jump to navigation

EDF participera à la construction de 4 EPR aux Etats-Unis septembre 3, 2007

Posted by starbucker in Etats-Unis, France, Nucléaire.
trackback

Dans le cadre de son partenariat avec l’américain Constellation Energy, l’électricien tricolore a conclu un accord l’assurant de participer, aux côtés d’Areva, à la construction de 4 réacteurs nucléaires de type EPR outre-Atlantique. En France également, des investissements se profilent.

Dans la foulée du partenariat annoncé cet été avec l’électricien américain Constellation Energy, EDF continue de poser des jalons pour participer au redémarrage du nucléaire aux Etats-Unis. Le groupe présidé par Pierre Gadonneix vient de conclure un accord avec ce même Constellation, lui garantissant d’être associé à la construction de 4 réacteurs nucléaires de type EPR outre-Atlantique. En vertu d’une alliance scellée voilà deux ans avec Areva, Constellation Energy a en effet choisi d’équiper ses futures centrales du tout nouveau réacteur français. Le moment venu (vraisemblablement au milieu de la prochaine décennie), EDF investira donc à ses côtés. Aux yeux de Pierre Gadonneix, il s’agit là d’une « avancée majeure », mais elle constitue seulement « un premier pas ». Car aux Etats-Unis, comme dans les autres « pays cibles » identifiés par le groupe (Royaume-Uni, Chine, Afrique du Sud), l’objectif est de « devenir l’opérateur de référence dans le domaine nucléaire ».

En France aussi, des investissements se dessinent. Outre la construction d’une tête de série EPR à Flamanville, dont la mise en service est programmée en 2012, EDF va être amené à dépenser quelque 800 millions d’euros d’ici à 2009 pour remettre en état les générateurs de vapeur de 16 réacteurs. Au cours d’inspections réalisées l’an passé dans des centrales comme Chinon, Saint-Alban et Cruas, un entartrage anormal de ces pièces a été constaté. Leur nettoyage nécessite un « lessivage chimique », qui rallonge à chaque fois la durée des arrêts de tranche, donc l’indisponibilité des centrales concernées. Au cours du premier semestre, ces travaux de maintenance ont amputé de 200 millions d’euros l’excédent brut d’exploitation d’EDF.

Ce n’est pas le seul élément défavorable supporté par le groupe depuis le début de l’année. Sur la première moitié de l’exercice, l’électricien français a en effet été pénalisé par la douceur du climat, qui a pesé sur les recettes de ses activités régulées (transport et distribution). Il a aussi dû constituer 100 millions d’euros de provisions complémentaires, en raison du nouveau « tarif réglementé transitoire », ce fameux dispositif réservé aux entreprises et revenant à plafonner le prix de l’électricité.

Malgré ces handicaps, EDF est parvenu à dégager des résultats meilleurs que prévu sur les six premiers mois de l’année : à 8,8 milliards d’euros, son excédent brut d’exploitation a progressé de 6,7 %. Hors éléments exceptionnels, son résultat net a, quant à lui, augmenté de 9,1 %, à 3,2 milliards.

 

Source Les  Echos

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :