jump to navigation

Madrid et Alger trouvent un accord sur le gaz août 14, 2007

Posted by starbucker in Algérie, Espagne, Gaz.
trackback

Après plusieurs mois de doute sur son avenir, le projet de gazoduc sous-marin est relancé.

La crise énergétique entre l’Algérie et l’Espagne a officiellement pris fin avec la conclusion d’un accord prévoyant le règlement des points importants du conflit.  » Nous avons réglé nos différends gaziers avec l’Espagne « , a déclaré le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, sans donner de détails. La crise a trouvé son dénouement grâce à l’intervention de José Luis Zapatero, qui a agi pour que les revendications algériennes soient satisfaites.

La Commission nationale de l’énergie (CNE) espagnole a ainsi accepté de lever les principales restrictions qu’elle avait imposées à Sonatrach, notamment celle relative à la participation de la compagnie algérienne dans le capital de la société Medgaz, en charge de réaliser le gazoduc sous-marin dont la mise en service est prévue pour 2009. Et, surtout, le géant gazier algérien a obtenu l’autorisation de la CNE pour commercialiser directement sur le marché espagnol plus de 2 milliards de mètres cubes de gaz, soit le double de ce qui était fixé initialement par les Espagnols. En échange, Sonatrach a accepté de céder 10 % de sa part dans Medgaz à Gas Natural.

BRUXELLES SOULAGEE

Alger et Madrid sont également parvenus à un accord sur le prix du gaz vendu par Sontrach à Gas Natural. Le groupe algérien va facturer son gaz 10 % à 15 % plus cher. C’est moins que les 20 % d’augmentations réclamées initialement par la partie algérienne. Mais les Algériens semblent satisfaits de cet accord même s’ils restent prudents.  » Nous avons gagné. Les Espagnols se sont aperçus qu’ils n’avaient pas intérêt à laisser la crise s’aggraver avec l’Algérie. Leur sécurité énergétique était en jeu « , souligne un haut responsable au ministre de l’Énergie et des Mines, qui a requis l’anonymat.  » Maintenant, poursuit t-il, il faut attendre la signature des contrats et la relance des projets ensuspens pour voir l’évolution de la situation. « 

Le règlement de cette crise entre l’Algérie et l’Espagne soulage les Européens. À Bruxelles, la perspective d’une baisse des approvisionnements de gaz algérien inquiétait au plus haut point. Et cette affaire a conforté le gouvernement français dans sa volonté de signer un pacte énergétique franco-algérien.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :