jump to navigation

Mexique: une guérilla de gauche revendique les attentats contre les gazoducs septembre 12, 2007

Posted by starbucker in Gazoduc, Mexique.
trackback

Le mouvement de guérilla d’extrême gauche Armée populaire révolutionnaire (EPR) a revendiqué mardi la responsabilité des attentats qui ont visé la veille six gazoducs de l’est du Mexique, affectant de nombreuses entreprises qui ont dû réduire ou stopper leurs activités.

« Les unités militaires appartenant à notre Armée ont placé 12 charges explosives sur autant de pipelines de PEMEX (la compagnie pétrolière et gazière publique, ndlr). (…) Toutes ont été activées simultanément à 02h00 le 10 de ce mois », selon le communiqué de ce groupuscule reçu par l’AFP.

Des centaines d’usines, ainsi que des centrales électriques, sont privées du combustible qui leur permet de fonctionner. Le patron de PEMEX prévoit quatre jours de réparation avant de rétablir la distribution de gaz naturel.

Mardi matin, « l’incendie continuait sur deux sites: Omealca et Balastera », ce qui empêche l’intervention des équipes de techniciens pour réparer les gazoducs, a déclaré le directeur général de PEMEX, Jesus Reyes Heroles.

La guérilla a souligné que l’action de sabotage avait été menée « dans le but de ne causer aucune perte humaine ».

« Nous agissons dans le cadre de l’autodéfense armée face à la guerre sale contre le peuple mexicain du gouvernement de Felipe Calderon qui a l’hypocrisie de se faire passer à l’étranger pour un gouvernement démocratique », selon l’EPR, qui demande « la libération de tous les prisonniers politiques et de conscience du pays ».

Les six actes de sabotage de lundi, qui n’ont fait ni morts ni blessés, ont contraint PEMEX à suspendre ses livraisons de gaz.

Le constructeur automobile Volkswagen a stoppé sa production au Mexique à cause des attentats. Son usine de Puebla a suspendu mardi pour quatre jours sa production faute de livraison de gaz naturel.

L’usine Honda de Guadalajara a été également affectée, pour la deuxième fois en deux mois. Les 5 et 10 juillet, plusieurs attentats de l’EPR avaient déjà frappé des gazoducs.

Des centaines d’entreprises fonctionnant au gaz naturel se retrouvaient au chômage technique dans dix Etats du centre et de l’est du Mexique après ces sabotages.

L’EPR, apparu en 1996, est un groupe plus radical que l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) du « sous-commandant Marcos ». L’EPR n’a pas pris le contrôle d’une région comme l’EZLN au Chiapas, mais dispose de cellules dans les montagnes des Etats de Guerrero et d’Oaxaca, dans le sud du Mexique.

Source AFP

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :