jump to navigation

Le monopole d’ Areva sur l’uranium du Niger s’effrite août 6, 2007

Posted by starbucker in France, Niger, Nucléaire.
trackback

Le groupe nucléaire a obtenu la reconduction de ses deux contrats d’exploitation minière dans le pays. Le groupe attend cinq nouveaux permis d’exploration.

Le Niger restera-t-il dans l’avenir une des principales sources d’approvisionnement d’Areva en uranium ? Les tensions révélées ces derniers temps avec Niamey – qui reproche au groupe nucléaire de soutenir la rébellion touareg et a récemment expulsé son directeur – semblent certes en voie d’apaisement.

Le secrétaire d’État à la Coopération, Jean-Marie Bockel, en visite surprise samedi au Niger, l’aconfirmé en faisant état  » d’avancées  » sur le dossier. Et le contrat annuel des deux mines exploitées par le groupe a été renouvelé.

Pour Areva, l’enjeu est important. Le Niger est le berceau minier du spécialiste du nucléaire qui y est présent depuis quarante ans et en a longtemps fait sa principaleressource, avec la France. Depuis, les mines hexagonales ont été fermées et la production s’est notamment réorientée sur le Canada. Mais le Niger demeure la deuxième source d’approvisionnement d’Areva, qui en tire 40 % à 45 % de ses tonnages suivant les années, juste derrière le Canada. Une dépendance qui devient une faiblesse à l’heure où la perspective de reprise des programmes nucléaires dans le monde fait flamber les cours de l’uranium et précipite une course à l’exploitation du  » yellow cake « .  » Il se consomme actuellement 60.000 tonnes d’uranium par an dans le monde alors que la production n’arrive qu’à 40.000 tonnes. Le reste est fourni par le déstockage des réserves « , note-t-on chez Areva.

DIVERSIFIER SES APPROVISIONNEMENTS

Confronté à la volonté des pays producteurs de garder la main sur ces richesses minières, mais aussi à une concurrence avivée entre les industriels de l’uranium, le groupe français n’a d’autre choix que de diversifier ses approvisionnements. Le Niger a prévenu son partenaire historique – et unique dans l’exploitation – qu’une nouvelle ère s’ouvrait :  » En 2008, nous allons négocier ferme, a annoncé le président Mamadou Tanja. L’uranium est notre produit, il sera vendu à notre profit.  »  » Nous allons tout faire pour demeurer un partenaire privilégié de Niamey « , assure-t-on chez Areva. Le groupe compte notamment sur les quatre permis d’exploration qu’il a signés en début d’année et les cinq autres qu’il a demandés.

Mais les concurrents chinois, australiens, indiens, cherchent eux aussi des gisements dans le pays. Le récent rachat du canadien UraMin par Areva lui ouvre des gisements en Afrique du Sud, en Namibie et en République Centrafricaine. Et les mines du Kazakhstan vont monter en puissance. Autant de perspectives qui vont faire baisser la part du Niger dans son portefeuille.

 

Source La Tribune

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :