jump to navigation

La France veut construire une nouvelle centrale nucléaire en lituanie septembre 6, 2007

Posted by starbucker in France, Nucléaire, Pays Baltes.
trackback

La France a rappelé jeudi son grand intérêt pour une participation à la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en Lituanie destinée à remplacer la centrale actuelle d’Ignalina, du même type que celle de Tchernobyl.

« Nous avons une vaste expérience dans ce domaine et nous sommes prêts à coopérer avec les institutions lituaniennes », a affirmé à des journalistes le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, à l’issue d’une visite à Vilnius.

« Nos entreprises vont travailler avec l’objectif de rejoindre ce projet », a-t-il ajouté.

La Lituanie travaille depuis plus d’un an sur un projet de nouvelle centrale nucléaire, auquel elle a associé les deux autres états baltes, la Lettonie et l’Estonie, ainsi que la Pologne.

Elle espère lancer un appel d’offres pour sa construction d’ici la fin de l’année prochaine. Quatre groupes se sont déjà manifestés: le français Areva, les américains General Electric et Westinghouse et le japonais Toshiba.

L’objectif du gouvernement de Vilnius est de commencer les travaux en 2009 et de finir la centrale en 2015. Le projet pourrait coûter jusqu’à 6 milliards d’euros, selon le nombre de tranches qui seront construites.

En adhérant à l’UE, la Lituanie a accepté de fermer les deux réacteurs de sa centrale d’Ignalina, de type RBMK comme ceux de Tchernobyl en Ukraine, où un très grave accident a eu lieu en 1986. Le premier a été fermé fin 2004 et le second doit l’être fin 2008.

Jean-Pierre Jouyet a ajouté que les entreprises françaises étaient prêtes à travailler sur les autres projets énergétiques de la Lituanie, comme l’interconnexion des réseaux d’électricité et de gaz avec la Pologne voisine.

« Tous ces projets assureraient l’indépendance énergétique de la Lituanie. Il est très important que l’indépendance énergétique européenne soit assurée », a-t-il dit.

Actuellement, la Lituanie et les deux autres pays baltes sont lourdement dépendants de la Russie. Cette dépendance va s’accroître après la fermeture définitive d’Ignalina.

 

Kiev peut rejoindre le projet de construction

Selon Adamkus , le président ukrainien Victor Iouchtchenko voulait connaître les modalités de participation de son pays à la construction de la nouvelle centrale nucléaire. « J’ai donné une réponse très simple: la Lituanie est complètement ouverte à tous les partenaires compétents et solvables qui souhaitent participer à la construction », a indiqué le président lituanien soulignant que Kiev ne demandera pas les actions de la future centrale.

Adamkus a exprimé l’espoir que d’autres participants ne s’opposeront pas à l’adhésion de l’Ukraine à ce projet. La Lituanie, la Lettonie, l’Estonie et la Pologne se proposent de construire la nouvelle centrale d’ici à 2015 sur la place de la centrale d’Ignalina qui va être fermée en 2009 à la demande de l’Union européenne qui la considère comme dangereuse.

 

Source AFP Itar-Tass

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :