jump to navigation

Bolivie: les autorités vérifient les investissements pétroliers septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Bolivie, Pétrole.
add a comment

Le gouvernement bolivien a décidé de vérifier le volume des investissements de plusieurs filales de compagnies pétrolières étrangères, dont Shell et BP, qui opèrent dans l’exploitation du gaz et son transport, annonce jeudi la presse locale.

Les vérification concernent Transredes (filiale de l’anglaise Ashomore et de la hollandaise Shell), la britannique Chaco (BP) et la compagnie logistique des hydrocarbures de Bolivie une filiale de l’allemande Oiltanking et de la péruvienne Grana y Montero.

Le président Evo Morales a approuvé un décret autorisant une avance de 800.000 dollares au ministère des hydrocarbures pour effectuer les audits.

Le gouvernement socialiste de M Morales a nationalisé en mai 2006 les hydrocarbures mais est parvenu à un accord sept mois plus tard avec les 12 compagnies étrangères –dont Total (France), Petrobras (Brésil), Repsol (Espagne), et signé 44 contrats fixant la production, le transport et la commercialisation du gaz, la principale richesse de la Bolivie.

Toutefois les compagnies étrangères n’effectuent pour le moment que le minimum d’investissement pour assurer la maintenance de leurs installations. Elles sont rétives à investir en Bolivie, le pays andin traversant une crise politico-sociale non résolue, indique-t-on dans les milieux pétroliers deSanta Cruz (est), la capitale économique du pays.

La Bolivie dispose avec 1,55 milliard de mètres cubes, des deuxième réserves de gaz d’Amérique du sud après celles du Venezuela.

Source AFP

Publicités

Opep: hausse de la demande de pétrole inchangée en 2007 et 2008 septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Opep, Pétrole.
add a comment

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole a maintenu quasiment inchangées ses anticipations de hausse de la demande mondiale pour 2007 et 2008, tablant sur une progression de 1,51%, puis 1,57% respectivement, dans son rapport mensuel publié vendredi.

Elle a aussi pris acte de la hausse continue des prix du brut, que n’a pas entravée sa décision annoncée mardi d’augmenter sa production de 500.000 barils par jour à compter du 1er novembre.

« La demande mondiale en 2007 devrait progresser de 1,3 million de barils par jour, ou 1,5%, (chiffre arrondi, ndlr), globalement inchangée par rapport (aux prévisions du) dernier rapport mensuel », avance le cartel, qui réunit 12 pays producteurs représentant un peu moins de 40% de la production mondiale.

Dans son rapport du mois d’août (bien: août), l’Opep tablait sur une hausse de la demande de 1,52% en 2007, et de 1,57% en 2008, inchangée depuis.

Les prévisions pour 2007 sont établies avec pour hypothèse un hiver « normal » dans l’hémisphère nord, alors qu’un hiver doux, comme l’an dernier, pourrait faire baisser la demande, et qu’un hiver particulièrement rigoureux pourrait au contraire la faire grimper au-delà des prévisions.

La demande mondiale devrait se monter à 85,72 millions de barils par jour (mbj) en 2007, et à 87,07 mbj en 2008.

Les ministres de l’Opep ont décidé mardi que l’Opep-10 (hors Irak et Angola) augmenterait à compter du 1er novembre sa production de 500.000 barils par jour, une mesure censée détendre un marché préoccupé par la possibilité d’une pénurie au dernier trimestre.

Cela n’a pas empêché le prix du baril de dépasser jeudi les 80 dollars pour la première fois de son histoire, et le prix du « panier » de l’Opep (moyenne de douze qualités de pétrole produites par chaque membre) de battre également des records historiques.

Le cartel constate dans son rapport mensuel que son geste a été sans effet: la hausse des prix se poursuit « en dépit de la récente décision de l’Opep d’augmenter son plafond de production à 27,3 mbj ».

Pour autant, l’Opep s’en tient à son analyse des fondamentaux du marché. « Les principaux facteurs de la récente hausse des prix sont la baisse des stocks (de brut) américains, les craintes relatives aux ouragans dans le Golfe du Mexique et les fermetures de raffineries qui s’en sont suivies, et plus récemment des attaques sur des oléoducs et gazoducs au Mexique », diagnostique le rapport.

« Les fondamentaux du marché physique ne justifient pas les niveaux de prix actuels », insiste l’Opep, qui juge que le marché est suffisamment approvisionné.

Le cartel revient par ailleurs sur les conséquences possibles de la crise du marché des prêts immobiliers à risque (« subprime ») aux Etats-Unis, qui semble se transformer en crise financière de grande échelle.

« Les risques pesant sur la croissance mondiale ont considérablement augmenté. La préoccupation principale est de voir l’instabilité financière affecter négativement l’économie réelle des Etats-Unis et du reste du monde, ce qui aurait un impact substantiel sur la demande de pétrole », analyse le cartel.

« Il est toutefois trop tôt pour estimer le plein impact des développements récents », nuance l’Opep. Sa prévision de croissance économique mondiale est maintenue à 5%, en 2007 et 2008.

La production de l’Opep-12 (y compris l’Irak et l’Angola) s’est élevée à 30,39 millions de barils par jour en août, dont 8,6 mbj pour l’Arabie saoudite, chef de file de l’organisation.

La production de l’Opep-10 s’est élevée à 26,73 mbj en août.

L’Opep a donc représenté 36,2% de la production mondiale, estimée à 83,97 mbj en août.

Source AFP

ExxonMobil veut un arbitrage international pour son conflit avec le Venezuela septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Pétrole, Vénézuela.
add a comment

ExxonMobil a indiqué avoir déposé une demande d’arbitrage international, pour obtenir des compensations pour son retrait de la région pétrolière de l’Orénoque nationalisée par le gouvernement vénézuélien.

Le groupe pétrolier américain ExxonMobil a indiqué jeudi avoir déposé une demande d’arbitrage international, pour obtenir des compensations pour son retrait de la région pétrolière de l’Orénoque nationalisée par le gouvernement vénézuélien.

Le président Hugo Chavez a parachevé fin juin la reprise en main de sa riche région pétrolière de l’Orénoque et s’était engagé à indemniser les multinationales pétrolières sur la base de la valeur comptable des actifs, pas de celle du marché pétrolier.

« A la suite de l’expropriation d’actifs de ses filiales au Venezuela en juin, ExxonMobil a travaillé avec le gouvernement vénézuélien pour parvenir à un accord sur une compensation basée sur une juste valeur de ces actifs », mais ces discussions « ont été sans succès », a indiqué Len D’Eramo, porte-parole d’ExxonMobil.

« Ceci nous a amené à déposer le 6 septembre une demande d’arbitrage auprès du Centre international (ICSID) pour le règlement des différends relatifs aux investissements », a-t-il ajouté. L’ICSID est un organe autonome de la Banque mondiale de conciliation et d’arbitrage pour des conflits entre des gouvernements et des investisseurs privés étrangers.

Tout comme ExxonMobil, l’américain ConocoPhillips a préféré quitter la région de l’Orénoque. En revanche, Total (France), Statoil (Norvège), Chevron (Etats-Unis) et BP (Grande-Bretagne) ont accepté que la part de la compagnie nationale vénézuélienne, Petroleos de Venezuela (PDVSA) devienne nettement majoritaire dans les co-entreprises pétrolières de l’Orénoque.

Source La.Tribune.fr

Le projet de gazoduc Nabucco recueille le soutien décisif de la Hongrie septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Gazoduc, Hongrie.
add a comment

Le projet de gazoduc Nabucco visant à diversifier les approvisionnements en énergie de l’Union européenne (UE), très dépendante de la Russie, prend forme avec le soutien formel de la Hongrie – pays pivot – vendredi à une conférence internationale à Budapest.

Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a déclaré que son pays, longtemps réservé, apporterait son soutien « total » a ce projet européen, qui prévoit d’ici à 2012 un gazoduc de 3.300 km partant de la Caspienne en contournant la Russie et qui apparaît aujourd’hui plus complémentaire que concurrent du projet Blue Stream de Moscou.

« Concernant Nabucco, je veux confirmer que la Hongrie soutiendra totalement l’UE dans ses efforts d’intégrer ses approvisionnement en gaz », a déclaré M. Gyurcsany aux promoteurs du projet.

« La question ne se pose pas en termes +Nabucco contre Blue Stream+ », a-t-il ajouté en soulignant la nécessité de plusieurs nouveaux gazoducs pour garantir l’approvisionnement de l’Europe.

Nabucco et Blue Stream doivent tous deux passer par la Turquie et les Balkans, Nabucco devant cependant réduire la dépendance de l’UE vis-à-vis de la Russie en important du gaz du Moyen-Orient et de l’Asie centrale.

Pour le Commissaire européen à l’Energie, Andris Piebalgs, « les besoins ne feront qu’augmenter et ils ne pourront pas être satisfaits par les fournisseurs actuels. »

L’UE dépend actuellement à 25% du gaz russe et devrait voir ses besoins annuels progresser de 100 milliards de m3 d’ici 15 ans, selon le ministre de l’Economie hongrois Janos Koka. Mais selon lui, Nabucco ne pourra répondre qu’à 30% de cette hausse et il serait « erroné » de s’opposer à Moscou.

Les cinq pays partenaires associés (Turquie, Roumanie, Bulgarie, Hongrie et Autriche) recherchent un sixième partenaire pour ce projet qui coûterait cinq milliards d’euros mais qui, selon Reinhard Mitschek, directeur exécutif de Nabucco, pourrait rapporter « 150 milliards de dollars (108 milliards d’euros) en volume sur deux décennies ».

En marge d’une visite officielle à Budapest, le président français Nicolas Sarkozy a donné son appui au projet et proposé qu’on aide la Hongrie à « être un véritable +hub+ énergétique pour l’Europe ».

« Gaz de France veut rejoindre le projet en tant que partenaire », a rappelé Jean-Marie Dauger, numéro deux du groupe français. La Turquie freine une décision à ce sujet.

L’UE désire réduire sa dépendance de la Russie, ayant subi des coupures d’approvisionnement à la suite de disputes financières entre le géant russe Gazprom et deux pays de transit, Ukraine et Belarus.

La Hongrie, dont les approvisionnements en gaz dépendent à presque 100% de la Russie, a par le passé vivement critiqué Nabucco, lui reprochant son manque de soutien politique et financier, contrairement à Blue Stream.

« Nabucco a l’avantage d’offrir de nouvelles sources d’approvisionnement à travers à un nouvel itinéraire. Son seul problème est qu’il avance très lentement, ayant démarré en 2002 », a souligné M. Gyurcsany.

Il a prôné un « front commun » des pays importateurs d’hydrocarbures et souligné son intérêt pour un troisième projet de gazoduc, South Stream, pour amener du gaz russe dans l’UE via la Bulgarie et l’Italie.

Reinhard Mitschek lui a donné raison.

M. Gyurcsany, qui a toujours évité de froisser Moscou dans ce dossier, a affirmé que le président russe Vladimir Poutine l’avait assuré « comprendre parfaitement qu’un acheteur cherche à diversifier ses approvisionnements ».

Mardi, M. Koka avait indiqué que Budapest proposerait une ouverture de Nabucco vers la Russie, à condition que Moscou permette également à des sociétés étrangères d’accéder à son propre gazoduc.

Vendredi soir le ministre hongrois a estimé avec enthousiasme que « Nabucco prenait son élan ».

Source AFP

Le président turkmène d’accord avec le Kazakhstan sur le projet de gazoduc de la Caspienne septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Gazoduc, Kazakhstan, Turkménistan.
add a comment

Le président turkmène Gourbangouly Berdymoukhammedov a fait grand cas à la réunion du gouvernement vendredi du bilan des négociations turkméno-kazakhes sur l’édification d’un gazoduc qui longera la Caspienne. Le président s’est aussi félicité de la décision de poser le gazoduc Turkménistan-Chine et de créer le couloir de transports et de communications Nord-Sud, a annoncé le service de presse du chef de l’Etat turkmène.

M. Berdymoukhammedov a rappelé que des accords précis relatifs à la réalisation de ces projets transnationaux avaient été enregistrés au cours de ses négociations avec le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev.

Leur mise en oeuvre aurait une grande signification non seulement pour le Turkménistan et le Kazakhstan mais aussi pour la promotion de la coopération dans l’ensemble de la région, a-t-il estimé.

« Il y a une belle chance en ce moment de conférer à cette coopération une nouvelle dimension », a encore indiqué le président turkmène devant le gouvernement.

Source Ria Novosti

La Russie accroîtra la production de pétrole et de gaz septembre 15, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Pétrole, Russie.
add a comment

La Russie accroîtra la production de pétrole et de gaz et leurs exportations, a annoncé aux journalistes, se référant aux paroles du président russe, le directeur des Programmes russes et européens de l’Institut américain de sécurité mondiale Nikolay Zlobin. Vendredi, l’expert a pris part à la rencontre de Vladimir Poutine avec les membres du Club international de discussions Valdaï dans la résidence présidentielle de Botcharov-Routchei près de Sotchi, sur la mer Noire.

D’après le ministère du Développement économique et du Commerce (MERT), de janvier à juillet 2007 la production russe de pétrole, condensat de gaz compris, a augmenté de 2,8% par rapport à la même période de 2006, à 285 millions de tonnes.

Durant cette même période, la production de gaz en Russie s’est élevée à 382 milliards de mètres cubes, soit un recul de 0,3% par rapport à la période analogue de 2006.

Source Ria Novosti

La Corée du Nord aiderait la Syrie à construire un site nucléaire septembre 13, 2007

Posted by starbucker in Corée du Nord, Nucléaire, Syrie.
add a comment

La Corée du Nord aiderait la Syrie à construire un site nucléaire, a rapporté jeudi le Washington Post, citant des sources anonymes des services de renseignement américains.

Les services secrets israéliens ont transmis à l’administration américaine des images par satellite de ce site, que le Post qualifie de « spectaculaires », et qui ont conduit certains responsables de l’administration américaine à penser que ce site pourrait servir à développer des armes nucléaires, a ajouté le quotidien américain.

Selon le Post, seuls certains responsables de l’administration américaine auraient été informés de ces informations vieilles de moins d’un mois, sur instruction du conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Stephen Hadley.

Mais l’administration serait divisée sur ce sujet, certains responsables doutant que la Corée du Nord et la Syrie, qui ont coopéré par le passé dans le domaine de la technologie balistique, aient la capacité de s’associer dans le domaine nucléaire.

La Corée du Nord a fermé en juillet son complexe nucléaire de Yongbyon, en vertu d’un accord scellé le 13 février au cours de négociations à six pays (Etats-Unis, Chine, Russie, Japon et les deux Corées).

Israël a mené la semaine dernière une attaque en territoire syrien, sur laquelle l’Etat hébreu maintient un black-out officiel.

Selon certains médias de la région, l’aviation israélienne aurait frappé une base syro-iranienne de missiles. Selon d’autres, le raid visait un convoi d’armes destiné au Hezbollah libanais.

La Syrie a affirmé que sa défense antiaérienne avait tiré le 6 septembre sur des appareils israéliens ayant violé son espace aérien. Elle a déposé mardi une plainte à l’ONU après la « violation flagrante » de son espace aérien par Israël et affirmé que les appareils avaient largué des « munitions ».

Source AFP

Platts publie son classement annuel des 250 sociétés d’énergie les plus performantes au monde septembre 13, 2007

Posted by starbucker in Energie.
add a comment

Les principales sociétés pétrolières et gazières ont consolidé leur position à titrend’entreprises les plus efficaces dans le secteur mondial de l’énergie, trônant au sommet du classement Platts 2007 des 250 plus grandes sociétés mondiales d’énergie qui a été publié jeudi soir.

Dans un contexte où les prix du pétrole demeurent élevés et où la demande mondiale ne cesse de croître, Exxon Mobil, BP et Royal Dutch Shell arrivent encore une fois en tête de liste. Les seules sociétés gazières non productrices de pétrole à se tailler une place dans le top 20 sont les françaises EDF Energy et Suez, respectivement au 14e et au 20e rang.

Le classement Platts des 250 premières sociétés mondiales d’énergie (Top 250) mesure la performance financière des entreprises selon différents critères tels que les actifs, le chiffre d’affaires, les bénéfices et le rendement du capital investi.

Cette année, Platts a dévoilé son classement lors d’un dîner de gala tenu à Singapour pour célébrer les lauréats asiatiques du Top 250 et ainsi marquer la présence de plus en plus grande de l’Asie dans cette liste. Près de 200 dirigeants d’entreprises d’énergie des quatre coins du monde y ont d’ailleurs assisté. Le ministre d’État de Singapour pour le commerce et l’industrie, M. Lee Yi Shyan, a prononcé le discours d’ouverture sur les défis qui se posent aux sociétés d’énergie asiatiques.

La société d’énergie asiatique la plus performante en 2007 a été Petrochina, qui a obtenu le 6e rang mondial devant plusieurs autres compagnies d’énergie occidentales reconnues. La production pétrolière de Petrochina la place sur un pied d’égalité, en termes d’échelle, avec des moyens producteurs de l’OPEP. Si l’on ne tient compte que des bénéfices, Petrochina occupe par ailleurs le 4e rang mondial sur le plan de l’efficacité. China Petroleum & Chemical Corp (communément appelée Sinopec), Oil & Natural Gas Corporation (Inde), PTT (Thaïlande) et CNOOC (Hong Kong) ont pour leur part pris les deuxième, troisième, quatrième et cinquième position respectivement en Asie.

Les sociétés les plus performantes en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient ont été dans l’ordre BP, Shell, Total, Statoil (Norvège) et ENI (Italie). En Amériques, Exxon Mobil, Chevron, Petrobras (Brésil), ConocoPhillips et Valero Energy sont arrivées en tête de liste.

<< Pour une sixième année consécutive, Platts est fière de présenter son classement réputé des 250 plus grandes sociétés mondiales d’énergie aux communautés énergétique et financière >>, a déclaré Victoria Chu Pao, présidente de Platts. << Compte tenu du contexte compétitif et volatile des marchés actuels, les résultats obtenus cette année sont plus importants que jamais car ils montrent véritablement quelles sont les sociétés les plus performantes dans le secteur mondial de l’énergie. Nous tenons d’ailleurs à féliciter toutes les entreprises qui font partie du Top 250. >>

Pour la première fois dans l’histoire de son classement, Platts a également dressé la liste des sociétés dont la croissance est la plus rapide en termes de chiffre d’affaires. Parmi les sociétés ayant réussi à se démarquer à ce chapitre en Asie figurent China Resources Power Holdings, avec un taux de croissance combinée (TTC) sur 3 ans de 131 pour cent, l’indonésienne PT BUMI (65 pour cent) et la japonaise Inpex Holdings (52 pour cent).

Les services publics les plus performants au monde proviennent tous d’Europe. Outre EDF et Suez, E.ON (Allemagne), Gaz de France, Enel (Italie), Electrabel (Belgique) et BG Group (Royaume-Uni) se sont toutes glissées parmi les 30 premières places du Top 250.

Il est à noter que toutes les sociétés classées possèdent des actifs dépassant les 2 milliards de dollars américains et doivent être cotées en Bourse. Les données ci-dessous sont tirées de la base de données Compustat, qui est compilée et maintenue par Standard & Poor’s (comme Platts, une division de The McGraw-Hill Companies).




Gaz: un nouveau gisement va faire de la Norvège le 2e exportateur mondial septembre 13, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Norvège.
add a comment

L’immense gisement gazier d’Ormen Lange est entré en exploitation jeudi au large de la Norvège, ce qui fera de ce pays le deuxième exportateur mondial de gaz naturel lorsque le champ sera exploité à pleine capacité, a annoncé son opérateur, la compagnie norvégienne Norsk Hydro.

« La production de gaz sur le gisement Ormen Lange sur le socle continental norvégien a débuté à 11H02 (09H02 GMT) le 13 septembre », a indiqué Norsk Hydro dans un communiqué.

A terme, ce gisement, le deuxième du pays en importance, « fera de la Norvège le deuxième exportateur mondial de gaz naturel au monde » derrière la Russie, précise le groupe.

La Norvège est actuellement le troisième exportateur mondial de gaz derrière la Russie et le Canada.

Via le Langeled, le plus long gazoduc sous-marin du monde –1.200 km–, Ormen Lange approvisionnera le marché britannique, dont il couvrira 20% des besoins.

Ses exportations pourront atteindre 70 millions de mètres cubes de gaz et 50.000 barils de condensats (pétrole léger) par jour.

« Les exportations vers le Royaume-Uni et le continent européen seront tout d’abord modérées mais elles augmenteront au cours de l’automne », a précisé Norsk Hydro.

A son pic de production qu’il devrait atteindre en 2010, Ormen Lange renforcera la position de la Norvège parmi les principaux fournisseurs de gaz naturel à l’Europe. Le royaume couvrira 20% des besoins européens.

De 85 milliards de mètres cubes actuellement, les exportations annuelles de gaz norvégien atteindront alors 120 milliards.

Le développement d’Ormen Lange a respecté à la fois le calendrier et le budget (50 milliards de couronnes, soit un peu plus de 6 milliards d’euros) initialement fixés.

Son tour de table rassemble Norsk Hydro, opérateur lors de la phase de développement avec une part de 18,07%, l’anglo-néerlandais Shell, opérateur lors de la phase d’exploitation avec 17,04%, le norvégien Petoro (36,48%), le danois Dong (10,34%) et l’américain ExxonMobil (7,23%).

Source AFP

La raffinerie de Shell rouvre en Argentine septembre 13, 2007

Posted by starbucker in Argentine, Pétrole.
add a comment

Le Secrétariat de l’Environnement a autorisé la réouverture de la raffinerie appartenant au groupe pétrolier Shell.Le gouvernement argentin, en conflit avec Shell, avait décidé de fermer la raffinerie détenue par le groupe pétrolier, l’accusant de polluer et de mettre en danger la santé et la sécurité des riverains. Selon Shell, le groupe respectait pourtant toutes les normes environnementales.

Plan d’assainissement

Pour obtenir la réouverture, Shell a présenté un plan d’assainissement des zones contaminées pour améliorer la protection de l’environnement autour de sa raffinerie. Ce plan coûtera 60 millions de dollars à la compagnie.

Le groupe pétrolier prévoit, entre autre, des améliorations des systèmes de retraitement et d’emmagasinage du gasoil, la mise en place d’une unité de retraitement des gaz, le renouvellement des instruments de contrôle de la qualité de l’air et l’acquisition de caméras infrarouges pour détecter les vapeurs organiques.

Shell a également proposé un plan d’amélioration dans la manipulation des résidus dangereux.

Source AFP