de l’anné

Source AFP

L’Opep va relever sa production de pétrole de 500.000 barils par jour septembre 11, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Les ministres de l’Opep, poussés par l’Arabie saoudite, ont annoncé mardi soir une augmentation de la production d’un demi-million de barils par jour à partir du 1er novembre « par rapport aux niveaux actuels ».De plus les objectifs de production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole augmenteront de 1,4 million de barils jour (mbj) à cette date et passeront de 25,8 à 27,2 mbj, a indiqué le secrétaire général de l’Opep Abdullah el-Badri dans un communiqué.

Ces hausses concernent dix des douze pays du cartel ayant des quotas, donc pas l’Angola et l’Irak.

Les décisions ont été prises lors d’une réunion tendue de la conférence ministérielle, qui a duré sept heures faute de consensus initial, a indiqué à la presse le ministre qatari de l’Energie Abdallah Ben Hamad Al-Attiyah.

L’Opep officialise ainsi une situation de fait, à savoir qu’elle produit environ un million de bj de plus que sa cible officielle.

« Notre message est que nous sommes inquiets mais ce que nous voyons n’est pas très clair. Nous ne voulons pas ajouter au problème » de la crise financière qui secoue actuellement l’économie mondiale, la plus sévère depuis 5 ans, a expliqué M. el-Badri.

« Notre message aux consommateurs est (que leur situation économique, ndlr) nous importe », a-t-il ajouté.

« Interrogé sur le fait de savoir si cette hausse allait calmer les prix du pétrole, qui se sont envolés ces derniers jours à près de 78 dollars le baril, frôlant leur record historique de 78,77 dollars, M. el-Badri a répondu que l’Opep n’a « pas de cible de prix ».

« Nous voulons un prix qui soit raisonnable pour nous comme pour les consommateurs », a souligné le responsable.

Interrogé sur les raisons ayant conduit certains pays, réticents à une hausse de la production, à changer d’avis, il a indiqué que « le cartel se rallie à un consensus quand certains membres recommandent d’agir ».

Dans son communiqué, l’Opep souligne qu’elle a voulu tenir compte de « la forte demande hivernale (qui) exige d’approvisionner suffisamment le marché » et qu’elle veut maintenir « une croissance économique mondiale saine ».

Le président pour 2008 de l’Organisation des pays exportateurs sera le ministre algérien de l’Energie et des mines, Chakib Kheli, qui remplacera celui des Emirats arabes unis, a confirmé la conférence.

Source AFP

Opep : « pas de consensus », selon Chakib Khelil septembre 11, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Le ministre de l’Energie et des mines, Chakib Khelil, a admis lundi à son arrivée à Vienne qu’il n’y avait pas de consensus au sein de l’Opep sur la décision qui sera prise mardi par le cartel.

Il est le premier parmi les représentants des 12 pays membres à reconnaître publiquement une dissonance au sein du cartel. « Je ne pense pas qu’il y ait un consensus » au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a-t-il estimé, ajoutant que « si aujourd’hui il n’y a pas de problème entre l’offre et la demande », « nous pourrions avoir un problème dans les mois à venir ».

Interrogé sur le niveau élevé des prix pétroliers, qui sont montés jusqu’à 77,72 dollars lundi, proches de leur record historique de 78,77 dollars atteint le 1er aooût, le ministre s’est contenté de répondre que l’objectif du cartel n’est pas « les prix mais l’équilibre de l’offre et de la demande ».

A propos des stocks, M. Khelil a estimé qu’ils sont « au-dessus de la moyenne » et que la rapide baisse observée depuis le début de l’été est due au phénomène de « backwardation », terme technique pour qualifier une situation où les prix du pétrole à long terme sont moins élevés que les prix à court terme.

Les utilisateurs de pétrole sont alors incités à utiliser leurs stocks existants et à acheter du pétrole plus tard à un meilleur prix.

Il a enfin ajouté que le marché « a des problèmes de raffinage » et des problèmes avec la production des pays hors-Opep, qui ne « livrent pas autant de pétrole qu’ils le devraient ».

Source AFP

Le président de l’Opep juge la production pétrolière suffisante septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Le président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a déclaré dimanche que le cartel chercherait mardi, au cours de sa réunion à Vienne, à favoriser la stabilité du marché, et a jugé que l’offre pétrolière actuelle était suffisante.

« Toute décision qu’adoptera l’Opep prendra en considération la stabilité des marchés internationaux », a déclaré Mohammad Ben Zaën Al-Hameli, qui est également ministre de l’Energie des Emirats arabes unis.

M. Hameli, qui s’exprimait avant son départ pour Vienne, a ajouté que « le marché pétrolier est actuellement suffisamment approvisionné », selon l’agence officielle Wam. « L’Opep s’est engagée à fournir des approvisionnements suffisants », a-t-il précisé.

Il a indiqué que les membres de l’Opep produisaient environ 30 millions de barils par jour (mbj) et disposaient d’une capacité de production en réserve de quelque 4 mbj jusqu’à la fin de l’année 2007.

Les 12 membres du cartel sont l’objet de pressions en faveur d’une augmentation de leur production pour contenir la flambée des prix du pétrole.

Les prix du brut ont dépassé 76 dollars le baril vendredi à New York, non loin de leur record historique de 78,77 dollars, atteint début août.

Lors de sa dernière réunion, en mars, l’Opep avait décidé de maintenir sa production à 25,8 mbj.

Pour les pays de l’Opep, le manque de capacité de raffinage des pays consommateurs est l’une des raisons de la hausse des cours, a répété dimanche le président du cartel.

Selon lui, les pays de l’Opep réalisent une centaine de projets pour augmenter leur capacité de production, d’un coût total de plus de 120 milliards de dollars.

Les pays riches demandent une augmentation de l’offre en pétrole à l’approche du pic de consommation qu’occasionne l’hiver dans l’hémisphère nord, considérant que les cours élevés du brut constituent un risque supplémentaire pour une économie mondiale qui essuie déjà les turbulences provoquées par la crise immobilière américaine.

 

Source AFP

La Libye ne souhaite pas que l’Opep augmente sa production de pétrole septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Libye, Opep, Pétrole.
add a comment

L’Opep n’a pas besoin d’augmenter sa production lors de sa réunion mardi, a déclaré dimanche Shokri Ghanem, chef de la délégation libyenne du cartel, précisant que les membres du cartel avaient « presque trouvé un accord » sur la question.

« Je ne pense pas qu’il faille augmenter la production, les marchés n’ont pas besoin de cela à l’heure actuelle », a affirmé Shokri Ghanem, chef de la délégation libyenne à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et président de la Compagnie nationale des pétroles libyens.

La production du cartel s’élève à environ 30,5 mbj (y compris Irak et Angola, nouveau membre qui n’a pas encore été doté d’un quota).

Interrogé au sujet de l’accord entre les membres du cartel quant au niveau de production, le chef de la délégation libyenne a botté en touche. « Nous nous sommes presque mis d’accord », a-t-il répondu, ce qui n’exclut pas qu’un ou plusieurs membres du cartel soient, sinon en faveur d’une augmentation de la production, du moins encore indécis.

Pour M. Ghanem, le déclin des stocks pétroliers n’est pas « dramatique » et il sera temps d’aviser « si cela se poursuit ».

L’Agence internationale de l’Energie (AIE), qui défend les intérêts énergétiques des pays industrialisés, appelle dans son dernier rapport mensuel, comme elle le fait depuis des mois, le cartel à augmenter sa production de 1,5 à 2,4 millions de barils par jour (mbj) pour répondre à la demande hivernale de pétrole, alors que les stocks pétroliers baissent fortement depuis le début de l’été dans le monde.

« Il est encore trop tôt pour savoir » s’il sera nécessaire d’augmenter la production en décembre, mais « nous allons observer le marché et, s’il le faut, nous ferons quelque chose », a-t-il poursuivi. » Les prix sont volatiles, ils montent à presque à 80, redescendent à 69, on ne peut pas prendre une décision sur un mouvement de prix rapide et volatile ».

Le pétrole avait en effet bondi jusqu’à 78,77 dollars le 1er août à New York, un niveau record, puis chuté brutalement, deux semaines plus tard, en raison de la crise des crédits immobiliers à risque (« subprime ») américains.

Les prix se sont de nouveau envolés cette semaine et ont grimpé jeudi jusqu’à 77,43 dollars le baril en séance.

 

Source AFP

la production totale de l’OPEP chute de 40 000 b/j pour se situer à 30,46 mb/j au mois d’août septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Une enquête de Platts publiée le 7 septembre montre que la production de pétrole brut a chuté de 40 000 barils par jour (b/j) au mois d’août pour se situer à 30,46 millions de barils par jour (mb/j) par rapport à 30,5 mb/j au mois de juillet. Cette baisse est essentiellement imputable aux plus faibles exportations en provenance d’Irak.

Toutefois, comme l’indique l’enquête, les dix membres liés par des accords de production, ont augmenté leur production de 80 000 b/j pour la faire passer de 26,71 mb/j en juillet à 26,79 mb/j au mois d’août.

Les ministres de l’OPEP se retrouvent à Vienne le 11 septembre pour revoir les accords en cours qui fixent l’objectif de production à 25,8 mb/j. Plusieurs ministres ont déclaré avant cette réunion qu’il n’était pas selon eux nécessaire d’augmenter cet objectif de production.

La production réelle du groupe des dix de l’OPEP a continué d’augmenter au cours de l’été et est désormais un million de barils par jour supérieure à l’objectif de 25,8 millions b/j.

Selon John Kingston, directeur mondial responsable du pétrole chez Platts , L’OPEP est confrontée à un véritable dilemme à l’occasion de cette prochaine réunion. D’un côté, les prix sont revenus au niveau de 75 US$, et l’équilibre entre l’offre et la demande laisse envisager un marché plutôt serré dans les mois à venir ce qui peut encourager l’OPEP à augmenter la production. D’un autre côté, lorsque l’organisation prend connaissance des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, publiés vendredi, et analyse les ramifications de la crise du subprime dans ce pays, elle ne pourra manquer de s’inquiéter qu’un ralentissement considérable de la demande est susceptible de se matérialiser. Compte tenu de ces facteurs, il est difficile d’envisager un scénario dans lequel l’organisation vote en faveur de l’augmentation de la production, étant donné que d’après notre enquête, elle augmente déjà légèrement de toute façon.

A l’exception d’une légère chute de la production iranienne, le seul ralentissement significatif vient d’Irak. Les exportations irakiennes avaient reçu un coup de fouet au mois de juillet grâce aux premières cargaisons acceptées par le port méditerranéen turc de Ceyhan depuis le mois de janvier. Il n’y a eu aucune exportation par Ceyhan au mois d’août et l’Irak a dû se contenter exclusivement de ses terminaux au sud du pays. L’organisation pétrolière étatique SOMO va toutefois faire transiter 5 millions de barils par Ceyhan au mois de septembre, ayant accumulé des stocks dans ce port.

L’Irak tente de reconstruire son industrie pétrolière après des années de sanctions par les Nations Unies et le conflit engagé par les Etats-Unis depuis 2003. L’Irak ne participe pas aux accords de production de l’OPEP. L’Angola qui est devenue un membre au mois de janvier cette année n’a pas encore rejoint le système des quotas.

    
    Pays            Août     Juillet  Juin     Mai       Avril    Coupe
    Algérie         1,360    1,350    1,350    1,350     1,330    0,084
    Indonésie       0,830    0,830    0,830    0,840     0,840    0,055
    Iran            3,880    3,900    3,880    3,850     3,800    0,249
    Koweït          2,420    2,420    2,420    2,420     2,410    0,142
    Libye           1,690    1,680    1,680    1,680     1,680    0,102
    Nigeria         2,150    2,150    2,080    2,050(R)  2,200    0,142
    Qatar           0,810    0,810    0,800    0,800     0,790    0,050
    Arabie Saoudite 8,660    8,610    8,610    8,610     8,600    0,538
    EAU             2,590    2,560    2,550    2,540     2,500    0,143
    Venezuela       2,400    2,400    2,400    2,420     2,420    0,195
    OPEP-10        26,790   26,710   26,600   26,560(R) 26,570    1,700
    Angola(i)       1,680    1,670    1,640    1,630     1,580     s/o    
    Irak            1,990    2,120    1,980    2,020     2,040     s/o    
    Total          30,460   30,500   30,220   30,210(R) 30,190

(i) L’Angola a rejoint l’OPEP le 1er janvier 2007. ( R ) signifie révisé.

