jump to navigation

Le nucléaire renaît mais manque, pour l’heure, de combustible juillet 24, 2007

Posted by starbucker in Nucléaire.
trackback

En pleine renaissance à l’échelle de la planète, l’industrie nucléaire manque, pour l’heure, de combustible pour assurer son avenir, une situation simplement passagère, assurent toutefois les spécialistes.

La demande d’uranium devrait excéder l’offre de plus de 1.000 tonnes cette année et de quelque 1.700 tonnes en 2008, estime John Redstone, analyste minier de Desjardins Valeurs mobilières à Montréal.

Mais, selon lui, le marché devrait devenir très légèrement excédentaire dès 2009. C’est l’année que vise notamment le groupe public français Areva pour l’ouverture de sa future mine de Midwest, au nord de la Saskatchewan, au Canada.

En 2006, la demande mondiale a atteint 65.656 tonnes, alors que l’offre n’était que de 63.890 tonnes, entraînant ainsi un déficit de 1.766 tonnes, notait récemment M. Redstone.

La production minière n’a contribué qu’à 60% de l’offre, le reste de l’uranium provenant des stocks des sociétés productrices d’électricité ou d’anciennes ogives militaires soviétiques.

Ces inventaires ne sont cependant pas illimités, ce qui oblige dès maintenant les producteurs d’uranium à accroître l’exploitation des mines existantes, à mettre en oeuvre de vieux projets restés dans les cartons après la catastrophe de Tchernobyl et à relancer l’exploration.

Il n’existe pas de marché pour l’uranium comme il en existe pour d’autres matières premières industrielles comme le pétrole et les métaux de base. Des cabinets spécialisés surveillent néanmoins les transactions effectuées hors contrats, qui représentent aujourd’hui environ 15% de l’offre globale, et déterminent un prix moyen. Celui-ci avoisine aujourd’hui les 130 dollars la livre, contre à peine 7 dollars en 2001.

« La situation actuelle ne nous inquiète pas » mais « elle nous oblige » à faire vite, dit à l’AFP Yves Dufour, directeur délégué du bureau des mines d’Areva, lors d’une tournée des gisements du groupe en Saskatchewan.

Le groupe mise beaucoup sur le gisement de Cigar Lake, en Saskatchewan, dans lequel Areva détient une participation de 37,1%, au coté de l’opérateur canadien Cameco (50,03%). Actuellement inondée, la mine, qui pourrait entrer en exploitation en 2010 ou 2011, est la plus riche du monde après celle voisine de McArthur River, avec 16% des ressources connues de la planète.

Les réserves prouvées et probables, qui se situent surtout en Australie, au Kazakhstan, au Canada, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, s’élevaient en 2005 à 4,74 millions de tonnes, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), soit l’équivalent de 65 ans de consommation au rythme d’aujourd’hui.

A cela s’ajoutent, selon l’AIEA, des ressources dites « spéculatives ou prévues » totalisant 10 millions de tonnes, qui assurerait plus d’un siècle additionnel de consommation. « Il faut aller les trouver ces 10 millions de tonnes supplémentaires », ajoute M. Dufour.

Il y aurait aussi plus de 25 millions de tonnes supplémentaires enfouies dans des gisements phosphatés et dans les schistes bitumineux, qui pourraient encore allonger la consommation de plus de trois siècles.

Sans parler « du combustible secondaire, provenant du cycle nucléaire, qui pourra à terme être utilisé si on le souhaite », indique Yves Dufour. « De l’uranium appauvri, nous, par exemple, en France, on en a 200.000 tonnes, cela fait de l’énergie ».

Et quand tout cela ne suffira plus, il y aura toujours « l’eau de mer, qui contient aussi de l’uranium », dit-il optimiste.

 

Source AFP

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :