jump to navigation

En Libye, Areva souhaite construire un réacteur mais aussi chercher des gisements d’uranium juillet 27, 2007

Posted by starbucker in France, Libye, Nucléaire, Uranium.
trackback

LE  » MÉMORANDUM d’entente  » sur le nucléaire, signé lundi 25 juillet à Tripoli par le président de la République, Nicolas Sarkozy, et le numéro un libyen, Mouammar Kadhafi (Le Monde du 27 juillet), ouvre la voie à une coopération dans toutes les applications du nucléaire civil. Il intéresse les groupes français du secteur, surtout Areva, EDF et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), mais il a réveillé toutes les inquiétudes. Les risques de prolifération ont été dénoncés par les Verts et les associations écologistes français. Dans le quotidien économique Handelsblatt, le secrétaire d’Etat allemand aux affaires étrangères, Gernot Erler, a critiqué un accord impliquant son pays à travers Siemens, détenteur de 34 % du constructeur de réacteurs Areva NP.

En raison des délais de certification et de construction, la Libye ne disposera pas d’une centrale avant six à huit ans. M. Sarkozy estime que la manière de traiter la Libye sera scrutée à la loupe par le monde arabe. La priver du nucléaire, c’est s’exposer à  » une guerre des civilisations « , a-t-il prévenu.  » Si on ne donne pas l’énergie du futur aux pays du sud de la Méditerranée, comment ils vont se développer ? s’est-il interrogé. Et s’ils ne se développent pas, comment on va lutter contre le terrorisme ?  » Il a reconnu que tout risque de prolifération n’est pas écarté en ajoutant qu’il existe, en cas de crise,  » un système permettant de désactiver une centrale nucléaire depuis l’extérieur « .

L’accord pour la construction d’une centrale alimentant en électricité une usine de dessalement d’eau de mer – une activité très  » énergivore  » qui aurait pu être couplée à une centrale thermique – n’a pas été rendu possible par la seule libération des infirmières bulgares. Il supposait surtout que la Libye, signataire du traité de non-prolifération en 1975, renonce d’abord à son programme d’armes de destruction massive, notamment nucléaires. Tripoli l’a fait fin 2003 sous la pression des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et a accepté le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur ses installations de recherche.

 » TEMPS DES POLITIQUES « 

La coopération Paris-Tripoli ne part pas de rien. Des discussions sur le nucléaire  » durent déjà depuis plusieurs années « , a indiqué, jeudi, le ministère des affaires étrangères. En mars 2006, le CEA a signé un accord portant sur le dessalement de l’eau de mer utilisant l’énergie nucléaire et sur la production de radio-isotopes (médecine, industrie). Récemment, une équipe d’Areva s’est rendue à Tripoli pour y présenter ses activités.  » C’était une rencontre exploratoire, précise un porte-parole. Aujourd’hui, c’est le temps des politiques. Demain, ce sera celui des industriels. « 

Dans l’immédiat, le groupe d’Anne Lauvergeon s’intéresse à d’éventuels gisements d’uranium dans le Sud libyen.  » Le contexte géologique est le même  » qu’au Niger, où Areva exploite d’importantes mines, a indiqué M. Sarkozy. Le groupe discute aussi du rachat des 1 600 tonnes d’uranium stockées par Tripoli dans le cadre de son programme militaire.

De nombreux pays du pourtour méditerranéen (Egypte, Algérie, Maroc, Turquie) et du golfe Persique ont l’intention de se doter de centrales nucléaires. Et la concurrence va s’exacerber entre les français (EDF, Areva), les américains ( General Electric), les japonais ( Toshiba-Westinghouse) et les russes (Atomenergoprom). Areva et EDF n’ont  » que quelques années d’avance  » sur leurs concurrents, prévient le PDG d’un grand groupe d’énergie.

Les pays en pointe dans l’industrie nucléaire civile (Etats-Unis, Russie, France, Japon) tentent de concilier deux objectifs : exporter leurs produits (réacteurs, cycle combustible-retraitement) sans déclencher de phénomène de prolifération. D’où l’idée lancée par les présidents américain et russe, George Bush et Vladimir Poutine, de créer des centres de référence dans les pays  » sûrs  » où les nations émergentes voulant accéder au nucléaire civil puissent se fournir en uranium faiblement enrichi avant de leur renvoyer le combustible usagé pour retraitement.

 

Source Le Monde

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :