jump to navigation

Algérie : Accord avec l’Espagne sur l’augmentation des prix du gaz août 8, 2007

Posted by starbucker in Algérie, Espagne, Gaz.
trackback

Les discussions ont duré plus de deux ans

Les gouvernements algérien et espagnol sont parvenus à «un accord sur l’augmentation des prix du gaz» vendu par l’Algérie à l’Espagne. Le principe d’accord établit que Gas Natural «pourra acquérir dix pour cent de Medgaz en échange de l’augmentation des tarifs du gaz fourni à l’Espagne, soit entre dix et douze pour cent». Les négociateurs algériens «avaient menacé d’augmenter jusqu’à vingt pour cent les contrats, ce qui se répercute sur le prix pour les consommateurs espagnols à hauteur de trois pour cent approximativement», écrit El Pais, quotidien madrilène. Il commente que l’importance du gaz algérien pour l’économie espagnole «n’a pas besoin d’explication.

Aujourd’hui, c’est déjà la matière première principale pour la production de l’électricité et a remplacé avec un avantage écologique la production de l’électricité à partir du charbon ou du fuel, bien que le prix du kilowatt soit plus cher». El Pais ajoute que pour cette raison le principe d’accord entre les deux pays pour «mettre fin à la délicate confrontation sur le projet Medgaz qui unira la production algérienne à Almeria est d’une importance capitale. C’est un soulagement pour les responsables espagnols de l’énergie parce que ceci éloigne le spectre d’un conflit qui aurait pu se terminer par des prix scandaleusement plus chers du gaz algérien qui se vend en Espagne ou avec des tensions dans l’approvisionnement».

La négociation du gouvernement espagnol «a été influencée probablement par les difficultés politiques quant à la question du Sahara avec des résultats peu brillants. En aucun cas l’Espagne n’aurait dû-disons le ministère de l’Industrie- supprimer les conditions imposées par la Commission nationale de l’énergie (CNE) pour permettre à Sonatrach de contrôler jusqu’à trente-six pour cent du gazoduc», souligne le quotidien madrilène qui estime que de telles conditions exigeaient que Sonatrach «respecte les investissements pactisés dans la construction de Medgaz, n’interdise pas les investissements additionnels pour augmenter la capacité du gazoduc». Mais, selon El Pais, l’Algérie «a joué plus fort que le ministère de l’Industrie et des Affaires étrangères et a obtenu que ces mesures préventives soient éliminées».

La dépendance espagnole du gaz algérien «est bien connue, c’est un facteur clair de faiblesse politique, mais l’Algérie dépend également, et beaucoup, des contrats de l’Espagne pour faire écouler sa production», y est-il dit. Et d’ajouter : «Le déblocage de la crise énergétique a un aspect positif qui est l’entrée du gaz naturel dans le projet. A travers le gazoduc Medgaz, 8 000 millions de mètres cubes de gaz vont arriver en Espagne en 2009. Dans la pratique réelle, le risque de manquer d’un quelconque approvisionnement est réduit, mais les entreprises espagnoles qui participent dans le gazoduc [ Cepsa, Iderbola, et actuellement Gas Natural] se retrouvent dans une situation politique franchement inférieure.»

Pour El Pais, « Sonatrach a le contrôle du projet, elle peut influer de manière pratiquement illimitée sur les décisions d’investissements et continuer de faire pression probablement pour augmenter sa présence commerciale en Espagne et arriver à partir d’ici au marché français».

 

Source All Africa

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :