jump to navigation

Du pétrole au large du bassin d’Arcachon. août 29, 2007

Posted by starbucker in France, Pétrole.
trackback

Le canadien Vermilion va démarrer un forage à 45 kilomètres des côtes. Si les résultats sont concluants, la production représenterait 4 % de la consommation française de pétrole. BORDEAUX, de notre correspondante.

Arrivée la semaine dernière de la mer du Nord, la plate-forme « Byford Dolphin » va permettre à Vermilion France, filiale du groupe canadien Vermilion Energy Trust, d’entamer dans les prochains jours un forage d’exploration pétrolière à 45 kilomètres de la côte aquitaine, à une profondeur de 2 500 mètres, au large du bassin d’Arcachon. La zone choisie pour ce forage se situe dans la continuité géologique du plateau landais, où Vermilion exploite plusieurs puits autour de Parentis, lieu du siège français de la société.

« Nous avons un permis d’exploration valable jusqu’au 30 septembre, ce qui nous laisse un mois pour déterminer la validité de nos recherches. Les résultats devraient être connus fin octobre », assure Daniel Goulet, PDG de Vermilion France. Ce permis est associé à une convention signée avec le Centre d’essais des Landes, basé à Cazaux, car le forage se trouve en zone militaire. Une base logistique de 25 personnes vient d’être implantée au Verdon, à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, et la plate-forme emploie une centaine de spécialistes venus du monde entier. À terme, l’exploitation devrait générer 300 emplois.

Ce forage exploratoire représente un investissement initial de 30 millions d’euros, et l’exploitation future du gisement est estimée à 450 millions d’euros sur dix ans, même s’il existe de nombreuses inconnues, notamment sur la qualité et le volume de brut qui sera retiré. « Nous estimons le potentiel de production à 40 000 barils, ce qui doublerait notre production actuelle sur le plan national, et représenterait 4 % de la consommation française », estime Daniel Goulet.

Implantée en France depuis 1997, Vermilion a racheté l’ensemble des puits français exploités par Esso Rep, en Aquitaine et en région parisienne, ce qui en fait le premier opérateur national, même si l’entreprise reste toute petite par rapport aux géants du secteur, qui sont aussi ses partenaires, car elle ne raffine pas. Le pétrole pompé dans l’Atlantique sera acheminé par oléoduc ou récupéré sur site après stockage en mer avant d’être raffiné à Saint-Nazaire ou au Havre par Total, Shell ou Exxon, qui l’intégreront dans leur production.

Le développement de Vermilion est dû en grande partie à l’envolée des cours du brut, ce qui justifie des recherches dans des zones jugées peu rentables jusqu’à ces dernières années. En dix ans, Vermilion a investi 350 millions dans l’Hexagone. L’entreprise dispose d’ailleurs de deux autres permis pour des forages exploratoires dans la même zone, à la pointe du Cap-Ferret et au large du bassin d’Arcachon.

 

Source La Croix

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :