jump to navigation

La fusion avec GDF complique la présence de Suez dans Gas Natural septembre 7, 2007

Posted by starbucker in Electricité, Energie, Espagne, France.
trackback

Le président de Suez, Gérard Mestrallet, a tenté mercredi à Madrid de convaincre le régulateur espagnol de ne pas faire obstacle à sa montée en puissance dans le gazier.

La fusion avec Gaz de France pourrait-elle fragiliser la position de Suez dans l’espagnol Gas Natural (GN), concurrent par excellence de GDF ? Pour déminer cette question, le président de Suez, Gérard Mestrallet, a effectué mercredi une visite éclair à Madrid pour y rencontrer les membres de la Commission nationale de l’énergie (CNE), confirmait-on hier au siège de l’organisme régulateur espagnol. Suez détient actuellement 9,95 % du capital de GN, mais a demandé officiellement à la CNE d’atteindre 11,4 % après l’exercice de ses options. Le feu vert du régulateur est obligatoire pour dépasser le cap des 10 %.

Si la décision de la CNE est en principe purement technique, l’organisme régulateur ne peut ignorer les éventuelles réticences que la nouvelle situation née de l’annonce de la fusion avec GDF pourrait susciter en Espagne. Une chose est qu’une entité privée étrangère prenne position au sein du leader espagnol du gaz, une autre est que ce groupe soit dorénavant contrôlé par l’État français. Surtout après avoir vu l’un des autres  » poids lourds  » de l’énergie nationale, l’électricien Endesa, tomber dans le giron d’Enel, contrôlée elle aussi par l’État italien.

Mestrallet se devait donc de rassurer ses interlocuteurs. Il peut faire valoir à cet égard que l’investissement de Suez au sein de GN est purement financier. Les Français n’ont d’ailleurs pas demandé de représentant au conseil d’administration. En outre, Suez assure que sa présence au sein du capital bénéficie de l’appui du principal actionnaire de référence du gazier espagnol, La Caixa.

RETICENCE DE CERTAINS ACTIONNAIRES

La caisse d’épargne catalane est effectivement le grand partenaire hispanique de Suez. Ils détiennent ainsi ensemble des participations au sein de la société d’eau au sein d’ Aguas de Barcelona. Mais cet appui n’est pas pour autant inconditionnel. La compagnie française a pu s’en rendre compte en juin : elle avait alors présenté à la CNE une demande pour augmenter sa participation au sein de GN au-delà du cap de 10 % mais sans fixer de plafond. Ce qui avait aussitôt provoqué la publication d’un communiqué conjoint de La Caixa et de la compagnie pétrolière Repsol (l’autre actionnaire de référence de GN) précisant que l’initiative du groupe français n’engageait que lui et n’avait donné lieu à aucun accord préalable avec les autres actionnaires.

Suez avait alors jugé bon de replier les voiles et de limiter spécifiquement sa demande de franchissement de seuil à 11,4 % du capital. L’accord à cette requête beaucoup plus modeste semblait alors acquis. Il n’est plus sûr qu’il le soit aujourd’hui.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :