jump to navigation

Les valeurs énergétiques russes sous influence du Kremlin septembre 4, 2007

Posted by starbucker in Energie, Russie.
trackback

Le potentiel de croissance du secteur hydrocarbure russe pousse les valorisations des majors cotées. Les sociétés dirigées par des proches de Poutine affichent une belle progression depuis le début de l’année.

L’ombre du Kremlin pèse sans cesse davantage sur l’humeur des investisseurs. La proximité comparative des groupes russes avec le pouvoir semble en tout cas sur le dernier semestre déterminer la performance des titres. Gazprom et Rosneft, tous deux contrôlés par le Kremlin, affichent ainsi une belle progression depuis le début de l’année. Sourgoutneftegaz, qui est privé mais contrôlé par des proches du président russe, a également gagné du terrain. Les deux autres pétroliers privés majeurs (Loukoïl et TNK-BP) sont, en revanche, en repli.

Les groupes contrôlés par l’État russe poursuivent une politique d’acquisitions extrêmement ambitieuse autant au niveau domestique qu’international. Rosneft et Gazprom se sont partagé la dépouille de Ioukos, l’ancien numéro un russe du pétrole. D’autre part, la Bourse moscovite bruisse régulièrement de la rumeur selon laquelle Rosneft se préparerait à engloutir Sourgoutneftegaz, le 4e pétrolier russe, dans l’optique de rejoindre le peloton de tête des pétroliers mondiaux. Le Kremlin encourage fortement ses poulains à attaquer la scène internationale. Gazprom ne cache pas ses immenses ambitions sur le marché européen de la distribution et aurait probablement déjà fait un malheur si les Occidentaux n’avaient pas freiné des quatre fers. La puissance de feu financière de Gazprom terrifie les gouvernements européens qui se dépêchent de mettre en place des garde-fous.

LOUKOIL ACHETTE DES RAFFINERIES EN EUROPE

Les groupes privés russes suivent des politiques d’acquisition nettement plus modestes. Au niveau domestique, leur croissance est bloquée par la volonté du Kremlin de donner toute la latitude à Gazprom et Rosneft. Aucun privé n’a été autorisé à se servir dans les dépouilles de Ioukos. À l’international, seul Loukoïl montre les dents en achetant des raffineries en Europe centrale et orientale. Sa tentative d’aller plus à l’ouest en achetant une raffinerie à Rotterdam a toutefois échoué l’année dernière. Les perspectives de croissance sur douze mois des titres sont diverses si l’on en croit les analystes de la banque Renaissance Capital. Gazprom posséderait un potentiel de croissance de son chiffre d’affaires de 27 %, soit moins que TNK-BP (41 %) et Sourgoutneftegaz (38 %). Le titre Loukoïl pourrait gagner 18 % tandis que le numéro un russe, Rosneft, disposerait d’un potentiel plus limité de 5 %, selon le courtier.

Le numéro un russe du pétrole, Rosneft, signe son retour sur le marché obligataire après avoir annulé il y a un mois et demi une émission d’euro-obligations d’une valeur de 5 milliardsde dollars (1 milliard d’euros). Cette fois, le groupe détenu à 75 % par le Kremlin, va lever des fonds en roubles, 45 milliards exactement (1 milliard d’euros). Ce qui devrait représenterla plus importante émission jamais réalisée sur le marché domestique.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :