jump to navigation

les exportations russes via les pays baltes et l’Ukraine en question juillet 25, 2007

Posted by starbucker in Pétrole, Russie.
trackback

La Russie cessera d’exporter ses produits pétroliers via les ports maritimes étrangers, a déclaré le ministre russe des Transports Igor Levitine, se trouvant à Riga.

Les experts du secteur font remarquer que la Russie ne peut pas exporter actuellement la totalité de ses produits pétroliers en se servant exclusivement de ses propres ports. Bien plus, l’attrait des ports russes, qui réside avant tout dans les préférences tarifaires en matière de transport par chemin de fer, disparaîtra bientôt en raison de l’intention de la Russie d’adhérer à l’OMC.

En 2006, la Russie a exporté par voie maritime 84,044 millions de tonnes de produits pétroliers, dont 26,141 millions de tonnes par les ports d’Etats limitrophes (31% du volume total). La majeure partie des exportations maritimes effectuées via les Etats étrangers passent par les ports baltes (23,796 millions de tonnes), le reste, par des ports d’Ukraine et de Géorgie. C’est l’Estonie qui pâtira le plus de la réduction des exportations russes: en 2006, 21,233 millions de tonnes de produits pétroliers ont transité par son territoire. D’après les données du ministère ukrainien des Transports et des Télécommunications, le volume des produits énergétiques russes (non seulement les produits pétroliers, mais aussi le pétrole brut) passant par les ports d’Odessa et de Feodossia a constitué environ 6,793 millions de tonnes (2006).

La somme totale des pertes que subiront les Etats limitrophes à la suite de la cessation des exportations russes de produits pétroliers peut dépasser 200 millions de dollars par an.

Mais le fait est que la Russie n’a pas les capacités nécessaires pour assurer le transbordement d’un tel volume supplémentaire de produits pétroliers. Après la cessation du fonctionnement du pipe-line dans la ville lettone de Ventspils en 2003 et l’arrêt, pour réparations, de l’oléoduc Amitié (en russe, Droujba) dans le terminal lituanien de Butinge, tout le pétrole et ses dérivés sont transportés dans les ports par chemin de fer. « Mais la Russie manque actuellement d’une infrastructure ferroviaire et portuaire sur la Baltique qui lui permettrait de réorienter les cargaisons des ports estoniens vers les ports russes », estime Anna Panovko, chef des projets du groupe d’experts Petromarket. Mikhaïl Perfilov, un des responsables de l’agence Argus, souligne que ce sont le manque de capacités et « les particularités de la politique commerciale » des terminaux des ports russes qui obligent les propriétaires des cargaisons à choisir les ports baltes et ukrainiens.

De l’avis d’Alexeï Bezborodov, chef d’Infranews, « à la lumière de ce qui vient d’être dit, les déclarations du ministre des Transports sont irréfléchies, pour ne pas dire plus ».

 

Source Kommersant via Ria Novosti

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :