jump to navigation

Bruxelles critique la répartition des ventes de gaz russe août 2, 2007

Posted by starbucker in Gaz, Russie, UE.
trackback

Les fonctionnaires européens soupçonnent E.ON et Gaz de France de connivence: chacun des deux groupes français et allemand se serait engagé à rester à l’écart du marché national de l’autre en revendant le gaz russe. Les compagnies risquent une amende et même une désintégration, ce qui pourrait entraver la pénétration de Gazprom sur le marché européen.

Les soupçons concernent essentiellement le gazoduc Megal par lequel le gaz russe est transporté vers l’Allemagne et la France. Si les soupçons de la Commission européenne se confirment, et qu’elle adopte une ordonnance officielle, les compagnies risquent une grosse amende (jusqu’à 10% des recettes annuelles) et éventuellement un morcellement. La commissaire européenne chargée de la concurrence, Neelie Kroes, a ainsi menacé à maintes reprises d’obliger les compagnies à externaliser leurs actifs d’infrastructures.

Sur le plan strictement juridique, rien ne menace le monopole gazier russe, assure Iouri Bortnikov, du cabinet Vegas-Lex. D’après lui, la seule difficulté qui risque de concerner Gazprom, ce sont des retards de paiement de la part d’ E.ON et de GDF, dont la solvabilité serait mise en cause.

Mais en dehors des facteurs économiques, il existe aussi des risques politiques. « Si les Européens n’ont pour leurs compagnies que des considérations de marché, un facteur politique supplémentaire pèse sur Gazprom, explique le directeur général adjoint du Centre des technologies politiques, Alexeï Makarkine. L’Europe craint que Gazprom ne réussisse à convertir son influence économique en influence politique, elle s’opposera donc de toutes les manières à la pénétration du monopole russe sur ses marchés. »

Les craintes des Européens qui se traduisent dans leur tentative de briser les groupes allemand et français se répercuteront tôt ou tard sur leur attitude à l’égard de Gazprom qui cherche depuis longtemps et non sans succès l’accès au consommateur final en Europe. « Les mesures qui pourraient être prises à l’égard d’ E.ON et de GDF pourraient faire jurisprudence et être utilisées contre Gazprom, ce qui entraverait la poussée du monopole russe sur les marchés européens », estime M. Makarkine, ajoutant qu’une enquête sur les activités d’ E.ON et de GDF tomberait à point nommé pour les Européens.

 

Source Gazeta.ru via Ria Novosti

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :