jump to navigation

Projet de Gassi Touil- Sonatrach résilie le contrat avec Repsol YPF et Gas Natural septembre 5, 2007

Posted by starbucker in Algérie, Espagne, Gaz.
trackback

Encore un épisode de désaccord entre l’Algérie et l’Espagne en matière de coopération énergétique. Après les litiges autour du projet Medgaz et du prix du gaz, le ton monte de nouveau entre les deux pays sur une autre question d’ordre énergétique, à savoir le projet gazier Gassi Touil, l’un des projets phares de coopération entre les deux pays et dont l’investissement dépasse les deux milliards de dollars (1,6 milliard d’euros, dont une partie consommée).

Lundi dernier, à la surprise générale, Sonatrach, qui a déjà décidé en juillet de saisir les tribunaux espagnols et la Commission européenne au sujet du contentieux du projet Medgaz, a averti l’autorité boursière espagnole (CNMV) de sa décision d’annuler l’accord signé en 2004 avec les groupes Repsol YPF et Gas Natural concernant ce projet, selon des informations rapportées par les agences. Et ce, pour une première mise en gaz en novembre 2009, selon les clauses du contrat entre les deux parties. Le contrat qui vient d’être résilié par Sonatrach (qui n’a pas encore rendu publique sa décision en Algérie) est, à titre indicatif, le premier du genre à avoir été accordé à des compagnies étrangères en Algérie.

Il prévoyait initialement la construction d’un méga train de GNL (gaz naturel liquéfié) à Arzew d’une capacité annuelle de 4,5 millions de tonnes. Finalement, c’est le blocage du côté algérien. Un blocage qui n’arrange guère les sociétés espagnoles impliquées dans le projet. D’ailleurs, Repsol YPF et Gas Natural ont dénoncé hier, dans un communiqué commun, la décision de Sonatrach, jugeant «illégitime et illégal» le choix de l’Algérie de réaliser le projet en solo.

Les deux groupes ont même affirmé vouloir défendre leurs intérêts en soumettant la question à un arbitrage international, et avoir l’intention de demander des dommages et intérêts, trois ans après la signature du contrat pour une période de trente ans. Pour mener à bon port ce projet, une compagnie commune avait été créée au sein de laquelle Repsol détenait 48% des parts, Gas Natural 32% et Sonatrach 20%.

Commentant le choix de Sonatrach, les spécialistes espagnols, notamment les politologues, comme c’est le cas de Cezar Vidal, estiment qu’il s’agit d’une décision «strictement politique». Jetant la balle dans le camp espagnol, M. Cezar Vidal accuse le gouvernement espagnol de commettre des «bévues» sur la scène internationale.

«L’Espagne a traditionnellement mené une politique équilibrée dans la région du Maghreb, malgré des relations difficiles avec le Maroc et l’Algérie, ce qui permettait d’entretenir des relations de bon voisinage avec l’ensemble des pays de la région, et notamment d’obtenir des contrats fructueux», a commenté M. Vidal. Cependant, la phase de l’équilibre est en train de s’effacer, selon le politologue qui n’a pas manqué de faire remarquer : «Ces dernières années, cet équilibre a été rompu, suite au changement de cap pris par le gouvernement socialiste qui s’est orienté vers un rapprochement unilatéral avec Rabat, ce qui a suscité le mécontentement de nos partenaires algériens.»

«L’année dernière, l’Algérie a augmenté les prix du gaz naturel qu’elle nous livrait, avant de rompre ce contrat avantageux. Ces décisions reflètent le mécontentement suscité par la rupture de l’équilibre politique qui unissait Madrid à ses partenaires du Maghreb», a ajouté le politologue. De manière globale, beaucoup de points restent à éclaircir à l’issue de cette décision qui commence déjà à affecter les entreprises espagnoles. Car, les valeurs de Gas Natural et de Repsol YPF baissaient sensiblement hier à la Bourse de Madrid, c’est-à-dire au lendemain de l’annonce par Sonatrach de la rupture du contrat. Hier, selon les agences espagnoles, l’action de Gas Natural, le premier groupe gazier espagnol, reculait de 1,55% à 38,01 euros dans un marché en baisse de 0,49%, alors que le pétrolier Repsol YPF baissait de 0,95% à 26,20 euros.

 

Source All Africa

Publicités

Commentaires»

1. Al-Qaïda au Maghreb islamique, la violence instrumentaliser par l’Europe ? « Les dessous de l’actualité mondiale - septembre 9, 2007

[…] Projet de Gassi Touil- Sonatrach résilie le contrat avec Repsol YPF et Gas Natural […]


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :