jump to navigation

L’Occident indulgent face aux abus démocratiques du pétrolier kazakh août 15, 2007

Posted by starbucker in Géopolitique, Kazakhstan, Pétrole.
trackback

Le Kazakhstan, où ont lieu samedi des législatives, s’est attaché grâce à d’énormes réserves de pétrole les faveurs russe et chinoise mais aussi celles des Occidentaux, qui, un oeil rivé sur les hydrocarbures, en arrivent à diluer certains principes démocratiques.

Un oléoduc pour l’ogre énergétique chinois, quelques gisements pétroliers aux Russes, quelques autres aux Européens et aux Américains, la méthode kazakhe, « multi-vectorielle » selon la formule officielle, pour se faire des amis est pour le moins efficace.

« S’il ne fallait nommer qu’une seule sphère où le Kazakhstan a du succès, c’est sa politique étrangère, bien que, bien sûr, toutes les relations soient basées sur les ressources naturelles », note Dosym Satpaïev, un analyste à Almaty, la capitale économique kazakhe.

Si l’amitié historique entre le Kazakhstan et la Russie n’est guère surprenante ni même les relations de bon voisinage avec la Chine, plus étonnante est la proximité affichée par les Etats-Unis.

En réalité, l’importance stratégique grandissante de l’Asie centrale et les risques d’instabilité dans cette région riche en hydrocarbures et proche de l’Afghanistan, ont fait du Kazakhstan un partenaire logique pour l’Occident, qui est honni chez les Ouzbek, alors que les Turkmènes vivent encore en reclus.

« Le Kazakhstan est le seul grand pays de la région avec qui on peut vraiment parler », résume un diplomate occidental, d’autant que l’ex-république soviétique a réussi son passage à l’économie de marché, ouvrant ses portes aux investisseurs étrangers et garantissant une croissance annuelle de près de 10%.

Dès lors, lorsque le vice-président américain Dick Cheney est venu au Kazakhstan en 2006, ce fut pour exprimer son « admiration » pour le développement économique et politique initié par son « ami » Nazarbaïev, rencontré alors qu’il dirigeait le géant des services pétroliers Halliburton.

Pourtant, les ONG et même le département d’Etat américain ne manquent pas de souligner que la liste des atteintes kazakhes aux droits fondamentaux est longue et que les médias sont sous le contrôle du pouvoir.

Mais, qu’il s’agisse du meurtre de l’opposant Altynbek Sarsenbaïouly, du procès bâclé de ses assassins ou du « suicide » par trois balles de Zamanbek Nourkadilov, un autre détracteur du régime, les gouvernements occidentaux ont évité de se montrer trop durs à l’égard d’Astana.

En mai dernier encore, la Maison blanche s’est gardée de critiquer la réforme constitutionnelle autorisant M. Nazarbaïev, au pouvoir depuis 1989 et l’époque de l’URSS, à se représenter à l’issue de son mandat en 2012, ouvrant la voie, selon l’opposition, à une présidence à vie.

« On peut expliquer la complaisance occidentale sur le respect des normes démocratiques et des droits de l’Homme en une expression: les affaires avant tout », relève M. Satpaïev.

Le Kazakhstan cherche désormais à pousser plus loin cette indulgence et veut se faire reconnaître comme une démocratie à part entière.

Astana fait en effet campagne pour obtenir la présidence en 2009 de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Malgré un palmarès bien terne en la matière, les Européens soutiennent l’ambition kazakhe, de peur de s’aliéner le bon élève de la région, alors que Washington et Londres résistent encore, soulignant notamment que l’OSCE n’a reconnu aucun scrutin kazakh comme ayant été libre.

Dès lors, « les élections (du 18 août) pourraient bien être le dernier examen, la dernière chance, pour obtenir la présidence de l’OSCE », estime Edouard Poletaïev, un politologue indépendant au Kazakhstan.

« Le problème c’est qu’un refus sera vécu comme une humiliation et pourrait pousser (Nazarbaïev) dans la mauvaise direction, à durcir son régime », résume Alikhan Baïmenov, le seul opposant élu lors des législatives de 2004.

Source AFP

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :