jump to navigation

Enel invité à entrer dans l’énergie russe août 28, 2007

Posted by starbucker in Electricité, Russie.
trackback

L’italien a été autorisé à prendre 100 % de l’électricien russe OGK-5. Une première pour un groupe étranger, dans un secteur sous influence du géant gazier Gazprom.

En obtenant le feu vert pour reprendre la totalité du producteur d’électricité russe OGK-5, Enel, qui avait déjà déboursé 1,5 milliard de dollars pour s’en offrir 30 %, confirme qu’il a de bons contacts dans le pays. Aucun groupe étranger n’était jusqu’ici parvenu à prendre aussi solidement pied dans le très prometteur secteur électrique russe. C’est qu’il faut avoir le coeur bien accroché pour y parvenir, mais aussi être assuré de bons contacts et ne pas avoir peur de heurter les intérêts de Gazprom ni des oligarques, décidés à profiter de la restructuration du secteur pour s’en octroyer de larges pans. OGK-5 est un des 6 groupes (baptisés OGK, soit l’acronyme russe pour  » Compagnie de génération et de distribution « ) progressivement scindés du monopole de l’électricité SEU dans le cadre de la libéralisation du marché. SEU détient pour l’heure 50 % d’ OGK-5, Enel 30 %, le solde étant aux mains d’actionnaires minoritaires. Le groupe est coté à la Bourse de Moscou et valorisé 5,46 milliards de dollars. Enel prendra sa décision définitive lorsqu’ OGK-5 sortira effectivement du monopole russe le 4 septembre. Une montée à 100 % devrait lui coûter quelque 3,6 milliards de dollars.

OGK-5 possède d’excellentes perspectives de croissance. Ses quatre centrales thermiques se situent dans des régions fortement industrialisées (Moscou, Rostov et Ekaterinbourg), où la pénurie d’électricité s’accentue d’année en année. Le secteur russe souffre de sous investissement depuis quinze ans et Vladimir Poutine a récemment estimé à 460 milliards de dollars les sommes qu’il faudra y injecter d’ici 2020. Le relèvement des tarifs, politiquement risqué, paraît inévitable. La quittance d’électricité tourne autour de 15 dollars par mois pour les ménages russes (soit un quart des dépenses moyennes d’alcool et cigarettes, d’après la banque d’investissement Renaissance Capital !).

AVEC LE FINLANDAIS FORTUM

Reste que les autres groupes étrangers désireux de prendre pied sur le marché auront fort à faire. Le monopole d’État Gazprom apparaît déterminé à phagocyter les autres rejetons de SEU, l’un de ses principaux clients. Le géant gazier a déjà mis la main fin juillet sur OGK-6 et OGK-2, qui représentent 8 % de la production russe non nucléaire. Le groupe public viserait une part de 40 % du secteur. Seul autre étranger présent dans l’électricité, le finlandais Fortum détient 27 % de TGK-1, un producteur de la région de Saint-Pétersbourg. Mais les autorités russes sont peu disposées à laisser le groupe monter en puissance dans la deuxième et très stratégique ville du pays.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :