jump to navigation

L’Angola aura un quota de production de pétrole début 2008 septembre 11, 2007

Posted by starbucker in Angola, Opep, Pétrole.
add a comment

La direction de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a annoncé mardi à Vienne que le cartel devrait fixer un quota de production pétrolière pour l’Angola, son nouveau membre, sans doute au début de l’année 2008.

« Nous avons un accord selon lequel ils auront un quota au début de 2008 », a déclaré le secrétaire général de l’Opep Abdullah al-Badri à des journalistes, lors d’une réunion des 12 membres du cartel à Vienne.

L’Angola a rejoint l’organisation, qui régule la production de ses membres pour contrôler les prix du pétrole, le 1er janvier dernier et est le seul pays, l’Irak mis à part, à ne pas avoir de quota de production.

M. Badri s’est rendu en Angola en août pour discuter des prix et de la production de pétrole.

Ce pays d’Afrique de l’Ouest produit actuellement 1,4 million de barils par jour, et compte atteindre la barre des deux millions de barils par jour d’ici la fin de l’anné

Source AFP

Publicités

Concours pour les nouvelles concessions pétrolières en Angola septembre 3, 2007

Posted by starbucker in Angola, Pétrole.
add a comment

La Société Nationale des hydrocarbures (Sonangol) lancera jusqu’à la fin de l’année en cours, le deuxième concours public pour l’attribution de nouvelles concessions pétrolières dans dix blocs d’exploration situés le long de la côte maritime angolaise, a-t-on appris de source officielle.

Selon la source, le concours, ouvert aux entreprises angolaises et étrangères, consistera à l’attribution de nouvelles concessions dans les blocs Centre de la Zone Terrestre de Cabinda, 11 et 12 de la Zone Terrestre de Kwanza.

Il concernera aussi les concessions dans les blocs 9, 19, 20, 21 (eaux profondes), ainsi que les blocs 46, 47 et 48 (eaux ultra-profondes).

Dans un communiqué de presse rendu public vendredi à Luanda, la Sonangol souligne que les dates du début et de la fin du concours, de la pré-qualification et respectifs termes de reférence seront annoncées en temps opportun.

La Sonangola est la concessionnaire des droits de prospection, recherche, développement et production des hydrocarbures liquides et gazeuses dans tout le territoire angolais.

L’Angola est le deuxième producteur du pétrole d’Afrique au sud du Sahara, derrière le Nigeria.

Actuellement, sa production est de 1,4 millions de barils/j, et les réserves pétrolières du pays sont estimées à environ 12 millions de barils.

La zone maritime angolaise est divisée en 74 blocs d’exploration pétrolière, mais seulement à peine 30 pour cent sont opératifs.

 

Source All Africa

L’Angola construit un centre de réserve de pétrole dans la province orientale du pays août 31, 2007

Posted by starbucker in Angola, Pétrole.
add a comment

L’Angola construit un centre de réserve de pétrole dans la provinceorientale du pays LUANDA, 31 août (XINHUA) — La compagnie pétrolière angolaise appartenant à l’Etat, Sonangol, construit actuellement un centre de réserve de pétrole dans la province orientale de Moxico, avec une capacité de stockage de 3 millions de litres de carburant plus 3 000 bonbonnes de gaz, a déclaré vendredi un officiel de Sonangol.

Pedor Panzo, chef du bureau régional de Sonangol dans la province de Moxico, a déclaré aux journalistes que le centre, qui a coûté de 8 millions de dollars américains, servira non seulement à Moxico, mais également aux autres provinces orientales (Luanda Sul, Luanda Norte), afin de promouvoir la croissance économique de cette région.

D’après ce responsable, le gouvernement angolais a également versé beaucoup d’argent pour réhabiliter le chemin de fer est- ouest, reliant Moxico à Benguela, ainsi que les principales routes trans-provinciales de la région, afin de relier la région est à la côte du pays dans l’ouest.

 

Source Xinhua

Angola : Le pays n’explore que quatre pour cent de son potentiel août 29, 2007

Posted by starbucker in Angola, Energie.
add a comment

L’Angola dispose d’un potentiel hydroélectrique évalué à 18 mille megawatts, mais actuellement le pays n’utilise que 790 megawatts disponibles, a affirmé mardi, à Luanda, le vice-ministre angolais de l’Energie et des Eaux, Rui Tito.

Selon lui, ce chiffre correspond seulement à quatre pour cent de ce potentiel.

Rui Tito, qui animait un débat sur « les politiques énergétiques » dans le cadre des Journées techniques et scientifiques de la Fondation Eduardo dos Santos (FESA), a souligné que le pays dispose d’importants bassins hydrographiques avec un potentiel énergétique considérable, notamment de Longa et Keve, mais ces fleuves ne disposent d’aucun barrage hydroélectriques.

Outre la construction de nouveaux barrages, pour une exploitation efficace des capacités installées, le vice-ministre a plaidé pour un investissement dans la réhabilitation des systèmes existants, surtout les centrales électriques, les sous-stations, les lignes de transports et réseaux de distribution, en vue d’améliorer la fourniture d’énergie et conséquemment l’augmentation d’accès à ce service.

La construction et la réhabilitation de nouvelles infrastructures électriques, a-t-il dit, exigent des grandes ressources financières, valeurs qui ne sont pas toujours à la disposition de l’Exécutif, a-t-il encore ajouté.

Cependant, le responsable angolais a informé que les programmes de développement exigent l’existence d’énergie électrique, mais l’Etat a créé un tableau légal, permettant la participation du secteur privé dans des projets liés à la production, au transport et à la distribution d’énergie électrique.

A titre d’exemple, le vice-ministre a cité le projet de construction du barrage de Chicapa, dans la province de Lunda Sul, dont l’actionnaire majoritaire est une entité privée, participant avec 55 pour cent, tandis que l’Etat, à travers la Société nationale d’électricité (ENE), retient un quota de participation de 45 pour cent.

L’entrée des agents privés dans le secteur de production, de transport et distribution d’énergie vise, d’une part, à augmenter les taux d’accès des consommateurs au service, à réhabiliter et à développer les activités, et, d’autre part, l’application de tarifs conformément aux coûts opérationnels des opérateurs.

La stratégie du Ministère de l’Energie et des Eaux, a-t-il précisé, approuvée en 2002 par le Gouvernement angolais, est basée sur la promotion du développement de sources locales, comme la construction de barrages hydroélectriques, l’électrification de tout le pays et l’interconnexion des systèmes nationaux d’énergie.

Des données disponibles indiquent que 85 pour cent de la production électrique du pays proviennent de source hydrique et 15 pour cent est le résultat du chauffage de gaz et de l’huile diesel.

Actuellement, selon les données présenté par l’Institut Régulateur du Secteur Electrique (IRSE), à peine 25 à 28 pour cent de la population angolaise ont accès à l’énergie électrique et la fourniture de ce service est seulement limité dans des centres urbains.

Ces journées se prolongeront jusqu’au 30 août prochain, sous le thème: « Energie, Source de revenu et du Développement Economique », comprennent trois grands thèmes, dont celui d' »Energie et Développement », « Energies Non Renouvelables » et « Energies Renouvelables ».

Elles s’inscrivent dans le cadre des activités socio-culturelles, scientifiques et sportives à l’occasion de la célébration du 11è anniversaire de la FESA et du 65è anniversaire de son patron, José Eduardo dos Santos.

Les spécialistes du Brésil, de l’Afrique du sud, du Canda, du Royaume Uni et de la Zambie marquent leur présence à cette rencontre, qui a été ouverte lundi par le ministre de l’Energie et des Eaux, Botelho de Vasconcelos.

 

Source All africa

Le Champ « Girassol » peut déterminer le quota de production à l’OPEP août 29, 2007

Posted by starbucker in Angola, Opep, Pétrole.
add a comment

Le Quota de production de l’Angola au sein de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) pourra avoir comme indicateur, le champ d’exploitation pétrolière Girassol, situé dans le Bloc 17 de l’offshore angolais, dont la production est actuellement estimée à 250 mille barils par jour.

L’annonce a été faite lundi, à Luanda, par le secrétaire général de l’OPEP, le Libyen Abdalla Salem El-Hadri, lors d’une conférence de presse, au siège du Ministère du Pétrole, dans le cadre des contacts en cours avec les autorités angolaises.

Abdalla Salem El-Hadri a souligné que les contacts effectués avec les responsables angolais du secteur montrent qu’il existe des points de vue convergents quant au quota de production de l’Angola dans l’OPEP, même si la question est encore en train d’être débattue.

Le secrétaire général de l’OPEP a, par ailleurs, dit que sa visite en Angola ne vise pas la discussion du quota de production du pays, mais le prix du baril de référence de l’organisation, le rapport du suivi de la production et les pré-requis du rapport de la production mensuelle.

Quant à l’intention d’organiser une conférence du cartel, Salem El-Hadri a indiqué fait que l’Angola a tout pour atteindre cet objectif, car le pays a un potentiel de croissance de production satisfaisant.

En séjour en Angola depuis samedi dernier, à l’invitation du ministre angolais du Pétrole, Desidério Costa, la délégation de l’OPEP visitera ce mardi, les infrastructures de la Sonangol Recherche et Production et de la Base d’appui à l’activité pétrolière (Sonils).

L’Angola a été admis à l’OPEP comme XIIème membre de l’Organi- sation, le 14 décembre 2006, au cours d’une réunion extraordinaire tenue, à Abuja, au Nigéria.

Crée en 1960, l’OPEP regroupe l’Angola, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Indonésie, l’Irak, l’Iran, le Koweit, la Libye, le Nigéria, le Qatar et le Vénézuela, alors que l’Egypte, le Mexique, Oman et la Russie sont des observateurs.

