jump to navigation

L’hydrogène, énergie du futur freinée par des moyens d’hier septembre 4, 2007

Posted by starbucker in Energie.
trackback

Pour sa voiture verte, le sémillant Nicolas Hayek père mise sur l’hydrogène qui doit alimenter une pile à combustible. De nombreux scientifiques, soutenus politiquement par des fonds publics, sont convaincus que l’hydrogène est une si ce n’est l’énergie de l’avenir. Même si elle est encore freinée aujourd’hui par un coût économique et écologique excessif. Décryptage.

Le rêve. Un combustible qui ne produit aucune émission de dioxyde de carbone, principal gaz à effet de serre. L’hydrogène en est: son seul résidu est de la vapeur d’eau. Autre atout majeur: ce gaz propose une énergie pouvant être stockée – contrairement à l’électricité – tout en offrant la souplesse des énergies fossiles.

Son utilisation est particulièrement avancée pour les véhicules à moteur mais ses usages peuvent être multiples. On peut imaginer employer ce combustible pour produire de l’électricité à n’importe quelle fin. Chauffer une maison comme recharger son portable.

Dans les faits, l’hydrogène pose de multiples défis, raison pour laquelle votre voiture ne relève pas de cette propreté-là.

Indisponible. Bien qu’extrêmement abondant dans la nature – chaque molécule d’eau en contient deux atomes –, l’hydrogène n’est pas disponible à l’état pur. Il doit donc être extrait ou produit. Comment? A partir d’une autre source d’énergie qui, si elle veut être écologiquement propre, doit être renouvelable. A l’heure actuelle, 99% de l’hydrogène est produit à partir de gaz naturel (méthane) – épuisable et émetteur de CO2. Le reste est produit par électrolyse – qui scinde les molécules d’hydrogène et d’oxygène dans H2O –, ce qui nécessite de l’électricité. Produite par l’hydraulique, le solaire ou l’éolienne, elle reste propre. Le nucléaire serait une solution, si les déchets ne restaient pas un obstacle.

Volumineux. Outre le coût écologique, le facteur économique est non négligeable. Premier problème, l’hydrogène a une très faible densité à l’état liquide comme à l’état gazeux. Il en faut donc des gros containers pour en mettre peu. Sous forme liquide, il offre une bonne capacité volumique mais présente l’inconvénient de devoir être refroidi à une température de -250 degrés. Trop énergivore. A l’état gazeux, c’est en bouteilles pressurisées que le gaz se transporte le mieux. Mais la solution n’est pas encore optimale: les matériaux utilisés (le platine notamment) sont très onéreux pour un résultat encore inférieur à l’essence (un litre d’hydrogène équivaut à l’énergie de 0,2 l d’essence).

Plusieurs autres solutions sont à l’étude, mais elles ne se sont pas encore imposées face à la précédente (voir ci-contre).

Dangereux? L’hydrogène est un gaz hautement inflammable. L’histoire retient l’explosion du zeppelin Hindenburg en 1937 et celle de la navette Challenger presqu’un demi-siècle plus tard. Toutefois, il semble qu’en milieu non confiné, le risque de formation d’un nuage explosif soit moindre.

ÉNERGIES RENOUVELABLES Trop cher à produire et à stocker, l’hydrogène n’en reste pas moins un espoir de ressource propre.

 

Source La Tribune de Genève

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :