jump to navigation

Gazoduc Iran-Pakistan-Inde: Téhéran exprime son impatience face à l’Inde septembre 17, 2007

Posted by starbucker in Gazoduc, Inde, Iran, Pakistan.
add a comment

Téhéran a exprimé dimanche son impatience vis-à-vis de l’Inde à propos de la finalisation du projet du gazoduc entre l’Iran, le Pakistan et l’Inde, affirmant que le projet pourrait « aller de l’avant » avec Islamabad si New Delhi continuait à le retarder.

Le ministre iranien du Pétrole par intérim, Gholam Hossein Nozari, a déclaré que les trois pays étaient toujours en discussion à propos du prix pour le transit du gaz iranien que l’Inde doit payer au Pakistan.

Il a ajouté que les responsables pakistanais devaient se rendre en Iran fin septembre pour finaliser le projet mais que la venue des responsables indiens était encore incertaine.

« Nous préférons avoir des négociations tripartites. Mais les choses avancent plus rapidement avec les Pakistanais », a déclaré M. Nozari lors d’une conférence de presse.

« Les responsables pakistanais et indiens ont des discussions sur le prix du transit. Si nous estimons qu’il y a un retard sérieux avec les Indiens, nous irons de l’avant avec les Pakistanais », a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions.

Selon la télévision iranienne, le responsable iranien du projet, Hojatollah Ghanimifar, a déclaré que son pays avait « invité les Indiens pour ces négociations, mais pour le moment leur présence n’était pas encore certaine ».

Les discussions sur ce projet de 7,4 milliards de dollars –pour fournir du gaz iranien à l’Inde grâce à un gazoduc long de 2.600 km en passant par le Pakistan– ont commencé en 1994.

Le projet a fait les frais des tensions entre l’Inde et le Pakistan, avant d’être remis sur la table début 2004 à la faveur de la relance du processus de paix entre les deux pays.

Mais depuis les discussions traînent, les trois pays n’arrivant pas à se mettre d’accord sur le prix du gaz.

Sans compter l’opposition des Etats-Unis qui ont exprimé leur réticence face à ce projet.

Source AFP

Publicités

Les Iraniens viennent en Suisse bétonner un accord sur le gaz septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Iran, Suisse.
add a comment

Le groupe énergétique zurichois EGL a conclu un contrat pour importer 5,5 milliards de mètres cubes de gaz. Rencontre du ministre iranien du Pétrole avec Micheline Calmy-Rey.

Les Iraniens viennent assurer leurs arrières en Suisse. De mercredi à vendredi, une délégation de 7 personnes de la République islamique, dont le ministre intérimaire du Pétrole, Qolamhussein Nozari, était invitée par le groupe énergétique EGL (Elektrizitäts-Gesellschaft Laufenburg AG). Motif: le groupe zurichois a conclu un accord d’envergure avec la National Iranian Gas Export Company (Nigec), une société iranienne exportatrice de gaz.

Le contrat prévoit l’importation de 5,5 milliards de mètres cubes par année. Le gaz proviendrait essentiellement du champ gazier de South Pars, l’un des plus grands du monde avec une superficie de 1300 km2. Mais l’accord est tributaire du vaste projet auquel participe EGL: la construction d’un gazoduc reliant la Grèce à Brindisi en Italie et permettant de transporter le gaz iranien. Le Trans Adriatic Pipeline (TAP) représente un investissement estimé entre 990 millions et 1,15 milliard de francs, et EGL est censé y contribuer à hauteur de 165 à 247 millions de francs.

Le contrat est bien conclu, confirme Lilly Frei, responsable de la communication d’EGL. Mais il s’inscrit dans un contexte géopolitique explosif. La République islamique est sous les feux de l’actualité en raison de son programme nucléaire, que l’Occident soupçonne d’être de nature militaire. Téhéran fait déjà l’objet de deux trains de sanctions économiques du Conseil de sécurité de l’ONU. Les Etats-Unis et la France sont occupés à pousser pour un troisième train de mesures hors de l’ONU.

Face à cette menace, les responsables iraniens sont venus cette semaine en Suisse pour anticiper. Porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères, Jean-Philippe Jeannerat, confirme que la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a rencontré le ministre intérimaire du Pétrole, Qolamhussein Nozari, à l’aéroport de Genève vendredi. Ce dernier a également effectué jeudi une visite de courtoisie au ministre de l’Energie, Moritz Leuenberger. Sur quoi reposent dès lors les craintes iraniennes? Téhéran a peur que l’accord entre EGL et Nigec capote en raison de la pression que les Etats-Unis pourraient exercer sur les entreprises étrangères qui commercent avec l’Iran. De fait, le secrétaire d’Etat Michael Ambühl dînait mercredi soir avec des représentants d’EGL et la délégation iranienne à Zurich. Une manière de rassurer les partenaires. Du côté de la Confédération, qui n’applique pas de politique industrielle d’Etat, le Conseil fédéral n’a pas à se mêler d’une affaire théoriquement de nature purement commerciale. Toutefois, il n’est pas possible de traiter avec la République islamique sans intégrer la dimension politique. Pour Berne, le contrat commercial d’EGL et de Nigec revêt un intérêt stratégique manifeste. Il permet d’ouvrir un quatrième corridor énergétique en direction de l’Europe et de diversifier les sources d’approvisionnement en gaz de la Suisse. Directeur général du secteur Europe occidentale au Ministère iranien des affaires étrangères, Mostafa Dolatyar souligne les mérites d’un tel accord: «Il peut servir de modèle aux autres pays européens en termes de coopération énergétique avec l’Iran, qui possède les deuxièmes réserves gazières du monde.»

Source Le.Temps.ch

Importer d’Iran pour ne pas dépendre de Moscou septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Géopolitique, Iran, Russie.
add a comment

Le projet de gazoduc sous l’Adriatique promu par le groupe suisse EGL est de nature à renverser la donne géopolitique.

«Le gazoduc sous l’Adriatique devrait être achevé en 2010. Il aura une capacité de transport de 10 à 20 milliards de mètres cubes de gaz par an.» Responsable de la communication du groupe énergétique suisse EGL, Lilly Frei décrit ce vaste projet de construction du Trans Adriatic Pipeline qui permettra l’importation de gaz iranien. L’infrastructure de près de 1 milliard de francs doit relier sous la mer Adriatique la région de Thessalonique en Grèce à Brindisi en Italie du Sud en passant par l’Albanie. Elle servira à importer le gaz iranien en vertu de l’accord conclu avec la National Iranian Gas Export Company (Nigec). Du champ gazier iranien à la Grèce, le gaz importé devrait utiliser les gazoducs déjà existants passant par la Turquie.

La société de trading EGL se positionne déjà en vue de la libéralisation du marché de l’énergie. Mais le contrat avec Nigec aura aussi une autre vertu: il alimentera les quatre centrales à gaz que EGL construit en Italie. La première, à Sparanise, à 35 kilomètres au nord de Naples, est déjà opérationnelle. Une seconde sera installée à Ferrara, une autre à Salerno et une dernière en Calabre. Les quatre centrales auront une puissance de 2000 mégawatts au total. EGL va utiliser le gaz importé restant en Roumanie et mettre le reste à disposition sur le marché de l’énergie. Le projet du Trans Adriatic Pipeline ouvre un quatrième corridor énergétique pour l’Europe. Une perspective considérable au vu de l’actuelle forte dépendance européenne au gaz russe. L’Italie, qui est menacée par une grave pénurie énergétique à terme, fait tout pour assurer les besoins de son économie. Rome encourage la réalisation du gazoduc à travers l’Adriatique, mais ne renonce pas non plus à un projet de gazoduc russe traversant l’ex-Yougoslavie.

Directeur général du secteur Europe occidentale au sein du Ministère iranien des affaires étrangères, Mostafa Dolatyar pense que le projet de gazoduc et le contrat conclu entre EGL et Nigec représentent une situation de gains mutuels pour la Suisse et l’Iran: «Ce type de coopération permet de stabiliser le marché de l’énergie et de diversifier les fournisseurs de gaz. Ne se fier qu’à un seul fournisseur est très risqué.»

Lilly Frei ne cache pas que le projet de EGL constitue une petite contribution aux intérêts nationaux de la Suisse. Il permet à Berne de diversifier l’approvisionnement en gaz de la Suisse. Ce n’est donc pas un hasard si EGL est en contact permanent avec plusieurs services de l’administration fédérale et bénéficie d’un soutien diplomatique si nécessaire. Une épée de Damoclès est toutefois suspendue au-dessus du projet: la pression américaine pour appliquer des sanctions renforcées à l’Iran. Lilly Frei ne s’en formalise pas: EGL, qui n’entend pas exploiter le gaz en Iran, a étudié la question avec des avocats: «Notre contrat n’entre pas dans le cadre des sanctions.» Il n’est donc pas soumis à l’Iran and Libyan Sanction Act (ISLA) qui, selon les Américains, interdit aux sociétés étrangères d’investir plus de 20 millions de francs dans la République islamique.

Source Le.Temps.ch

Bolivie-Iran: relations diplomatiques entre deux producteurs de pétrole septembre 12, 2007

Posted by starbucker in Bolivie, Energie, Iran, Pétrole.
add a comment

La Bolivie et l’Iran, deux pays producteurs de pétrole, ont décidé d’établir des relations diplomatiques a annoncé, mardi à La Paz, David Choquehuanca, le ministre bolivien des Relations extérieures.

L’accord avait été conclu au début de septembre à Téhéran durant la réunion des ministres des Affaires étrangères du mouvement des pays Non-alignés, a précisé M. Choquehuanca.

Cet accord avec la Bolivie illustre la percée de l’Iran dans la région et le renforcement de ses liens avec les régimes de gauche comme le Venezuela, le Nicaragua et l’Equateur.

Le ministre iranien du pétrole, Sayed Kazem Vaziri Hamaneh, s’était déclaré en juin dernier favorable à une association de la Bolivie à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dans une interview à la télévision sud-américaine Telesur, basée à Carracas.

Producteur de pétrole la Bolivie possède avec 1,55 milliard de mètres cubes, les deuxièmes réserves de gaz d’Amérique du sud derrière le Venezuela.

Le président vénézuélien Hugo Chavez, allié politique d’Evo Morales soutient l’entrée de la Bolivie à l’Opep ainsi que le retour de l’Equateur au sein du cartel que ce pays a quitté en 1992.

Source AFP

Explosion sur un gazoduc Iran-Turquie: Gazprom augmente ses exportations septembre 10, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Iran, Russie, Turquie.
add a comment

Le géant russe du gaz Gazprom a augmenté lundi de 50% ses approvisionnements vers la Turquie par le gazoduc sous-marin Blue Stream, les portant à 30 millions de mètres cubes par jour, à la suite d’une explosion sur un gazoduc reliant l’Iran à la Turquie, a annoncé Gazprom.

« Aujourd’hui, conformément à une demande de la partie turque, Gazprom a augmenté le volume de ses exportations de gaz à la Turquie de 20 à 30 millions de mètres cubes par jour », a déclaré Gazprom dans un communiqué.

Une explosion est survenue tard dimanche dans le nord-est de la Turquie sur un gazoduc approvisionnant le pays en gaz iranien.

La Turquie occupe la troisième place en termes de volumes de gaz russe achetés. Ce volume a été en 2006 de 19,9 milliards de mètres cubes au total, a rappelé Gazprom. La Russie a exporté pour la première fois du gaz à la Turquie il y a 20 ans.

Pétrole: Minsk fait son trou en Iran, en Azerbaïdjan et au Venezuela septembre 9, 2007

Posted by starbucker in Azerbaïdjan, Biélorussie, Iran, Pétrole, Vénézuela.
add a comment

La Biélorussie a fait le premier pas vers une extraction de pétrole en dehors du pays. Cette possibilité lui a été accordée par Mahmoud Ahmadinejad, compagnon d’Alexandre Loukachenko au sein du Mouvement des non-alignés. La Biélorussie et l’Iran ont signé mercredi un contrat pour l’exploitation du gisement iranien de pétrole de Jofeir.

Commentant la signature du contrat à l’agence d’information biélorusse BELTA, l’ambassadeur d’Iran en Biélorussie Abdolhamid Fekri a mis l’accent sur le fait que l’accord avait été élaboré dans les plus brefs délais « grâce à une coopération étroite entre les deux pays ». Ordinairement, l’élaboration de documents de ce genre prend bien plus de temps, a-t-il expliqué. Rappelons que Mahmoud Ahmadinejad et Alexandre Loukachenko avaient examiné les projets de production commune de pétrole en mai dernier, au cours de la visite du président iranien à Minsk.

Les experts font remarquer que le contrat signé est un premier pas de la Biélorussie vers la réduction de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Le problème des livraisons alternatives de pétrole s’était posé à Alexandre Loukachenko à la fin de l’année dernière, lorsque la Russie avait annoncé le passage aux prix du marché dans ses rapports énergétiques avec la Biélorussie. Depuis, le président biélorusse avait maintes fois déclaré, malgré les commentaires sceptiques des experts, qu’il trouverait une alternative au pétrole russe. Il avait posé au gouvernement l’objectif de réduire la part russe à 20% dans la balance des combustibles.

Durant l’année, des ententes sont intervenues avec l’Azerbaïdjan sur la participation à l’exploitation de gisements pétroliers et la livraison de pétrole de la Caspienne aux raffineries biélorusses. L’extraction du pétrole sera également assurée par une coentreprise biélorusso-vénézuélienne créée en août dernier.

Les experts avaient évoqué en outre la livraison de pétrole libyen comme une variante possible.

Les sources officielles à Minsk exposent à contrecoeur leurs projets dans le domaine du pétrole. Au cours d’une récente conférence de presse, le vice-président du consortium Belneftekhim Vladimir Volkov a déclaré que des livraisons alternatives de pétrole à la Biélorussie étaient à l’étude. « Nous devons y être prêts », a-t-il dit, expliquant que, pour l’instant, les livraisons russes restaient moins chères.

 

Source Ria Novosti

Nucléaire/Bushehr – L’Iran évoque un accord avec Moscou septembre 6, 2007

Posted by starbucker in Iran, Nucléaire, Russie.
add a comment

L’Iran et la Russie sont tombés d’accord sur un calendrier de livraison par Moscou de combustible nucléaire pour la centrale de Bushehr, actuellement en contruction, rapporte jeudi le site internet de la télévision officielle iranienne Irib.

« En vue de l’inauguration de la centrale nucléaire de Bushehr, nous sommes parvenus à de bons accords avec la Russie », a déclaré le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Larijani, selon ce site.

« Ces accords ont permis de préciser le calendrier de livraison en temps voulu du combustible nucléaire et de l’inauguration de la centrale », a ajouté Larijani, sans autre précision.

A Moscou, Atomstroiexport, le groupe russe qui construit la centrale dans le sud-ouest de l’Iran, a déclaré que les discussions se poursuivaient toujours. « En conséquence, je ne confirme pas l’information », a dit une porte-parole, Irina Essipova.

La centrale de Bushehr devait être inaugurée ce mois-ci mais l’un des sous-traitants russes a déclaré qu’elle ne pourrait en aucun cas fonctionner avant l’automne 2008.

Selon des responsables russes, les retards dans la construction sont dus à des défauts de paiement iraniens, d’un montant de plusieurs millions de dollars, et non à des problèmes politiques.

Les Etats-Unis et plusieurs pays européens accusent l’Iran de vouloir se doter d’armes atomiques sous couvert d’un programme civil. Téhéran affirme que son seul objectif est la production d’électricité.

Source Reuters

Minsk et Téhéran signent un contrat sur la production de pétrole en Iran. septembre 5, 2007

Posted by starbucker in Biélorussie, Iran, Pétrole.
add a comment

L’Iran et la Biélorussie ont signé un contrat en vertu duquel la compagnie pétrolière Belarusneft pourra produire de pétrole sur le gisement iranien de Jofeir, a rapporté un porte-parole de la société biélorusse contacté par RIA Novosti mercredi.

Le contrat a été signé par le directeur général de Belarusneft, Alexandre Liakhov.

« Le coût des deux phases du contrat s’élève à près de 450 millions de dollars et il est prévu que notre société pourra produire jusqu’à 40.000 barils de pétrole par jour au stade final de la réalisation du projet », a précisé le porte-parole de Belarusneft. Selon lui, les investissements dans le projet seront réalisés dans les proportions prévues par le contrat pour Belarusneft et la Compagnie pétrolière nationale d’Iran.

Début mai, les deux sociétés avaient concerté le plan général d’aménagement du gisement. Les spécialistes biélorusses avaient mené l’estimation des réserves de Jofeir et élaboré la documentation technique nécessaire.

A ce jour, deux puits ont déjà été forés et la prospection géologique de nouvelles couches du gisement sera poursuivie en septembre, selon la société.

En automne 2006, lors de la visite du président biélorusse Alexandre Loukachenko en Iran, Minsk et Téhéran avaient signé un mémorandum de compréhension pour préparer leur coopération dans le secteur de l’industrie pétrolière. Belarusneft compte engager des investissements de la compagnie pétrolière publique vietnamienne PetroVietnam, laquelle pourrait financer à 100% son projet conjoint avec la Biélorussie en Iran. A cette fin, il est prévu d’enregistrer au Vietnam une coentreprise paritaire avec la participation de la société biélorusse. Avec le consentement de Téhéran, la nouvelle compagnie conjointe pourrait mettre en valeur du champ Jofeir situé dans le sud iranien.

 

Source Ria Novosti

L’Inde et l’Iran sur le point de négocier un projet de constructionde gazoduc septembre 5, 2007

Posted by starbucker in Gazoduc, Inde, Iran.
add a comment

L’Inde et l’Iran sur le point de négocier un projet de constructionde gazoduc NEW DELHI, 5 septembre (XINHUA) — De hauts officiels de l’Inde et de l’Iran vont se rencontrer cette semaine pour négocier un projet de construction d’un gazoduc qui traverserait le Pakistan, a rapporté vendredi l’agence Press Trust of India (PTI).

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Mahdi Safarin, qui devrait arriver vendredi à New Delhi, rencontrera le ministre indien des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee, et le ministre du Pétrole, Murli Deora, a indiqué l’agence PTI.

La visite de M. Safari fait suite à celle de son homologue indien, E Ahamed, en Iran.

Dans le cadre de cette visite, les deux parties discuteront du projet de gazoduc, a indiqué l’agence PTI.

Le projet d’une valeur de 6 milliards de dollars américains est crucial pour l’Inde, qui compte fortement sur les importations d’énergie pour son économie florissante.

Les Etats-Unis se sont opposés à ce gazoduc, mais New Delhi a déclaré ne pas vouloir que l’amélioration des relations avec Washington affecte les relations étroites que le pays entretient par tradition avec Téhéran.

Source Xinhua

L’Iran ne cèdera pas à la pression occidentale sur le nucléaire septembre 3, 2007

Posted by starbucker in Iran, Nucléaire.
add a comment

 Le chef suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a indiqué lundi que son pays ne plierait pas face aux intimidations concernant le programme nucléaire et que l’Iran recourrerait à des méthodes « sages » pour contrecarrer les puissances occidentales interférent, ont rapporté les médias d’Etat.

« L’Iran n’a agressé personne en 28 ans, le peuple iranien ne pliera face à aucune intimidation sur la question du nucléaire et il résistera », a déclaré M. Khamenei devant des étudiants, cité par la radio d’Etat.

Khamenei a fait ses remarques quelques jours après que le président George W. Bush eut mis en garde contre le danger d’un  » holocauste nucléaire » au Moyen-Orient si l’Iran poursuit son programme nucléaire.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a également insisté ces derniers jours sur la décision irrévocable de l’Iran de se doter de la technologie nucléaire civile.

M. Ahmadinejad a déclaré la semaine dernière que l’Iran était déjà une « puissance nucléaire » et que 3 000 centrifugeuses tournaient pour le programme nucléaire du pays.

Les Etats-Unis n’ont jamais écarté la possibilité d’une intervention militaire contre les installations nucléaires iraniennes.

Les médias occidentaux ont récemment informé que les Etats-Unis avaient mis au point un plan pour détruire en trois jours la capacité militaire de l’Iran si Téhéran ne cesse pas son programme nucléaire.

Source Xinhua