jump to navigation

RWE choisit Alstom pour l’aider à moins polluer août 10, 2007

Posted by starbucker in Allemagne, Electricité, Energie, France.
trackback

Le deuxième électricien allemand, qui veut démarrer 6 nouvelles centrales électriques tout en fermant certains sites trop polluants, a retenu Alstom pour la construction de la centrale à gaz de Pembroke, au pays de Galles.

Outre l’électricité, RWE veut aussi se développer dans la production et le transport de gaz.

Faute de parvenir à effectuer des acquisitions comme son concurrent E.ON, RWE accélère sa croissance interne. Dans le cadre de son impressionnant programme de construction de 6 nouvelles centrales électriques (trois en Allemagne, une aux Pays-Bas et deux en Grande-Bretagne), l’électricien allemand a annoncé hier avoir retenu Alstom pour la construction d’une centrale électrique de 2.000 mégawatts à Pembroke, au pays de Galles, qui représente un projet de 800 millions de livres sterling (1,2 milliard d’euros). Il s’agit de l’une des deux centrales au gaz que RWE va démarrer en Grande-Bretagne.

RWE doit mettre les bouchées doubles dans la production d’énergie puisqu’il a décidé d’abandonner son activité de traitement de l’eau. Après avoir cédé en décembre 2006 sa filiale britannique Thames Water, pour une valeur d’entreprise de 8 milliards de livres, il espère bien mettre en Bourse sa filiale américaine American Water d’ici à la fin de l’année. Outre l’électricité, le groupe veut aussi se développer dans la production et le transport de gaz. Il espère en particulier être admis ce trimestre dans le consortium construisant le gazoduc Nabucco, un projet de 5 milliards d’euros qui reliera les champs gaziers de la mer Caspienne à l’Autriche.

Au total, sur le premier semestre, son programme s’est traduit par une augmentation de 30 % de ses investissements dans le gaz et l’électricité par rapport à l’an dernier. « Hors traitement de l’eau, le groupe prévoit d’investir en centrales et en équipements de l’ordre de 4 milliards d’euros en 2007, ce qui représente une augmentation de 40 % d’une année sur l’autre », a souligné hier le patron de RWE, Harry Roels.

Faire peau neuve

Au-delà de la croissance, le programme de RWE vise à faire peau neuve. Le groupe constitue actuellement le plus gros émetteur de gaz carbonique d’Europe, en raison de son grand nombre de centrales électriques fonctionnant au charbon classique, voire à la lignite. Ce charbon de mauvaise qualité dont l’Allemagne est amplement pourvue est le plus polluant des combustibles utilisés pour fabriquer de l’électricité. Dans le cadre des nouvelles réglementations européennes qui s’appliqueront à compter de 2008, RWE a estimé récemment qu’il pourrait devoir acheter jusqu’à 70 millions de tonnes de quotas d’émissions par an sur les cinq prochaines années. Des « droits à polluer » qui vont lui coûter plusieurs milliards par an.

Le groupe travaille donc à réduire le plus vite possible ses émissions. En Grande-Bretagne, où RWE construit non seulement deux centrales au gaz mais aussi cinq fermes éoliennes, « nous allons fermer nos centrales à charbon de Didcot et Tilbury d’ici à 2015, précise le responsable de la filiale britannique, Andrew Duff. Avec les investissements annoncés, cela va nous permettre de réduire nos émissions de CO2 par kWh d’un tiers d’ici à 2015, par rapport à 2000 ». Au total, avec les diverses mesures envisagées actuellement et l’extension de la durée de vie de ses moyens de production nucléaires, le groupe a estimé hier pouvoir réduire de 20 % ses émissions en 2012 par rapport à 2006.

Les six projets du groupe

RWE projette actuellement de construire six nouvelles centrales électriques, trois brûlant du charbon, et trois du gaz naturel.Centrales au charbon :- Ensdorf (Allemagne). Puissance : 1.600 MW. Démarrage en 2012.- Hamm (Allemagne). Etude d’impact en cours.- Eemshaven (Pays-Bas). Puissance : 1.600 MW.La construction doit débuter cette année.Centrales au gaz :- Lingen(Allemagne). Puissance : 900 MW. Démarrage en 2009.- Staythorpe (Grande-Bretagne). Puissance : 1.600 MW.En construction.- Pembroke (Grande-Bretagne). Puissance : 2.000 MW.En attente d’autorisation.

 

Source Les Echos

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :