jump to navigation

Sécurité énergétique : Baisse de la consommation dans les pays développés et augmentation dans les pays producteurs septembre 12, 2007

Posted by starbucker in Algérie, Energie.
trackback

Avec près de 1,5 million de barils par jour, l’Algérie participe à hauteur de 2,2% de la production mondiale de pétrole. Sa propre consommation a augmenté de 4,3% en 2007, avec plus de 260.000 barils/jour, ce qui représente environ 0,3% de la consommation mondiale, a estimé un expert de BP.

«Sécurité énergétique de l’Europe. Quel rôle pour l’Algérie ?», tel est le thème de la conférence-débat qu’a animée, hier, M. Christof Ruehl, expert économiste en chef du groupe international, British Petroleum.  M. Ruehl, dont le rôle est d’analyser le développement de l’économie mondiale et son impact sur les marchés énergétiques, et qui fournit, à ce titre, des données stratégiques essentielles aux activités de BP, a ainsi présenté son exposé aux journalistes présents, à l’hôtel  El-Aurassi, sur le thème de l’énergie, notamment du fait qu’en 2006, les prix sur ce marché ont atteint des niveaux très élevés et fait preuve de volatilité. Aussi, selon lui, en dépit de cette hausse des prix, la croissance de la consommation énergétique mondiale est restée supérieure à la moyenne, poursuivant la tendance amorcée ces dernières années. Ceci, en plus du fait que, plus intensive en carbone (pollution), l’utilisation énergétique s’éloigne également de plus en plus des pays développés. «La croissance énergétique mondiale a ralenti pour la 2e année consécutive, progressant de 2,4% contre 3,2% en 2005, un niveau qui reste toutefois légèrement supérieur à la moyenne sur 10 ans», a-t-il indiqué, affirmant, par ailleurs, que c’est l’émergence de la demande de la région de l’Asie pacifique et de la  Chine en particulier qui a fait que la part de ce pays dans la consommation mondiale a dépassé les 15%. Pour ce qui est des réserves de pétrole et de gaz, celles-ci sont restées en grande partie inchangées en 2007, selon l’expert qui a précisé que le ratio réserves/production reste supérieur à 40 ans pour le pétrole et à 60 ans pour le gaz, et cela malgré un léger recul en 2006. «Les réserves de pétrole, soit 1.208 milliards de barils, sont toujours de 15% environ, supérieures à celles d’il y a 10 ans, tandis que les réserves de gaz ont légèrement augmenté, soit 181.000 milliards de m3, notamment aux Etats-Unis et dans plusieurs pays membres de l’Opep», a-t-il estimé, signalant le fait que la baisse de la consommation de 400.000 barils par jour dans les pays de l’OCDE, la plus forte depuis plus de 20 ans, souligne l’impact de la hausse des prix du pétrole, qui ont atteint les 78 dollars le mois d’août dernier. De ce fait, comme le précisera M. Ruehl, la production mondiale a progressé de quelque 0,4%, soit  81,7 millions de barils/jour en 2006, alors que l’Opep a diminué sa production fin 2006, pour la 1re fois depuis 2 ans. Une production estimée à 34,2 millions de barils/jour. En dehors des pays membres de cette Organisation, la production a progressé de quelque 300.000 barils/jour en 2006. Une hausse qui reste toutefois inférieure à la moitié du niveau moyen affiché sur 10 ans, selon l’expert qui indiquera que les plus fortes hausses viennent de la Russie, de l’Azerbaïdjan, de l’Angola et du Canada. Pour ce qui est du gaz, sa consommation a progressé de 2,5% en 2006, et cela en raison de la croissance de la demande en Russie et en Chine. Une hausse qui a compensé les mouvements de baisse aux USA et en Europe. La demande de gaz en Russie, pour sa part, est presque aussi importante que le volume de consommation total de la région Asie pacifique, soit 40% de la hausse enregistrée au niveau mondial. C’est par contre le charbon qui a connu la croissance la plus importante parmi les combustibles fossiles mondiaux, selon l’expert allemand, qui signalera que c’est la  Chine qui utilise plus de 70% de la consommation mondiale, tandis que l’énergie nucléaire est plus utilisée dans les pays de l’OCDE, avec environ 1,4% d’accroissement annuel de la consommation, surtout due à l’intensification de l’utilisation des capacités et de la modernisation de celles-ci.
Enfin, en ce qui concerne l’Algérie, M. Ruehl, a spécifié que ce pays dispose encore de 12,3 milliards de barils de pétrole, ce qui représente plus de 17 années assurées de réserves disponibles, et avec près de 1,5 million de barils par jour, l’Algérie participe à hauteur de 2,2% de la production mondiale de cet hydrocarbure. La consommation, pour sa part, a augmenté de 4,3% en 2007, avec plus de 260.000 barils/jour, ce qui représente environ 0,3% de la consommation mondiale. Idem pour le gaz, même si les réserves prouvées sont largement plus importantes, selon l’expert qui indiquera que celles-ci sont de l’ordre de 4,5 trillions m3, ce qui représente plus de 53 années de réserves pour le pays et plus de 0,8% de la consommation mondiale, avec quelque 23,7 millions de m3 de consommation annuelle. Situation qui signifie que les pays producteurs sont de plus en plus grands consommateurs de ce qu’ils produisent, a enfin estimé l’expert de British Petroleum.

Source El Moudjahid

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :