jump to navigation

«Les Etats-Unis doivent quitter l’Asie centrale» août 18, 2007

Posted by starbucker in Etats-Unis, Géopolitique, Russie / CEI.
trackback

GEOPOLITIQUE. Vendredi, le Groupe de Shanghai a effectué des manœuvres militaires sans précédent.

L’Occident doit-il craindre pour ses intérêts en Asie centrale, riche en hydrocarbures? L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, a effectué vendredi des manœuvres militaires conjointes sans précédent dans la région russe de Tcheliabinsk, dans l’Oural. 6500 hommes, des blindés et près de 100 avions ont participé aux exercices sous le regard des présidents russe et chinois, Vladimir Poutine et Hu Jintao.

Les intentions du Groupe de Shanghai, officiellement créé en 2001, mais déjà en partie constitué en 1996, ne sont pas voilées. Lors du sommet annuel de Bichkek de jeudi (LT du 16.08.2007), les membres de l’OCS ont déclaré que «la stabilité et la sécurité en Asie centrale peuvent être mieux assurées par les efforts entrepris par les nations de la région». Directeur du World Security Institute de Moscou cité par le Christian Science Monitor, Ivan Safranchuk confirme: «L’OCS veut que les Etats-Unis quittent l’Asie centrale. C’est la raison pour laquelle elle effectue ces manœuvres militaires pour démontrer sa capacité d’assurer la stabilité de la région après le départ des Américains.» Les ambitions militaires nouvelles de l’OCS coïncident d’ailleurs avec un retour remarqué de la Russie sur le devant de la scène. Depuis quelques mois, elle multiplie les offensives visant à montrer son statut de puissance qui compte. C’est elle qui pousse à un renforcement de l’OCS. Elle aspire d’ailleurs à ce que l’Iran en devienne un membre à part entière. «La diplomatie entre la Russie et l’Occident est de plus en plus remplacée par des gestes de nature militaire de la part de la Russie», relève Sergeï Strokan, journaliste au Kommersant. Il ne saurait mieux dire. Vendredi, Vladimir Poutine a annoncé que son pays allait reprendre les vols permanents de bombardiers stratégiques capables de transporter des missiles nucléaires. Cette pratique avait pourtant été abandonnée en 1992.

Enjeux énergétiques

Depuis le 11 septembre 2001, Washington dispose encore d’une base militaire au Kirghizistan, mais a dû abandonner celle qu’il utilisait en Ouzbékistan. Ces exercices, promus par la Russie, ont aussi pour but de faire contrepoids à l’OTAN. L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord s’est considérablement élargie dans l’Est européen parmi les ex-membres du Pacte de Varsovie. Mais elle est aussi présente en Afghanistan dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

Russes et Chinois ont des divergences stratégiques dans la région, mais ils partagent les mêmes préoccupations énergétiques. Pour Moscou, il importe d’éconduire les Américains qui poussent les ex-républiques soviétiques d’Asie centrale à construire des pipelines pour transporter le gaz et le pétrole de la région vers l’Ouest en évitant soigneusement la Russie. La Chine pour sa part souhaite assurer ses sources d’approvisionnement en énergie pour alimenter sa florissante économie. A Bichkek jeudi, le président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, a appelé à la création d’un «club énergétique» pour l’Asie centrale. Sans les Américains.

 

Source Le Temps

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :