jump to navigation

Davantage de pétrole découvert dans l’ouest de l’Ouganda août 24, 2007

Posted by starbucker in ouganda, Pétrole.
add a comment

Davantage de pétrole a été découvert dans un puits appartenant à la société Tullow Oil basée à Londres, dans l’ouest de l’Ouganda.

Avec cette découverte, l’Ouganda aurait une capacité de production de plus de 30.000 barils par jour.

La société Tullow Oil a révélé dans un communiqué que le pétrole avait été découvert dans trois zones du puits Mputa-3 dans le district d’Hoima dans l’ouest de l’Ouganda.

« Le puits a été foré à une profondeur de 973 mètres et de l’hydrocarbure a été découvert dans trois zones séparées, avec une capacité de produire 4.000 barils par jour », fait savoir le communiqué cité vendredi par le journal New Vision.

Pour sa part, le gouvernement ougandais a indiqué que cette découverte pourrait faire de la région du lac Albert une vraie province pétrolière.

« Ce puits montre le potentiel de la région d’Albertine Graben », a déclaré Reuben Kashambuzi, commissaire à la production et l’exploration du pétrole.

Il a ajouté que le forage de davantage de puits, tels que Mputa- 4 pourrait aider à promouvoir les réserves du pays.

Source Xinhua

Publicités

Apres l’or, le pétrole oppose l’Ouganda à la RDC août 9, 2007

Posted by starbucker in Congo, ouganda, Pétrole.
add a comment

Depuis une semaine, les incidents frontaliers se multiplient entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo. Il y a déjà eu des victimes, de part et d’autre, et si les responsables des deux pays ne prennent des dispositions qui s’imposent, la situation risque de dégénérer. La pomme de discorde ? L’exploitation du pétrole dans le Lac Albert.

Dans sa dépêche du lundi 6 août 2007, l’agence de presse Misna s’attarde sur les incidents qui ont eu lieu vendredi 3 août entre les forces armées congolaise et ougandaise. Incidents qui ont coûté la vie à deux soldats congolais des FARDC, un civil, et de l’autre côté, un sujet britannique répondant au nom de Carl Nefdt. En plus, les FARDC avaient réussi à faire prisonniers quatre soldats ougandais.

Carl Nefdt, ingénieur de nationalité britannique, travaillait pour le compte de la société pétrolière canadienne Heritage Oil Corp qui est installée en Ouganda depuis plus de dix ans. Cette société pétrolière, selon l’agence Misna, appartient à un nommé Tony Buckingham, mieux connu dans le monde international de mercenaires. Ainsi, cette société pétrolière canadienne a déjà commencé les travaux d’exploration et compte en l’an 2009 passer au stade de l’exploitation du pétrole pour les marchés locaux. Ce pétrole sera exporté à travers un oléoduc jusqu’ aux côtes du Kenya.

Cependant, il nous revient qu’en juillet 2006, Héritage a signé un contrat de production partage avec la Rdc. Ce qui lui permet d’exploiter le pétrole dans le versant congolais à partir des eaux congolaises avec des installations placées en Ouganda après avoir travaillé au sud de ce pays à Ntrokoto. Mais ayant constaté que la nappe du pétrole se trouve dans le versant congolais, Heritage oil, avec les britanniques ont fait appel à Tollow oil qui dispose de l’expertise et du matériel. Et selon des estimations disponibles à ce jour, cette réserve du pétrole du Lac Albert s’élèverait à 1 milliard de barils.

LES DERNIERS INCIDENTS MEURTRIERS

C’est sur ces entrefaites que les derniers incidents meurtriers sont intervenus. En effet, une embarcation de Heritage oil, en provenance de l’Ouganda, venait de tomber en panne et secourue par la marine des Fardc qui la tenait à l’oeil. Par méprise peut-être, les militaires ougandais sont intervenus, tirant sur les FARDC, blessant un civil et tuant deux soldats congolais. Dans leur riposte, les Fardc ont tué justement cet ingénieur britannique, après avoir réussi à faire prisonniers quatre soldats ougandais.

Pour éviter que la situation ne se détériore, les parties congolaise et ougandaise ont convenu de se réunir pour examiner les faits et éviter que ce genre d’incidents ne se reproduisent. Au terme des discussions, les FARDC ont libéré les soldats ougandais. Néanmoins, il a été convenu de se mettre d’accord sur le tracé lacustre pour éviter de violer les eaux territoriales de chaque Etat. Ce qui entraînerait indubitablement des implications politiques.

A en croire les premiers éléments d’information, c’est dans les eaux congolaises où coule le pétrole du lac Albert, plus particulièrement à la hauteur du village Semiliki. Quant à la limite frontalière, elle s’étendrait jusqu’à Rukwanzi, de part et d’autre des deux pays. Il s’agit de deux blocs couvrant 6.000 km2 et appartenant à la RDC ; bloc en off shore et o, shore ; principalement en Ituri.

Nonobstant toutes ces dispositions et ces accords encore informels, la tension ne cesse de monter entre les deux pays, au niveau de cette frontière, à telle enseigne que la Monuc s’est impliquée pour faciliter les contacts entre les Etats majors ougandais et congolais. Selon Misna, l’on assiste à un déploiement des dispositifs militaires, de deux côtés. Ce qui pourrait conduire, dans l’hypothèse d’une seconde méprise, à une confrontation entre les deux armées, congolaise et ougandaise.

UNE SECONDE « ZONE D’INTERET COMMUN »

Ce serait trop beau de croire que ces incidents constituent des cas isolés. Bien au contraire, ils confirment tout ce qui a été écrit sur les différentes guerres d’agression subies par la Rdc, guerres aux enjeux économiques. Il y a eu l’or de Mongwalu, de Kilomoto, de l’Ituri en général, lequel or a suscité des convoitises que l’on connaît. Jusqu’ à tisser des réseaux maffieux qui permettent la circulation des armes et sèment la mort ainsi que la destruction dans cette partie de la Rdc. Aujourd’hui, les incidents du Lac Albert ont comme dénominateur commun ; l’exploitation du pétrole. Héritage oil qui est installée depuis plus de dix ans en Ouganda, tente d’étendre ses tentacules pour exploiter le pétrole dans le versant congolais du fait que l’Etat congolais n’est pas encore organisé dans ce domaine.

Exactement comme avec l’Angola, le long du littoral commun avec la province du Cabinda. Sur ce point précis, l’Angola et la RDC ont trouvé un compromis pour l’exploitation commune du pétrole dans cette « Zone d’intérêt commun ».

Le Lac Albert constitue donc une seconde Zone d’intérêt commun entre l’Ouganda et la Rdc. Mais seulement voilà. Les choses se passeraient autrement qu’il y a risque que tout puisse arriver. En effet, des accords ont été conclus de la manière suivante ; Tullow Oil, 48,5%, à Heritage Oil, 39,5 % pendant que l’Etat congolais ne bénéficierait que de 12% des actions. Le contrat signé est d’une durée de cinq ans. Et si par des effets évolutifs, Heritage construisait l’oléoduc pour exporter le pétrole à travers le Kenya, pays membre avec l’Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi au sein de East africa Comitte, la RDC n’y verrait que du noir. Surtout qu’à l oeil nu, il s’affirme qu’il s’agit d’un contrat léonin alors que le pétrole est de la RDC.

Dans le sillage du gouvernement, on laisse entendre que ceci expliquerait le dernier séjour du ministre congolais des Hydrocarbures en Ouganda en vue d’harmoniser les politiques pétrolières entre les pays voisins. Le ministre aurait eu des entretiens avec les responsables de Heritage, plus précisément à Kasenyi où sera basé le siège de Heritage oil. Car, en fait, avec la phase d’exploitation du pétrole, il est question d’installer la partie de raffinage qui, logiquement, devrait sur place, alors qu’il était question de l’installer à Beni. A ces entretiens, avait également pris part le gouverneur de la Province Orientale pour défendre les intérêts de la population au regard de l’amélioration des conditions sociales des populations locales et dans la perspective de la création des emplois.

Les choses sont claires. Les enjeux sont là, et le pétrole, après l’or, oppose déjà l’Ouganda à la République démocratique du Congo. Tout est question de savoir comment négocier la gestion de cette seconde « Zone d’intérêt commun ».

 

Source All Africa

Accord sur une joint-venture pétrolière entre l’Ouganda et la Malaisie août 7, 2007

Posted by starbucker in Malaisie, ouganda, Pétrole.
add a comment

L’Ouganda et la Malaisie se sont mis d’accord sur une joint-venture pour la production et la raffinerie de pétrole, offrant davantage d’espoir pour la production de carburant au plus tôt dans le pays.

Selon un communiqué du Palais d’Etat cité mardi par New Vision, l’accord a été conclu lors d’une rencontre lundi après-midi en Malaisie entre le président ougandais Yoweri Museveni et le Premier ministre malaisien Sein Abdullah Ahmed Badawi.

Selon l’accord, M. Badawi devrait bientôt envoyer une équipe d’experts pour l’exploration de pétrole en Ouganda afin d’étudier la faisabilité du projet.

Acceptant l’invitation de M. Museveni à participer à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth prévue en novembre à Kampala, M. Badawi a promis de se rendre en Ouganda avec une équipe d’experts et d’éventuels investisseurs pour mener cette étude.

Les deux dirigeants ont convenu de coopérer pour le développement du réseau des chemins de fer en Ouganda, la sous- traitance agricole, ainsi que la promotion du commerce, notamment l’importation par la Malaisie de produits alimentaires organiques de l’Ouganda.

Bien que toujours à l’étape d’exploration, Heritage Oil du Canada et Tullow Oil basé à Londres ont tous les deux découvert du pétrole dans les zones le long du lac Albert dans l’ouest de l’Ouganda avec une réserve estimée à plus d’un milliard de barils.

 

Source Xinhua

La RDC s’associe à l’Angola pour l’exploitation du pétrole en off shore août 6, 2007

Posted by starbucker in Angola, ouganda, Pétrole.
add a comment

La République démocratique du Congo a pris l’option de s’associer à l’Angola pour exploiter en off shore le pétrole au large du territoire de Muanda. Les deux parties sont parvenues à cet accord au terme du récent séjour à Luanda d’une délégation officielle congolaise conduite par le président de la République, Joseph Kabila.

A travers cet accord, la RDC entend augmenter sensiblement sa production pétrolière, évaluée aujourd’hui à près de 30.000 barils par jour.

Après le retrait de Chevron, Perenco Rep est la seule société qui exploite aujourd’hui le pétrole congolais en off shore.

Le ministre des Hydrocarbures a annoncé l’augmentation cette de la production. Il soutient que cette augmentation est la conséquence directe de l’exploration et exploitation conjointe des gisements de la zone frontalière Angola-RDC. Les représentants de deux pays ont signé 5 accords de coopération le 31 juillet à Luanda, rappelle radiookapi.net.

«Toutes les exploitations et explorations contenues dans le permis délivré par notre voisin l’Angola, qui a signé des accords avec nous, font partie du palier de ce qui va être partagé : 50% pour l’Angola et 50% pour la RDC », a indiqué le ministre Mende.

Concernant la garantie des engagements pris par les deux parties, il s’est référé à la commission mixte annuelle, la signature de ces engagements par les deux pays ainsi qu’à une série d’actes à accomplir en cas de litige.

Comme il s’agit d’une convention de type commercial, la RDC devra se préoccuper des moyens technologiques et financiers qu’elle pourra apporter pour valoriser ce bassin d’exploitation pétrolière, a-t-il ajouté. Le ministre Lambert Mende se dit sûr d’une chose : cette exploitation va améliorer la production annuelle des hydrocarbures de la RDC.

 

Source All Africa

L’Ouganda continuera ses explorations de pétrole en dépit d’une attaque sanglante août 6, 2007

Posted by starbucker in ouganda, Pétrole.
add a comment

Les compagnies explorant le pétrole dans l’ouest de l’Ouganda ont promis de reprendre leur travail dans quelques jours malgré l’assassinat de leur entrepreneur britannique lors d’une attaque frontalière vendredi dernier.

Les deux compagnies pétrolières, Heritage Oil et Tullow Oil, ont affirmé qu’elles évoluaient encore la situation dans laquelle leur entrepreneur, Carl Nefdt, un géologue britannique, a été tué lors d’une attaque à l’aube, lancée par l’Armée de la République démocratique du Congo (RDC) selon l’armée ougandaise.

« Il n’y a pas de suggestion d’abandonner le projet », a déclaré Brian Smith, vice-président de l’exploration de Heritage, cité lundi par le journal New Vision.

« Nous sommes tristes au sujet de la mort de notre collègue et nous essayons de mettre fin à ce qui s’est passé. Nous envisageons de reprendre bientôt nos opérations. C’est seulement une question de temps », a-t-il ajouté.

M. Nefdt est mort vendredi à l’aube au cours d’un échange de feu entre des hommes armés et les gardes de sécurité de Heritage, qui ont été renforcés plus tard par des soldats ougandais, sur l’île Rukwqnzi du lac Albert.

Cette attaque est intervenue après que quatre soldats ougandais furent arrêtés par les troupes de la RDC sur le même lieu pour avoir prétendument traversé la frontière.

« Nous évaluons d’abord la situation et travaillons pour un plan de sécurité avec le gouvernement », a souligné M. Smith. « Nous déployons une force de sécurité supplémentaire avant le retour du personnel aux champs ».

Tullow Oil, partenaire de Heritage dans certaines zones d’exploration, a indiqué qu’ils n’ont arrêté leurs activités que pour une seule journée pour le deuil de leur collègue.

Elly Karuhanga, president de Tullow Oil Uganda a fait savoir que Tullow Oil, qui mène des activités aux environs de la RDC, est en communications constantes avec le côté de la RDC.

« Les deux côtés sont au courant de ce que nous faisons. Nos responsables ont rencontré récemment le président de la RDC Jeseph Kabila et le ministre des Affaires étrangères, et nous envisageons de les rencontrer de nouveau », a noté M. Karuhanga.

Source Xinhua