 

Source Platts

L’AIE veut travailler davantage avec l’Opep septembre 6, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

L’Agence internationale de l’énergie doit resserrer ses liens de travail avec l’Opep et intégrer en son sein la Chine et l’Inde, deux nouveaux grands consommateurs d’énergie, estime son nouveau directeur exécutif, Nobuo Tanaka.

« Notre rôle pour la sécurité énergétique est de continuer à travailler avec l’Opep pour éviter les perturbations. Nous dialoguons. Nous pouvons faire plus. Les sujets de préoccupation sont tout à fait similaires. Nous pouvons travailler de façon bien plus proche », a déclaré Nobuo Tanaka pour son premier entretien depuis sa nomination début septembre à la tête de l’AIE.

L’agence, dont le siège est à Paris, joue un rôle de conseil en matière énergétique pour ses 26 pays membres, qui font tous partie de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le niveau élevé des cours du pétrole, estime Nobuo Tanaka, est un message adressé à l’Opep sur le niveau de tension du marché, estime le successeur du Français Claude Mandil.

« Le prix est un signal. Le marché reste très tendu mais notre préoccupation est ce qui va se passer ensuite », a déclaré Nobuo Tanaka.

Les cours du pétrole brut US se rapprochaient jeudi en fin de journée de leur record historique à 78,77 dollars le baril établi le 1er août dernier.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui se réunit mardi à Vienne, ne devrait pas toucher à ses quotas de production malgré les appels de nombreux pays consommateurs d’or noir à une augmentation de production pour faire baisser les cours.

En ce qui concerne l’intégation de la Chine et l’Inde, Nobuo Tanaka juge « logique » que les deux puissances émergentes deviennent membres.

Ces deux pays, estime-il, « doivent faire partie de la structure pour discuter efficacité énergétique, changement climatique et sécurité énergétique », a-t-il dit.

Il a rappelé que l’Inde et la Chine devraient d’abord intégrer l’OCDE, mais que cette clause pouvait être modifiée.

Un autre obstacle à l’intégration de la Chine, a-t-il souligné, concerne l’état des stocks chinois. Le pays ne dispose que de dix jours de réserves d’urgence alors que les pays membres de l’AIE doivent afficher des réserves représentant 90 jours.

Nobuo Tanaka a par ailleurs estimé qu’il était trop tôt pour évaluer l’impact de la crise du crédit sur la croissance économique et sur la demande pétrolière.

« Nous aurons une certaine idée d’ici la fin de l’année », a déclaré le patron de l’AIE en insistant sur la prudence accrue dont faisait preuve l’AIE en raison de l’incertitude découlant de la crise du subprime aux Etats-Unis.

Nobuo Tanaka est le premier non Européen à diriger l’AIE. Avant de prendre son poste le 1er septembre, il était directeur à l’OCDE.

Source Reuters

Le prix du pétrole suspendu au prochain sommet de l’Opep septembre 6, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Le baril de WTI reste accroché à 75 dollars à New York. À Londres, le brent s’est à peine tassé à 73,85 dollars. Les négociants retiennent leur souffle avant la réunion du Cartel, mardi, et l’annonce, aujourd’hui, des stocks d’hydrocarbures américains.

Les acheteurs sont de nouveau aux commandes « , résumait hier John Kilduff, expert chez Man Financial, face aux cours atteints sur le marché new-yorkais des hydrocarbures. Un temps effrayés par la tourmente financière de l’été, les spéculateurs reviennent. D’autant que le pari sur le maintien des prix à des niveaux élevés semble à moindre risque.

Dans l’immédiat, le train de cyclones frôlant les plate-formes offshore et les raffineries du golfe du Mexique maintient les cours à leur niveau d’alerte. Certes ces cyclones n’ont pas provoqué de perturbations dans les approvisionnements. Mais Felix suit d’un peu trop près la trajectoire de Dean. Et  » le groupe d’alerte de l’université du Colorado annonce une activité supérieure à la normale pour le reste de la saison « , pointe John Kilduff. Le souvenir de la panique provoqué par Katrina, il y a deux ans, reste vivace.

OUVRIR PLUS LES ROBINETS

C’est surtout la réunion, dans cinq jours à Vienne, des pays producteurs de l’Opep, qui impose aux négociants de ne pas bouger. Le 11 septembre, ces ministres ayant la haute main sur plus du tiers des approvisionnements mondiaux devraient répondre par la négative à la principale interrogation à l’origine de l’appréciation du brut en juin et juillet. Celle d’approvisionnements pétroliers insuffisants pour alimenter – sur la seconde moitié de l’année – une activité économique mondiale toujours en pleine expansion. Durant des mois, l’Agence internationale de l’énergie – la  » voix  » des principaux consommateurs d’énergie – aura enjoint l’Opep à produire plus afin d’éviter l’apparition d’un déficit de brut. Les ministres du cartel ne semblent pas avoir bougé de leurs positions. S’ils se veulent compréhensifs – laissant entendre être prêts à ouvrir un peu plus les robinets en… décembre – tous, d’Abdullah Al-Attiyah, le ministre qatari, à Gholamhossein Nozari, son homologue iranien, considèrent l’offre comme  » suffisante « . Certes, la toute-puissante Arabie Saoudite ne s’est pas exprimée. Mais quels que fussent les besoins immédiats de la planète, le moment apparaît en réalité à leurs yeux mal choisi. Ne serait-ce que parce que les conséquences exactes de la crise du crédit sur l’économie des États-Unis – et sur son appétence en hydrocarbures – restent incertaines.

Cher brut saoudien

Après le relèvement des tarifs d’hier, le pétrole saoudien de qualité supérieure n’a jamais coûté aussi cher depuis sept ans aux raffineurs asiatiques : 4,25 dollars en sus du prix d’un baril moyen-oriental de base (l’Oman Crude, à 71 dollars) sont exigés pour le Arab Extra Light. Pour les Européens, la rallonge atteint 20 %. Le précieux nectar leur est tarifé 1,10 dollar de plus que le baril de brent par l’Aramco, soit 76,20 dollars.

 

Source La Tribune

L’Opep pourrait relever sa production d’ici décembre septembre 4, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

Une hausse de la production de l’Opep pourrait s’avérer nécessaire d’ici la fin de l’année, peut-être en décembre, si la demande de pétrole brut reste forte et si les stocks continuent de baisser, a-t-on appris mardi de source interne au cartel.

Cette source a précisé que la plupart des producteurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) excluaient pour le moment toute augmentation de la production, ce qui laisse entrevoir un statu quo lors de la réunion du 11 septembre à Vienne.

« Si les choses n’évoluent pas, il me semble que nous devrons accroître la production de 500.000 à un million de barils par jour », a confié la source, sous le sceau de l’anonymat.

« Peut-être en décembre, selon les stocks », a-t-elle poursuivi.

L’Opep doit tenir une autre réunion le 5 décembre.

Ces déclarations font suite à celles de deux pays membres du cartel, le Qatar et le Venezuela, allant dans le sens d’un maintien de la production de l’Opep au niveau actuel à l’issue de la réunion de la semaine prochaine.

Seule l’Indonésie, deuxième plus petit producteur de l’Organisation, a déclaré qu’elle pourrait proposer une augmentation des livraisons.

Le brut léger américain s’échange autour de 74 dollars le baril vers 12h30 GMT, loin de son record de 78,77 dollars atteint le 1er août dernier. Les cours pétroliers subissent une pression baissière, sur fond de craintes liées à la crise du crédit et à ses conséquences sur la croissance économique américaine.

Alors que la demande de brut augmente traditionnellement au quatrième trimestre, les consommateurs de l’hémisphère nord utilisant plus de fioul de chauffage, les prévisions en la matière sont devenues incertaines, estime la même source.

L’Opep, qui produit plus du tiers du brut mondial, a réduit sa production de 1,2 million de barils par jour (bpj) le 1er novembre dernier et de 500.000 bpj supplémentaires le 1er février de cette année, pour soutenir les cours.

Certains membres du cartel ont accru leur production pour maximiser leurs revenus, même si de plus gros producteurs contrôlent encore leurs livraisons, a ajouté la source.

« Ils écoulent une certaine quantité de brut supplémentaire sur le marché mais les principaux producteurs de l’Opep déclarent ne pas le faire », a-t-elle expliqué.

La source estime que le dernier accord de quotas de production de l’Opep est actuellement respecté à environ 52%, contre plus de 60% au début 2007. Une enquête de Reuters en août portait sur une évaluation proche, 53%.

Source Reuters