jump to navigation

EDF prévoit d’acquérir jusqu’à 9,9% de l’américain Constellation Energy juillet 23, 2007

Posted by starbucker in Etats-Unis, France, Nucléaire.
trackback

Les deux groupes créent une société commune pour développer outre-Atlantique des centrales nucléaires utilisant des réacteurs de troisième génération EPR. Constellation Energy prévoit d’y apporter sa participation dans UniStar Nuclear, société commune qu’il détient avec Areva,

EDF « pourrait acquérir sur le marché jusqu’à 9,9% du capital de Constellation Energy, dont 5% dans les douze premiers mois », a indique le groupe français hier. Cette annonce entre dans le cadre d’un accord de collaboration annoncé le 1er juin pour développer aux Etats-Unis des centrales nucléaires utilisant des réacteurs de troisième génération EPR.

Dans le cadre de cet accord, EDF et Constellation Energy annonce également la création d’une société commune, détenue à 50/50, pour « développer, réaliser, détenir et exploiter, de manière conjointe, des centrales nucléaires de type EPR aux Etats-Unis ». EDF versera à cette société commune 350 millions de dollars (253,5 millions d’euros), et pourra ultérieurement « apporter des contributions pouvant atteindre au total 275 millions de dollars, au fur et à mesure de la réalisation des principales étapes des projets de réalisation d’EPR ».

En contrepartie, Constellation Energy prévoit d’apporter sa participation dans UniStar Nuclear, une société commune formée de Constellation Energy et du fabricant français de centrales nucléaires Areva, et de développer jusqu’à quatre centrales EPR standardisées sur les sites de Calvert Cliffs Nuclear Power Plant, Nine Mile Point Nuclear Station and R.E. Ginna Nuclear Plant.

La société commune sera dirigée par un Conseil d’administration de huit membres, dont quatre nommés par EDF et quatre, dont le président, par Constellation. « Cet accord confirme l’intérêt d’EDF pour la relance de l’énergie nucléaire aux Etats-Unis », se félicite le PDG d’EDF, Pierre Gadonneix. « Nous nous rapprochons de notre objectif qui est de construire le premier parc de centrales nucléaires aux Etats-Unis depuis presque trente ans », a estimé pour sa part Mayo A. Shattuck III, PDG de Constellation Energy.

Pour sa part, Areva s’est félicité de cette « nouvelle preuve de l’intérêt que sucite l’EPR de la part de nombreux énergéticiens, en particulier sur le marché américain ». « Les futurs réacteurs EPR aux USA seront construits par Areva qui a déjà noué à cet effet des accords avec Bechtel et prépare avec des groupes industriels américains la fabrication de certains composants des EPR aux USA ».

Les Etats-Unis sont un des quatre pays, avec la Chine, la Grande-Bretagne, et l’Afrique du Sud, jugés prioritaires par EDF pour investir dans le nucléaire.

EDF et Constellation sont tous deux membres du consortium NuStart Energy Development LLC, créé en mars 2004, qui regroupe 10 autres groupes, et dont l’objectif est de favoriser la production d’énergie nucléaire aux Etats-Unis d’ici 10 ans. (Avec AFP)

« Un formidable relais de croissance », selon Pierre Gadonneix

Le marché américain constitue « un formidable relais de croissance » pour EDF, après l’accord noué vendredi avec le groupe américain d’électricité Constellation Energy, estime son président Pierre Gadonneix dans une interview à paraître lundi dans le Figaro. « Les Etats-Unis représentent le premier marché énergétique du monde, avec un besoin de nouvelles capacités de production très important, estimé à 350.000 mégawatts à l’horizon de 2030 », soit « plus de trois fois la puissance totale dont dispose EDF en France », rappelle-t-il. « EDF redémarre aujourd’hui une grande période de développement, équivalente à celle des années 70-80 pendant lesquelles le parc nucléaire français s’est constitué », indique le président d’EDF, précisant que le groupe « vise clairement à être actionnaire des sociétés qui développent des centrales nucléaires ».

Qualifiant ces dernières de « formidables opportunités industrielles », M. Gadonneix remarque: « certes, nous participons aux risques, mais nous en retirons aussi énormément d’avantages ». Si EDF décide de nouer d’autres partenariats aux Etats-Unis, ces derniers « se feront toujours à partir de notre filiale commune », créée à cette occasion et détenue à 50/50 avec Constellation Energy, précise-t-il.

Dans le cadre de cette joint-venture, EDF vendra « de l’électricité sur le marché de gros », mais « nous n’irons pas dans la distribution », assure M. Gadonneix. « J’observe déjà le spectaculaire retournement de tendance aux Etats-Unis concernant cette source de production », se félicite le président d’EDF, qui souhaite que « le prix de l’électricité nucléaire reste compétitif ».

Source Les Echos

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :