jump to navigation

Total reste prudent sur ses perspectives de production août 3, 2007

Posted by starbucker in France, Pétrole.
trackback

LES MARCHÉS ont fraîchement accueilli les résultats semestriels publiés hier par Total. À mi-journée, l’action du groupe pétrolier français a cédé jusqu’à 2,5 % hier, sur un marché en rebond. Certes le résultat net (part du groupe) a reculé de 9 %, à 6,46 milliards d’euros sur la période, pour un chiffre d’affaires en baisse également (- 4 %, à 76,13 milliards d’euros). «  L’inflation des coûts, la forte chute du prix du gaz au Royaume-Uni (les prix spot se sont effondrés de 60 %), où nous sommes très présents, l’évolution défavorable de la parité euro-dollar et nos efforts dans l’exploration expliquent ce recul  » , commente Total. «   Les résultats de Total marquent le pas comme ceux des autres majors du secteur  » , souligne un analyste. À chaque fois que le dollar recule de 10 cents par rapport à l’euro, le groupe perd 2,2 milliards d’euros de résultat opérationnel. Or, le dollar valait 1,33 euro au premier semestre 2007 contre 1,23 euro un an plus tôt.

L’ensemble des coûts de construction et de maintenance a également pesé sur la performance de Total qui a souffert de la hausse du prix de l’acier, de l’ordre de 10 %. Malgré cela, « nos résultats sont conformes aux attentes. Ils sont solides et satisfaisants d’autant que notre production a renoué avec la croissance   » , insiste Total. En réalité c’est l’absence d’indications précises sur les perspectives de production en 2007 qui a déplu au marché. «   Tous les nouveaux projets démarrent très bien mais je ne peux confirmer aucun objectif (…). Il existe aussi des éléments négatifs comme les quotas de l’Opep et les incertitudes au Nigeria  » , a développé Robert Castaigne, directeur financier de Total. Le groupe présidé par Christophe de Margerie vise une hausse de 5 % par an en moyenne de sa production sur la période 2006-2010. À mi-course, la production a augmenté de 1 % mais hors effet de périmètre et baisses de l’Opep la croissance atteint 3 %. Insécurité au Nigeria Total commence à profiter de la mise en service de Dalia en Angola fin 2006, qui produit désormais 240 000 barils par jour. À partir du second semestre, le groupe va également bénéficier du démarrage de Rosa en Angola en juin et du site de Dolphin au Qatar, le 11 juillet dernier. En revanche, les problèmes de sécurité au Nigeria persistent (hier Total a confirmé qu’un de ses salariés s’était fait enlever mardi soir). Total a souffert des problèmes rencontrés par Shell avec lequel il travaille sur place via un joint-venture dans lequel le français détient 10 %. Et, au Venezuela, le groupe a été contraint par le gouvernement Chavez de renégocier ses contrats. Du coup, sa production locale y a été réduite. Concernant les projets qui préparent l’avenir, Total a confirmé avoir débuté les études pour le gisement de Chtokman avec Gazprom en Russie. Suite à la présentation par l’italien Eni d’un nouveau plan d’exploitation du gisement géant de Kashagan en mer Caspienne qui révise à la hausse les coûts et décale le calendrier de mise en production à fin 2010, les autorités locales, très mécontentes, ont convoqué les membres du consortium international en charge du gisement. Total, qui détient 18,52 % du consortium, y participera, mais reste prudent sur son issue.

 

Source Le Figaro

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :