jump to navigation

La Russie mène la ruée vers l’or noir arctique août 3, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Pétrole, Russie.
trackback

«C’est comme le premier pas sur la Lune!» Il n’est pas peu fier, le géologue Artour Tchilingarov. Et il a de quoi. Son équipe a réussi hier l’exploit de planter un drapeau russe en titane par 4261 mètres de fond, à l’exacte verticale du pôle Nord. Loin, très loin sous l’épaisse banquise arctique. Une capsule contenant un message pour les générations futures a également été déposée, à l’aide des bras mécaniques du petit sous-marin baptisé Mir, c’est-à-dire «paix» en russe. Comme jadis la station spatiale soviétique…

Une prouesse technique que l’explorateur polaire, par ailleurs député de Russie Unie, parti pro-Kremlin, et vice-président du parlement, veut voir associée à l’une des pages marquantes de la guerre froide entre les Etats-Unis et l’ex-URSS. Il y a près de quarante ans, en juillet 1969, l’astronaute Neil Armstrong hissait le drapeau américain sur le satellite naturel de la Terre.

La référence n’est pas gratuite, et il ne faut pas s’en étonner: une tout autre guerre froide fait actuellement rage dans l’océan Arctique, dont les sous-sols pourraient receler 25% des réserves supposées d’hydrocarbures au monde. Telle est du moins l’estimation articulée par le très officiel US Geological Survey.

Jackpot énergétique

Or le réchauffement climatique a déjà fait fondre 20% de la banquise en vingt ans, ce qui promet à terme un accès facilité à de nouvelles et abondantes sources de pétrole et de gaz. Et cela alors même qu’on s’attend à voir la demande augmenter de 60% d’ici à trente ans. On comprend pourquoi, en mai dernier, Vladimir Poutine a juré de préserver les «intérêts stratégiques, économiques et scientifiques de la Russie» dans l’Arctique. Qui remportera le jackpot énergétique de l’océan Arctique? Tel est l’enjeu de la bataille diplomatique qui voit s’affronter les cinq pays riverains: Russie, Norvège, Danemark (par le Groenland), Canada et Etats-Unis (par l’Alaska). Le droit international n’octroie à chaque Etat qu’une «zone économique» de 200 miles nautiques (370 km). Au-delà, il faut prouver que les fonds marins convoités appartiennent au plateau continental du pays en question.

Pour 10 milliards de tonnes d’hydrocarbures de plus

C’est là que les scientifiques entrent en jeu. L’expédition russe doit étudier les fonds sous-marins sous le pôle afin de prouver que la «dorsale Lomonossov» est une extension géologique de la Russie. Et ainsi revendiquer devant l’ONU sa souveraineté sur un triangle arctique couvrant un million de km² et contenant peut-être jusqu’à 10 milliards de tonnes d’hydrocarbures. Une première requête, déposée en 2001, avait été rejetée. Le dossier sera soumis une nouvelle fois en 2009. Mais ce ne sera pas une mince affaire, car le Canada et le Danemark revendiquent conjointement leurs droits sur la dorsale Lomonossov.

Quant aux Etats-Unis, qui n’ont pas signé la Convention de l’ONU sur le droit de la mer, ils irritent le Canada en réclamant de pouvoir circuler librement dans le passage du nord-ouest (qui serpente entre les îles canadiennes) comme dans un «détroit international», à l’instar du Bosphore ou de Gibraltar. Et le conflit s’aggrave avec la fonte des glaces. Signe inquiétant, les deux Etats prévoient de construire des patrouilleurs arctiques. é

PÔLE NORD – Des explorateurs ont planté hier un drapeau russe à 4261 mètres de profondeur. Histoire de soutenir les revendications de Moscou sur l’une des plus grandes réserves d’hydrocarbures au monde.

 

Source 24 Heures

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :