jump to navigation

Areva versera au Niger 22,9 millions d’euros août 6, 2007

Posted by starbucker in France, Niger, Uranium.
trackback

Le groupe français Areva versera au Niger, où il exploite deux mines d’uranium, un acompte de 15 milliards de francs CFA (22,9 millions d’euros) sur des versements de dividendes, a annoncé dimanche soir le gouvernement nigérien.

« Areva a accepté de nous payer une avance sur dividendes qui se monte à 15 milliards de francs CFA », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Aichatou Mindaoudou.

Les dividendes seront versés par deux filiales d’Areva au Niger, dans lesquelles Niamey a des participations.

Areva a été accusé par le gouvernement nigérien de soutenir la rébellion touareg dans le nord du pays, région qui recèle parmi les plus importants gisements d’uranium au monde, ce que dément le groupe nucléaire.

Areva a signé la semaine dernière avec le Niger une convention annuelle sur les prix, portant le prix qu’il paye par kilo d’uranium à 40.000 francs CFA (60,50 euros) contre 27.300 l’an passé. L’accord est rétroactif au 1er janvier.

Mindaoudou a précisé que cet accord n’était valide que pour l’année 2007 et qu’il était entendu qu’au 31 décembre 2007 des négociations seraient ouvertes pour réviser les prix.

Elle a ajouté qu’Areva avait aussi accepté de livrer en 2007 au Niger 300 tonnes d’uranium qu’il lui reviendra de vendre directement sur le marché international.

Le Niger, qui a produit l’an dernier quelque 3.500 tonnes d’uranium, ne recevait jusqu’ici qu’une participation au bénéfices, calculée sur des cours inférieurs à ceux du marché.

Areva est le principal actionnaire de deux mines de la région d’Agadès, dans le nord du pays, et le secteur nucléaire français a dépendu pendant plusieurs décennies de l’uranium de son ancienne colonie.

POLITIQUE DE DIVERSIFICATION

Le gouvernement nigérien a désormais accordé une soixantaine de nouveaux permis d’exploration d’uranium à des entreprises étrangères, notamment chinoises, canadiennes, britanniques et indiennes, et il doit en accorder 120 autres, principalement pour la prospection.

« Le président Tandja m’a demandé de faire savoir à Areva qu’en exerçant sa souveraineté, le Niger est déterminé à poursuivre sa politique de diversification de ses partenaires », a déclaré Mindaoudou. « Cela signifie, vous le comprendrez, que le monopole dont a joui ce groupe dans notre pays est rompu. »

Certains responsables gouvernementaux ont accusé Areva, dans lequel le gouvernement français détient une participation majoritaire, d’avoir contribué au financement de la rébellion du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) en réaction à la perspective d’avoir désormais des concurrents dans la région.

Les rebelles ont de leur côté accusé la société chinoise Sino-U, qui prospecte l’uranium dans la région, d’avoir aidé le gouvernement à acheter des armes et ils ont brièvement enlevé l’un de ses dirigeants, le mois dernier.

Areva, qui emploie au Niger quelque 1.800 personnes, essentiellement nigériennes, a à plusieurs reprises démenti financer les rebelles, ajoutant qu’il a investi dans des écoles et des hôpitaux dans le nord du pays.

Source Reuters

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :