jump to navigation

Kashagan: peut-être la dernière chance pour Eni août 29, 2007

Posted by starbucker in Italie, Kazakhstan, Pétrole.
trackback

Les observateurs du secteur pétrolier ont dû avoir une impression de déjà-vu lorsque le gouvernement kazakh a décidé de signaler au consortium emmené par Eni chargé de développer le gisement pétrolier géant de Kashagan qu’il avait enfreint la législation sur la protection de l’environnement.

Le groupe pétrolier italien vient en effet rejoindre BP et Royal Dutch Shell sur la liste des groupes qui ont eu maille à partir avec les pays riches en pétrole de l’ex-bloc soviétique, désireux de reprendre le contrôle de leurs ressources énergétiques, potentiellement lucratives et stratégiquement vitales.

Mais le cas d’Eni se distingue cependant par quelques différences de taille.

Premièrement, si BP a dû renoncer au contrôle du gisement Kovykta et si Shell, sous la pression de Moscou, a dû abandonner son projet Sakhalin II à Gazprom, il est peu probable que les Kazakhs, malgré toutes leurs gesticulations, chassent Eni de Kashagan.

Le Kazakhstan n’est pas la Russie et ne peut pas compter sur un groupe public kazakh doté d’une puissance financière et d’une expertise technique comparables à celles du russe Gazprom pour prendre le contrôle d’un projet aussi complexe et coûteux que le gisement offshore de Kashagan.

Deuxièmement, Eni s’est attiré des ennuis en sous-estimant la complexité du projet.

La colère du gouvernement kazakh paraît en partie justifiée puisqu’il semble aujourd’hui que le groupe italien avait au départ fait des promesses irréalistes dans le but d’obtenir le contrat.

Pomper du pétrole d’un gisement où les températures fluctuent entre plus 40 degrés l’été et moins 40 degrés l’hiver, dans la mer Caspienne qui est gelée pendant au moins quatre mois de l’année, n’est qu’un exemple des difficultés auxquelles Eni est confronté.

Le pétrole du gisement de Kashagan présente une teneur élevée en sulfure d’hydrogène, ce qui fait courir un risque mortel aux ouvriers et complique un peu plus que d’ordinaire les aspects environnementaux.

Les autorités kazakhes ont lancé des avertissements à Eni depuis qu’elles ont été officiellement informées en juillet que le début de l’exploitation du gisement, prévu en 2008, serait repoussé au second semestre de 2010.

L’envolée de l’estimation des coûts du projet, qui est passée selon le gouvernement kazakh de 57 milliards d’euros à 136 milliards d’euros, a été la goutte qui a fait déborder le vase.

D’importants dépassements de coûts, même s’ils n’atteignaient finalement pas ce montant, constitueraient une sévère déconvenue pour le Kazakhstan, qui a signé un contrat sur 40 ans pour le gisement de Kashagan, la plus grosse découverte de pétrole depuis 30 ans, aux termes duquel l’Etat ne touchera une partie des recettes qu’une fois que les groupes pétroliers auront récupérés les coûts initiaux.

Le message est que le consortium ne s’en tirera pas simplement avec une nouvelle amende de 150 millions de dollars, comme lorsqu’il avait déjà repoussé une première fois le calendrier de production de 2005 à 2008.

Le cours du baril de pétrole oscillant autour de 70 dollars, ces retards constituent un manque à gagner considérable pour le Kazakhstan.

Le consortium emmené par Eni va sans doute devoir concéder à l’Etat kazakh une part plus importante des recettes que ne le prévoyait le contrat initial. En cas de nouveaux dépassements de coûts ou de nouveaux reports du calendrier de production, Eni risquerait de perdre le rôle d’opérateur du projet au profit de l’un de ses partenaires.

Il est peu probable qu’ExxonMobil, Total ou Shell laissent échapper une telle opportunité d’accroître leur participation dans le projet Kashagan, si jamais elle se présente.

Eni doit donc prendre garde s’il veut conserver son rôle de leader sur ce projet. Il n’aura peut-être plus droit à l’erreur.

 

Source DJ

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :