jump to navigation

Areva signe le contrat du siècle en Chine juillet 26, 2007

Posted by starbucker in Chine, France, Nucléaire.
trackback

LA BONNE nouvelle est confirmée. Six mois après la signature d’un protocole d’accord, Areva et l’électricien chinois CGNPC ( China Guangdong Nuclear Power Corp.) ont ratifié le contrat portant sur la livraison de deux réacteurs de troisième génération EPR. Pour le groupe français leader mondial du nucléaire, il s’agit du plus gros contrat jamais signé depuis la naissance du groupe. Même si aucun montant ne circule officiellement, il faut savoir que le coût du seul prototype EPR en cours de construction en Finlande s’élève à environ 3 milliards d’euros. Les deux centrales EPR vendues à la Chine seront implantées à Yangjiang, dans le Guangdong. CGNPC, l’un des principaux électriciens chinois, va ainsi se doter de 3 200 mégawatts supplémentaires, une étape importante dans le cadre de son plan de développement électronucléaire. Le contrat, qui couvre également un certain nombre de services (à commencer par le combustible) court sur plus de vingt ans.

Ce succès pourrait aussi bénéficier à EDF, car CNGPC souhaite s’appuyer sur le retour d’expérience de Flamanville (dont EDF est le maître d’oeuvre) pour développer son parc. Offensive de l’Élysée Il est encore trop tôt pour dire quand exactement ces deux EPR seront opérationnels, mais une chose est sûre, ce contrat est primordial pour l’image d’Areva, qui a toujours considéré la Chine comme une région prioritaire. D’autant qu’au début de l’année, Anne Lauvergeon, la présidente du directoire d’Areva, avait été vivement critiquée après que Pékin eut choisi l’américain Westinghouse pour le marché de quatre réacteurs de nouvelle génération. À l’époque, on répétait à l’envi qu’Areva avait perdu le marché du siècle dans le nucléaire civil. C’était quelques semaines avant un spectaculaire retournement de situation. Le contrat signé entre Areva et CGNPC doit maintenant être entériné par les autorités chinoises et françaises. Paris devrait ainsi organiser une visite ministérielle en Chine dans les semaines à venir avant la signature d’un contrat final entre les deux pays sous l’autorité des présidents de la République respectifs. À cet égard, il faut se souvenir que lors de son dernier voyage en Chine, fin 2005, Jacques Chirac avait pesé de tout son poids dans la bataille Areva-Westinghouse. Cette stratégie particulièrement offensive de l’Élysée s’est révélée l’une des clés du succès d’Areva en Chine. Dans ce dossier, Areva et Westinghouse n’en finissent pas en tout cas de se marquer à la culotte. Avant-hier, le groupe américain a annoncé en effet avoir bouclé le contrat prévoyant la fourniture de quatre réacteurs de nouvelle génération. La construction doit commencer en 2009, et la première centrale devrait être opérationnelle en 2013, selon Westinghouse. D’une manière, au cours des années à venir, la Chine prévoit de lancer trois nouvelles centrales par an.

 

Source Le Figaro

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :