jump to navigation

L’Australie signe un accord de fourniture d’uranium à la Russie septembre 7, 2007

Posted by starbucker in Australie, Russie, Uranium.
trackback

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre australien John Howard ont signé vendredi à Sydney le premier accord de fourniture d’uranium de l’Australie à la Russie.

« Ce nouvel accord permettra la fourniture d’uranium australien pour un usage par l’industrie nucléaire civile » russe, a déclaré John Howard lors d’une conférence de presse commune avec le chef du Kremlin à la veille du sommet des dirigeants de l’Asie-Pacifique (Apec).

L’accord pourrait permettre une exportation de l’uranium dès l’an prochain, mais ne permettrait pas à la Russie de le revendre à un autre pays ou de l’utiliser à des fins militaires.

Dans la foulée de la signature, le Premier ministre australien a tout de suite voulu balayer les craintes que l’uranium ne puisse tout de même être détourné, revendu clandestinement et tomber dans de mauvaises mains.

« Tout uranium qui est vendu à la Russie sera vendu sous des garanties très strictes », a assuré M. Howard.

« Nous achetons l’uranium à l’Australie pour de simples raisons économiques », a renchéri M. Poutine.

Le président russe a souligné que son pays exportait déjà de larges quantités d’uranium enrichi à des fins militaires, dont 30 tonnes par an aux Etats-Unis. Et n’aurait donc de toute façon pas besoin de revendre l’uranium australien.

« Je ne comprends tout simplement pas de quoi les gens parlent », a tranché le chef du Kremlin, arrivé vendredi matin à Sydney où il doit aussi rencontrer le président américain George W. Bush dans l’après-midi.

Les écologistes mettent pourtant eux en garde contre les risques que cet accord n’alimente les risques de prolifération nucléaire.

Pour le responsable de Greenpeace Australie, Steve Shallhorn, qui souligne le caractère peu sûr de l’industrie nucléaire russe, le danger est aussi que l’uranium australien ne remplace l’uranium russe actuellement utilisé dans les centrales civiles russes. Et que les ressources russes puissent elles être employées à d’autres fins.

Canberra, qui dispose des plus importantes réserves prouvées d’uranium au monde, avait déjà donné le mois dernier son feu vert à un accord similaire avec l’Inde, malgré la non appartenance de New Delhi au traité de non prolifération nucléaire (TNP).

Howard a indiqué que, selon les termes de l’accord, le minerai exporté vers la Russie ne pourrait en aucun cas être revendu par la suite à la Syrie ou à l’Iran.

L’Australie détient 40% des réserves mondiales d’uranium et l’exporte vers 36 pays.

Source AFP, Reuters

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :