jump to navigation

GASSI TOUIL : Les Espagnols tentent de calmer le jeu septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Algérie, Espagne, Gaz, GNL.
add a comment

Le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères estime que la résiliation du contrat Gassi Touil n’obéissait à aucune «considération politique».

Le groupe Sonatrach est déterminé à maintenir sa position sur le marché international de l’énergie. Les décisions prises ces derniers jours à l’égard de certains partenaires étrangers, témoignent de la volonté du groupe algérien de gérer ses projets en toute transparence afin de garantir leur aboutissement. Les délais de réalisation sont aussi importants pour Sonatrach. Le cas du projet Gassi Touil, confié auparavant à deux groupes espagnols, Repsol et Gas Natural, en est une preuve. En raison des nombreux retards accusés dans le lancement du projet «Gassi Touil», Sonatrach avait décidé début septembre d’annuler le contrat.
La décision de Sonatrach a fait réagir les responsables espagnols qui tentent de calmer le jeu et de remettre le contentieux entre la société nationale d’hydrocarbure et les entreprises espagnoles dans son contexte bilatéral et commercial. A cet effet, le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères, Bernardino León a affirmé jeudi que la décision de Sonatrach de résilier le contrat la liant à Repsol YPF et Gas Natural sur le projet intégré de Gassi Touil «n’obéissait à aucune considération politique». «On ne joue pas avec la question de l’énergie», a-t-il estimé. Selon lui, la négociation entre les trois entreprises n’aurait pas pris tout ce temps sans cette volonté des deux pays à maintenir à tout prix ce contrat. «C’est là, la seule considération politique que l’on peut faire», a-t-il souligné à la radio espagnole Onda Cero.
Pour sa part, le ministre espagnol de l’Industrie Joan Clos a affirmé mercredi devant le Sénat que son gouvernement «ne va pas risquer» l’ensemble de ses relations avec l’Algérie à cause de la résiliation de ce projet, et qu’il s’agit d’un «problème entre entreprises», rappelle t-on. En effet, l’Espagne a tout à perdre alors que les sociétés espagnoles mises en cause semblaient peu enclines à jouer le jeu d’une coopération transparente et bénéfique pour les partenaires. Toutefois, cette situation, à tout le moins imprévue, n’a pas pour autant dissuadé Sonatrach à poursuivre son plan de développement des puits de pétrole comme en atteste son intention de confier le projet «Gassi Touil» à Gaz de France.
En plus, la place qu’occupe le groupe Sonatrach dans le marché mondial ne lui permet pas de faire des erreurs dans ces domaines de gestion. Le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach, maintient sa position de 12e groupe pétrolier au monde selon le classement de Petroleum Intelligence Weekly. Aussi, l’Algérie a mis en exergue de nouvelles conditions de partenariat avec les compagnies internationales. Sonatrach mettra l’accent sur l’accès aux réserves d’autres compagnies, le transfert de technologie et un meilleur accès à certains marchés. Et ce sont ces exigences qui n’ont pas été agréées par certains des partenaires de Sonatrach, dont justement les deux espagnols Repsol et Gas Natural. Le ministre de l’Energie et des Mines, M.Khelil, avait précisé à cet égard: «Si l’Algérie cherchait il y a 20 ans des investissements pour développer ses réserves de gaz, aujourd’hui Sonatrach est une société qui a des activités dans le monde entier, qui est leader dans le secteur du Gaz naturel liquéfie (GNL) et qui dispose de ressources financières». Si des compagnies ont accès aux réserves de Sonatrach, celle-ci doit pouvoir également avoir accès à leurs réserves dans d’autres pays. Du coup, les nouveaux contrats incluront – il ne fait pas de doute – un transfert de technologie et un meilleur accès à certains marchés. Il est question également pour notre pays de renforcer sa présence sur le marché des Etats-Unis, un marché qualifié de très important et qui sera le plus grand consommateur de GNL dans les prochaines années.

Source  lexpressiondz.com

Publicités

Un nouveau GPLier pour Sonatrach septembre 1, 2007

Posted by starbucker in Algérie, GNL.
add a comment

« Hyproc Shipping Company », filiale de l’entreprise Sonatrach, chargée du transport maritime des hydrocarbures, vient de se doter d’un nouveau GPLier d’une capacité de 22 500 mètres cubes.
Ce navire, construit au chantier Namura au sud du Japon, est baptisé « Rhourd El Adra », du nom du gisement gazier algérien très riche en condensat, découvert en 1964, et dont la production a démarré en 1989. selon un communiqué du département de communication de la compagnie, la cérémonie de baptême a été présidée par le président directeur général de « Hyproc Shipping Company », M. Mohammedi Mostefa, en présence de l’ambassadeur d’Algérie au Japon, des dirigeants du chantier nippon Namura et ceux  d’Hyproc SC. Cette nouvelle acquisition, qui sera réceptionnée au début du mois d’octobre prochain au port de chargement d’Arzew fait partie du programme d’investissement naval mis en œuvre par la compagnie « Hyproc SC » dans le cadre du renforcement du transport maritime des GPL du groupe Sonatrach. Le navire « Rhourd El Adra » sera suivi d’un GPLier identique qui sortira du chantier en novembre 2008 et de trois autres GPLiers de la taille de 35.000 mètres cubes qui seront livrés entre 2009 et 2011, dans le but d’augmenter notablement les potentialités d’ « Hyproc SC » et de contribuer ainsi efficacement au transport maritime des GPL issus des projets de développement de Sonatrach. Pour rappel, deux navires ont été déjà réceptionnés par « Hyproc SC », à savoir le méthanier géant « Lalla Fatima N’Soumer » de 145 000 mètres cubes en octobre 2004 et « Cheikh El Mokrani » de 75 500 mètres cubes en juillet 2007. Un troisième méthanier « Cheikh Bouamama » de 75 500 mètres cubes sera réceptionné en août 2008, dans le cadre du programme d’investissement en partenariat pour l’acquisition de cinq méthaniers pour le renforcement des capacités de transport du groupe Sonatrach qui a exporté environ 8 millions de tonnes de GPL en 2006 et compte augmenter ce chiffre pour atteindre 10 millions de tonnes en 2010. A travers ce programme, le groupe Sonatrach vise à remplacer l’affrètement des navires de transport de GPL notamment par l’acquisition en toute propriété de nouveaux bâtiments. Cela, dans l’objectif d’assurer le transport par ses propres moyens de 50% de l’ensemble des segments d’hydrocarbures (GNL, GPL et autres), et de booster ses capacités de transport de toutes les hydrocarbures. L’Algérie compte à l’horizon 2010 porter ses exportations totales de gaz à 85 milliards de m3, et davantage encore vers 2012.
Aussi, le groupe Sonatrach renforce autant sa flotte de transport maritime de GPL que celle de GNL. Ce renforcement des flottes de transport est dicté par la volonté de l’Algérie d’investir le marché américain, notamment celui de la côte Est (Maryland, Massachusetts), où la compagnie s’est réservé des capacités d’accès à plusieurs terminaux. Les Etats-Unis qui seront les plus grands consommateurs de gaz liquéfié dans les prochaines années, représentent 20% des exportations de GNL de l’Algérie, actuellement, troisième exportateur mondial après l’Indonésie et le Qatar. 

Source Lemaghrebdz.com

L’Indonésie entend importer du GNL d’Iran août 28, 2007

Posted by starbucker in GNL, Indonésie, Iran.
add a comment

La compagnie publique d’électricité indonésienne présente dans la plupart des Etats, la PLN, entend importer du gaz naturel liquéfié (GNL) d’Iran en vue de répondre à la croissance de la demande pour ses centrales électriques, a rapporté mardi le quotidien Jakarta Post.

Il dévoile des négociations en cours sur l’importation de GNL d’Iran, suite à l’échec des démarches auprès d’un fournisseur du Qatar.

La PLN souhaite acheter chaque année environ quatre millions de tonnes de GNL de l’Iran, si ce dernier accepte d’en vendre au prix préférentiel de cinq dollars de moins pour chaque million d’unités termiques britanniques, précise le journal.

La PLN projette également de construire un terminal spécial pour le GNL à Cilegon, pour assurer l’approvisionnement en GNL de ses centrales électriques dans la province de Java, surtout la centrale électrique de Cilegon à 740 MW.

 

Source Xinhua

GNL : Suez peut construire son terminal offshore aux États-Unis août 11, 2007

Posted by starbucker in Etats-Unis, France, GNL.
add a comment

Suez a enfin reçu du département de la protection environnementale du Massachusetts, aux États-Unis, tous les permis nécessaires pour engager les travaux de raccordement d’un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) offshore à la côte. Le groupe dirigé par Gérard Mestrallet avait annoncé fin mars avoir obtenu le feu vert de l’administration maritime à la construction d’un port offshore destiné à recevoir du GNL au large de Boston. Relié par un pipeline spécialement construit au gazoduc sous-marin existant HubLine, Neptune doit fournir, à partir de 2009, aux États de la Nouvelle-Angleterre entre 11,3 et 21,2 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par jour, soit un volume suffisant pour alimenter entre 1,5 et 3 millions de foyers. Suez a un autre projet de terminal offshore à 16 kilomètres au large de la Floride qui devrait être opérationnel en 2011. Avec 8 % de part de marché, le groupe est l’un des leaders mondiaux du gaz naturel liquéfié. Il est seul, à ce jour, à contrôler des terminaux gaziers des deux côtés de l’Atlantique. Six navires sont déjà en opération pour le compte du franco-belge et trois sont actuellement en construction. Un segment qu’il veut continuer à développer, seul ou via son projet de fusion avec Gaz de France. La demande mondiale en GNL a explosé ces trente dernières années, passant de 5 milliards de mètres cubes au début des années 1970 à près de 200 milliards l’année dernière. En 2010, ce chiffre pourrait passer à 300 milliards de mètres cubes.

Source Le Figaro

Téhéran menace Total de chercher d’autres partenaires sur Pars août 8, 2007

Posted by starbucker in France, GNL, Iran.
add a comment

Total n’est pas parvenu à soumettre une proposition financière intéressante pour la construction du premier terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) d’Iran et il se peut que Téhéran doive étudier des alternatives, déclare mercredi Kazem Vaziri-Hamaneh, le ministre iranien du Pétrole.

Le groupe pétrolier français est devenu partie au projet de Pars depuis février 2004. La mise en service du terminal devait intervenir en 2009 mais a été repoussée à 2011 en raison de désaccords persistants sur la collaboration entre Téhéran et Total.

En juin, un haut fonctionnaire iranien avait indiqué que Téhéran avait demandé au groupe français de revoir la facturation de ses services et que les autorités publiques espéraient trouver un accord dans les deux mois.

« Malheureusement, Total n’a pas présenté de proposition finale pour développer la phase 11 de South Pars. Malgré un rééquilibrage des coûts, ils (Total) n’ont pas réussi à atteindre le prix que nous demandions », a dit Kazem Vaziri-Hamaneh à l’agence Fars, propos ensuite publiés par le quotidien Kargozaran.

« Si nous ne parvenons pas à un résultat avec eux, nous devrons trouver une autre solution », ajoute-t-il. Les Etats-Unis pressent leurs alliés de ne pas investir en Iran alors que la communauté internationale soupçonne Téhéran de chercher à se doter de l’arme nucléaire.

 

Source Reuters

Suez annonce sa participation dans un projet de GNL au Chili août 4, 2007

Posted by starbucker in Chili, France, GNL.
add a comment

Suez Energy Andino, filiale du groupe français de services aux collectivités Suez , a annoncé vendredi qu’elle obtiendrait une participation raisonnable dans un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) situé dans le nord du Chili mais que la société publique Codelco en serait le propriétaire.

Ce projet s’inscrit dans la démarche du gouvernement chilien, désireux de remédier aux coupures énergétiques fréquentes du nord du pays alors que les exportations de gaz naturel en provenance d’Argentine ont baissé ces derniers mois.

« Nous aurons un intérêt conséquent mais minoritaire. Codelco sera l’entreprise chargée de diriger le projet », a confié à Reuters un porte-parole de Suez Energy Andino.

Codelco s’était entretenu avec divers partenaires potentiels dans le cadre de l’exploitation de ce site parmi lesquels BHP Billiton , Xstrata , Anglo American et Freeport McMoran.

Source Reuters