 

Source All Africa

Ouverture des discussions entre l’OPEP et l’Angola sur les prix du pétrole août 27, 2007

Posted by starbucker in Angola, Opep, Pétrole.
add a comment

La délégation de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en visite à Luanda a commencé à négocier avec la délégation angolaise lundi des questions relatives aux prix du pétrole et autres sujets d’intérêt commun.

Les négociations entre l’Angola et la délégation de l’OPEP menée par le secrétaire général de l’Organisation, Abdalla Salem El-Hadri (Lybie) porteront sur le rapport concernant le contrôle de la production, les exigences d’un rapport mensuel de production, le questionnaire et les statistiques de 2006 et les projets concernant la capactité et les perspectives à moyen-terme de l’OPEP.

Les deux parties aborderont également les questions de développement du marché du pétrole, le système d’obtention de données sur l’Angola, l’initiative commune sur les données du pétrole, son utilité pour le dialogue entre les producteurs et les consommateurs à moyen et long terme.

Source Xinhua

L’Angola annonce la découverte de nouvelles réserves de pétrole août 24, 2007

Posted by starbucker in Angola, Pétrole.
add a comment

La compagnie pétrolière angolaise, Sonangol EP, et Sonangol Research and Production S.A (Sonangol P&P) ont annoncé jeudi à Luanda la découverte de nouvelles réserves de pétrole dans la région de Gimboa dans le bloc 4/05 situé dans les eaux profondes.

Dans un communiqué publié dans la capitale angolaise, Sonangol a déclaré que le pétrole a été trouvé dans les puits de deux compartiments adjacents, à la suite de l’évaluation du puits 4-31- 11 situé à 458 mètres de profondeur dans la partie ouest du bloc.

D’après le communiqué, le puits a produit 5 346 barils de pétrole par jour pendant la phase des tests.

Le champ de pétrole de Gimboa a été découvert en 2004 et est actuellement en phase de développement; la phase de production devrait débuter au troisième trimestre de l’année 2008.

Sonangol EP est l’agent du Bloc 4/05, dont l’opérateur est Sonangol P&P (50 % des parts), Norsk Hydro Quatro SA (20 %), Somoil (15 %) et ACR (15 %).

Source Xinhua

Total – Nouvelle découverte de pétrole en Angola août 7, 2007

Posted by starbucker in Angola, France, Pétrole.
add a comment

La Sociedade Nacional de Combustiveis de Angola ( Sonangol) et Total E&P Angola, filiale à 100% de Total, ont réalisé une nouvelle découverte de pétrole à partir du onzième puits d’exploration du bloc 32, situé dans les eaux très profondes de l’Angola. Des opérations de forage supplémentaires à plus de 1700 mètres de profondeur vont être effectuées afin d’évaluer le potentiel prometteur de ce gisement. Le puits qui a rencontré ces nouveaux réservoirs de pétrole, a été testé à un débit de 2130 barils par jour.

 

Total, opérateur à 30% du bloc 32 détenu par Sonangol, exploite la plate-forme en partenariat avec Marathon Oil Company (30%), Sonangol E.P. (20%), Esso Exploration and Production Angola (15%), et Petrogal (5%).

 

Source Reuters

La RDC s’associe à l’Angola pour l’exploitation du pétrole en off shore août 6, 2007

Posted by starbucker in Angola, ouganda, Pétrole.
add a comment

La République démocratique du Congo a pris l’option de s’associer à l’Angola pour exploiter en off shore le pétrole au large du territoire de Muanda. Les deux parties sont parvenues à cet accord au terme du récent séjour à Luanda d’une délégation officielle congolaise conduite par le président de la République, Joseph Kabila.

A travers cet accord, la RDC entend augmenter sensiblement sa production pétrolière, évaluée aujourd’hui à près de 30.000 barils par jour.

Après le retrait de Chevron, Perenco Rep est la seule société qui exploite aujourd’hui le pétrole congolais en off shore.

Le ministre des Hydrocarbures a annoncé l’augmentation cette de la production. Il soutient que cette augmentation est la conséquence directe de l’exploration et exploitation conjointe des gisements de la zone frontalière Angola-RDC. Les représentants de deux pays ont signé 5 accords de coopération le 31 juillet à Luanda, rappelle radiookapi.net.

«Toutes les exploitations et explorations contenues dans le permis délivré par notre voisin l’Angola, qui a signé des accords avec nous, font partie du palier de ce qui va être partagé : 50% pour l’Angola et 50% pour la RDC », a indiqué le ministre Mende.

Concernant la garantie des engagements pris par les deux parties, il s’est référé à la commission mixte annuelle, la signature de ces engagements par les deux pays ainsi qu’à une série d’actes à accomplir en cas de litige.

Comme il s’agit d’une convention de type commercial, la RDC devra se préoccuper des moyens technologiques et financiers qu’elle pourra apporter pour valoriser ce bassin d’exploitation pétrolière, a-t-il ajouté. Le ministre Lambert Mende se dit sûr d’une chose : cette exploitation va améliorer la production annuelle des hydrocarbures de la RDC.

 

Source All Africa